Larmes de Cendres : l’alliance d’une passeuse de drogue russe et d’un vampire schizophrène

0

Prémices est le premier tome de la saga Larmes de Cendres de Lydie Blaizot. Sorti début novembre aux éditions du Chat Noir, ce roman nous raconte l’improbable entente entre une passeuse de drogue qui voit les gens tels qu’ils seront le jour de leur mort et un vampire sénile à la recherche de son passé.

Larmes de Cendres est un roman d’urban-fantasy comme on en voit peu. Oubliez tout ce que vous avez déjà lu sur les vampires car Lydie Blaizot s’est approprié le thème et en a fait quelque chose de drôle et envoûtant. Ses personnages sont bien imaginés, l’intrigue est intéressante et les rebondissements multiples. Un récit qui nous plonge dans l’hiver russe. Une histoire parfaite pour attendre Noël.

larmes-de-cendres-premices-lydie-blaizotDarya Kovalevski est passeuse de drogue pour un ami mafieux. C’est une femme très solitaire car elle a le
malheur de voir les personnes autour d’elle comme ils seront le jour de leur mort. Comment faire la bise à quelqu’un qui a la gorge tranchée mais qui vous parle normalement ? C’est ce qu’endure cette anti-héroïne jusqu’au jour où elle fait la rencontre de Rempert Dal Magro, un vampire italien qui a besoin d’une guide. Darya arrive à le voir normalement et cela va être une véritable bouffée d’oxygène pour elle.

Rempert n’est pas un vampire comme les autres, c’est le plus vieux de tous. Il ne faut pas croire ce qu’on vous dit, les vampires âgés souffrent aussi de schizophrénie ! Rempert peut être doux comme un agneau puis, dans la seconde qui suit, devenir un véritable monstre. Ses souvenirs lui échappent, le laissant troublé et perdu. Heureusement, Darya n’est pas le genre de fille qui se laisse marcher sur les pieds ou qui abandonne à la moindre contrariété, si bien que ces deux personnages que tout oppose vont finalement devenir des alliés.

L’intrigue de Larmes de Cendres, centrée sur la recherche de Rempert, arrive à être intéressante grâce aux nombreux obstacles qui vont se dresser sur la route de nos héros. Les paysages décrits par Lydie Blaizot nous font découvrir une Russie sombre et froide, dirigée par les mafieux et flics corrompus. L’intégration de l’Eglise dans son histoire est une idée qui a été très bien exploitée et le mélange science / fantastique est un véritable succès.

En bref, Larmes de Cendres est vraiment un bon premier tome. L’écriture est fluide, l’héroïne a du caractère, le héros est touchant, les personnages secondaires sont attachants et les intrigues parallèles sont passionnantes. Une auteure à découvrir, un roman à dévorer et, en bonus, une couverture franchement sublime (bravo Miesis !).

« La mafieux observa sa jeune employée, l’air inquiet. Elle le regardait rarement en face. Il s’y était habitué et ne posait pas de question indiscrète, il savait qu’elle avait une bonne raison, même s’il doutait de pouvoir la comprendre. Mais une chose était claire : elle ne supportait pas d’être au contact des gens. Un peu comme si on la mettait en présence de son pire cauchemar. »

Share.

About Author

Leave A Reply