yellowjackets
On a testé Z

Yellowjackets : entre survie et mystère, la nouvelle série prenante de Showtime

Showtime a fait toute sa promo sur le retour de Dexter et en a oublié Yellowjackets, peut-être sa meilleure série actuelle.

En 1954, Sa Majesté des mouches (Lord of the Flies), roman écrit par William Golding, nous raconte le crash d’un avion où des garçons survivent tant bien que mal en créant peu à peu une communauté.

En 1993, Frank Marshall réalise Les Survivants, adaptation du livre de Piers Paul Read dans lequel il raconte l’accident du vol 571 dans la cordillère des Andes. Piégés par le froid, les rescapés ont dû survivre en se nourrissant des cadavres.

En 2021, les producteurs derrière Narcos et Dispatches from Elsewhere, Ashley Lyle et Bart Nickerson, proposent Yellowjackets, une libre adaptation de ces deux œuvres mais dont les personnages seront 100% féminin. Showtime donne son feu vert en 2020 et la série débarque ce mois-ci.

Yellowjackets, un survival choral

Une équipe de soccer dans laquelle les rivalités et les amitiés sont palpables se crashent dans une forêt dans les années 90 et vont y rester 19 mois. En 2021, les survivantes ont reçu une carte postale avec un symbole.

Au casting, on retrouve Juliette Lewis (Tueurs nés), Christina Ricci (La Famille Addams), Melanie Lynskey (Togetherness), Sophie Nélisse (47 Meters down), Twny Cypress (Heroes), Jasmin Savoy Brown (The Leftovers), Samantha Hanratty (Pushing Daisies) et Ella Purnell (Sweetbitter).

La série se présente sur deux timelines avec le crash et le présent.

yellowjackets

Yellowjackets, un drame choral

Le présent nous présente certaines filles désormais adultes, navigant entre des problèmes d’adultes (alcool, sexe, dépendance, carrière) et les cicatrices psychologiques que le crash leur a laissées. Dans le passé, les Yellowjackets sont une équipe de foot en pleine ascension. Dans le vestiaire, on sent que les querelles naissent assez vite. Les adolescentes ont des problèmes de leur âge et seront donc confrontées à la survie après ce crash.

A travers certains flashbacks courts, il semblerait que les survivantes soient devenues une tribu régressive aux coutumes barbares. Dans une ambiance glauque et macabre dont on ne saura pas plus, certaines retrouvent un instinct primaire affolant. Yellowjackets prend son temps dans cette exploration de l’âme humaine avec une série à tendance mystérieuse, une sorte de Desperate Housewives / Pretty Little Liars façon désabusée, et une série survival à la Lost. Le casting est plutôt très convaincant, mention au personnage de Misty, jouée par Christina Ricci et Samantha Hanratty. Un peu farfelue en apparence, elle est borderline à bien des égards et ce sera sûrement le personnage qui basculera en premier.

yellowjackets

Si l’impression de voir deux histoires assez distinctes se fait sentir au départ, Yellowjackets parvient peu à peu, après 3 épisodes, à dessiner le puzzle. Les créateurs ont un plan sur 5 saisons, mais il est difficile de voir si la série gardera cette forme de passé / présent. On ne peut pas éternellement maintenir le mystère sur le sort de tel ou tel personnage. Les histoires dans le présent, notamment sur le personnage de Shaune (Melanie Lynskey), semblent encore un peu légère même si on perçoit dans son comportement, des traces de violence.
Pour le moment, la série est encore en phase d’exploration et d’exposition. Aux premières révélations, on saura si Yellowjackets a du potentiel. L’épisode 3 nous instaure d’ailleurs un portrait plus large de Taissa Turner et de ses traumas venant de bien avant le crash… Tout ce petit monde a un sérieux besoin de faire ressortir les traumatismes. Le parallèle entre le retour à la vie sauvage et le retour de la sauvagerie enfouie va sûrement faire des étincelles dans les épisodes finaux.

Série dramatique avec une petite once d’horreur psychologique, Yellowjackets tire son épingle du jeu dans cette rentrée un peu homogène. Espérons une date de diffusion française très vite puisque Canal+ a acheté les droits de la série.

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

2 Replies to “Yellowjackets : entre survie et mystère, la nouvelle série prenante de Showtime

Laisser un commentaire