Les sanctuaires du mal : Terry Goodkind se met au thriller et ça fait mal !

0

L’auteur de la série L’épée de Vérité, Terry Goodkind, se lance dans le thriller avec Les sanctuaires du mal. Sorti le 28 juin dernier chez Bragelonne, ce roman nous entraîne dans un monde où certaines personnes sont capables, d’un seul regard, de reconnaître les tueurs. Une véritable plongée en Enfer dans le monde qui est le nôtre !

J’avais adoré L’épée de Vérité (critique ici), et j’avais confiance en Terry Goodkind pour nous concocter un thriller aussi noir que terrifiant. En commençant ma lecture, toutefois, j’ai trouvé que le maître de la fantasy n’était pas à la hauteur. Une histoire bien ficelée bien sûr, mais des personnages qui n’arrivent pas vraiment à nous toucher et des passages, bien que sanglants, pas franchement choquants (quand on est habitué à lire du thriller bien sûr !).

La suite m’a prouvé que j’avais tort de penser que Les sanctuaires du mal serait un thriller « sympathique ». L’histoire prend forme, les personnages sont beaucoup plus creusés et les scènes glaciales arrivent par vagues ! Terry Goodkind nous plonge dans la vie d’une femme dévastée par la mort de son frère et lui fait vivre les pires épreuves. Kate Bishop va découvrir qu’elle possède un don, celui de lire dans les yeux des tueurs. Le souci ? Si elle peut reconnaître les psychopathes, eux peuvent déceler ce pouvoir qu’elle possède. La jeune femme devient alors la cible des plus cruels des prédateurs. Aidée de Jack Raines, un écrivain spécialiste du « dark web », elle va tenter de survivre dans un monde où le Mal est en train de gagner sur le Bien.

Les sanctuaires du Mal est un thriller terrifiant dans le sens où Terry Goodkind nous explique que nous vivons dans un monde en déclin. L’extermination de notre espèce est proche, guidée par la folie Humaine. Que peut-on faire ? Rien. Nous subissons et regardons mourir les gens autour de nous, ce qui devient une habitude finalement. Sur un ton qui n’est pas moralisateur, l’auteur nous fait réaliser que notre vie ne tient qu’à un fil. Tout comme celle de ses personnages !

Si le début pouvait paraître un peu sans saveur, l’intrigue finit par nous happer et l’histoire par nous chambouler. On apprend à apprécier des personnages, on découvre la folie des autres. Terry Goodkind arrive à nous surprendre avec des rebondissements terribles et nous laisse avec une envie de plus. On veut connaître la suite des aventures des anges exterminateurs, on veut savoir comment le Monde se sortira de cette impasse.

Les scènes sanglantes se multiplient, le suspense et la tension sont au rendez-vous. On termine Les sanctuaires du mal d’une traite, à la fois perturbé et envoûté. L’auteur, qui a gagné ses galons dans la fantasy, nous prouve ici qu’il peut aussi passer maître dans l’art du thriller !

Extrait :

« – Je suis seulement une femme qui reconnaît un tueur quand elle croise son regard… dit-elle, comme si elle plaidait devant une cour.
– Si le monde ne finit pas par exploser – une hypothèse somme toute plausible -, il continuera cahin-caha, comme celui dans lequel tu as grandi. Mais en empirant régulièrement, avec des criminels de plus en plus puissants, des gangs dominateurs et un terrorisme omniprésent. Tout se dégradera, mais si lentement que personne ne réagira. Trop occupés à déverser leur haine sur les réseaux sociaux, les gens ne s’en apercevront pas. »

Share.

About Author

Leave A Reply