Après toi, la suite tant attendue du livre de Jojo Moyes

Après toi, la suite du livre Avant toi de Jojo Moyes, est sorti le 10 juin dernier chez Milady. On retrouve Lou, notre héroïne un peu paumée, qui tente de suivre les conseils de Will et de vivre chaque jour comme si c’était le dernier. Plus facile à dire qu’à faire, d’autant plus lorsque la jeune femme fait une chute du haut de son immeuble…

Si vous n’avez pas encore lu Avant toi, je vous conseille vivement de ne pas lire cet article car vous serez évidemment spoilés. Éviter également le résumé du livre ! Par contre, je vous invite à aller voir la chronique du premier tome ici.

Après toi est un roman qui,  je dois l’avouer, m’a un peu déçue. Il faut dire que Jojo Moyes avait mis la barre très haute avec Avant toi ! La fin, incroyablement triste, avait laissé les lectrices pantoises. Dans Après toi, Lou peine à se remettre de la mort de Will. Elle s’est installée à Londres où elle a un emploi de serveuse dans un bar d’un aéroport où elle doit porter une tenue d’un goût très douteux. Elle est triste, complètement paumée, et ne sait plus quoi faire de sa peau. Un soir, alors qu’elle est montée sur le toit de son immeuble, Lou est surprise par l’apparition d’une jeune fille et tombe trois étages plus bas.

apres-toiPeut-elle encore vivre après tous ces malheurs qui s’enchaînent ? C’est cette même jeune fille qui va redonner un but à Lou car elle est le meilleur moyen de tenir sa promesse faite à Will quelques mois plus tôt. Qui est cette adolescente ? Que faisait-elle sur le toit ? Connaît-elle Lou ? Tant de questions qui trouveront très rapidement une réponse, et pas n’importe laquelle ! Le lecteur peinera peut-être un peu à se mettre dans l’histoire et, avec cette révélation, on tombera encore un peu plus bas. Après toi arrivera-t-il à remonter la pente ?

C’est le cas grâce à l’arrivée de plusieurs personnages et au retour d’autres qui nous avaient manqué. Arrivée à la moitié d’Après toi, le livre prend une tournure intéressante et commence à redorer son blason. Il faudra s’accrocher pour apprécier pleinement ce récit mais il vaut tout de même le coup. Si vous vous attendiez à autant d’émotions que dans Avant toi, vous serez déçus mais franchement, comment réussir ce pari ?

Après toi est finalement un livre qui ne démérite pas. L’histoire se met tranquillement en place pour devenir enfin intéressante, voir même addictive. Jojo Moyes continue d’en faire voir de toutes les couleurs à son héroïne. J’ai adoré la fin de ce récit qui m’aura fait douter de l’avenir de Lou jusqu’au dernier chapitre. Un livre un brin angoissant mais qu’on finit toujours le sourire aux lèvres !

« Il pose sa main sur la mienne. Celle-ci est sèche et tiède, rassurante. Soudain, je panique à l’idée qu’il me lâche.

– Tenez bon. Donna, quelle est l’heure estimée d’arrivée ?

Je ne peux pas parler. Ma langue remplie ma bouche. J’ai l’esprit confus, mes pensées se bousculent. Ai-je bougé le bras quand ils m’ont ramassée ? J’ai bien levé la main droite ?

– Gne suis garalysée ? parvins-je enfin à articuler dans un souffle. »

2 Commentaires le Après toi, la suite tant attendue du livre de Jojo Moyes

  1. J’ai lu le livre il y a quelques jours.
    D’abord un peu déçu je trouvais que le roman me baladais à droite et à gauche sans fil conducteur.
    Puis rapidement j’ai été saisi et enveloppé par l’histoire.
    Comme son premier opus ce livre est addictif. …
    Je vous le conseille.
    Philippe

  2. j’ai presque préféré cette suite drole et émouvante d’un façon differente du premier qui était lui aussi tout aussi bien j’ai dévoré les 2 livres en deux jours !

    addictif c’est sur !la fin du 2iem me laisse imaginer toutes les suites de la vie trépidente
    de cette adorable petite lou quand on la quitte on à envie de savoir la suite mais il n’y en aura sans doute pas …

    maintenant j’attend de voir le film la bande annonce reste fidèle au livre … à voir
    deux livres super à emporter dans vos valises en vacances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*