Le Pop Pop Pop Tour continue après Katy Perry puisque Taylor Swift était à Wembley pour deux dates et on a fait le déplacement.

Est-ce que le billet à plus de cent euros valait le coup ? La réponse est oui. On a assisté à un concert pop énergique à la mise en scène dantesque.

On oublie un peu l’esprit Club Med du concert de Katy Perry. Taylor Swift a préféré faire dans le plus sombre. La bouche géante fait place à un serpent géant et les ballons laissent place à des flammes et des plateformes sculptées.

Il est 19 heures 15 quand on entre dans ce stade mythique de Wembley. Il n’est pas encore rempli et la scène domine la pelouse. Elle sera en forme de V avec deux avancées de chaque côté de la scène principale. Deux grands écrans révèlent la pochette de l’album Reputation. PLus tard, on comprendra que ces deux écrans sont composés de plusieurs petits écrans qui se déplaceront pour moduler différents tableaux.

Les premières parties sont assures par Charlie XCX et Camila Cabello. C’est d’ailleurs cette dernière qui arrive à 19h30. Un show plutôt bon, l’ex membre des Fifth Harmony fait bouger beaucoup de monde et le public semble connaître le répertoire de la jeune femme. Même public oblige. Elle termine par l’évident Havana, un des tubes de cette année.

Le stade se remplit, nous sommes assis (oui assis, des milliers de chaises sont installés) au rang J de la zone A5, pile en face de la scène. La fosse Or nous sépare de la scène et elle n’est composé que d’une petite centaine de personnes. Le placement est plus que parfait.

Bad Reputation de Joan Jett résonne dans le stade à un niveau sonore qui signale le début d’un set. Onpense à Charlie XCX et un clin do’eil au titre de la tournée de Taylor ? Il n’en est rien, il est 20h30 quand Taylor Swift apparait devant nous. Charlie XCX a dû commencer avant 19h ! Il fait donc encore jour quand celle qui boude la France (ces albums ne marchent pas) entre sur scène avec le titre fait pour commencer : …Ready For It?

La puissance pop du titre vibre dans l’enceinte à 95% remplie. Taylor Swift est vêtue d’une combinaison noire et dorée, des couleurs qu’elle ne quittera jamais. Le titre qui tranchait avec les précédents convainc. I Did Something Bad prend la suite et Gorgeous se fait entendre. La voix de Taylor est un peu noyée entre les backup vocals qui sont nombreux. Par moments, Taylor se permet de pousser un peu pour qu’on apprécie quand même ce qu’on est venu entendre. Les chansons se succèdent, évidemment piochées dans le dernier album Reputation. Look What You Made Me Do suivie de End Game ne trompent personne. Tous les styles lui vont. Celle qui a commencé en chanteuse country, et elle ne manquera pas de le souligner, s’est révélée en chanteuse pop indispensable.

Les deux grandes étendues d’écrans se déplacent pour s’adapter à chaque chanson, c’est du grand art. La scène est entièrement à disposition de la chanteuse et ses danseurs. Les instruments sont en arrière plan, sous les écrans.

Alors qu’elle part de l’autre côté du stade, elle est rejoint par Charlie XCX et Camila Cabello pour Shake It Off. Dommage de ne pas profiter de ce tube sur la scène principale. On a même du mal à jauger l’ambiance du stade même si on est désormais face au stade entier. ON ne voit tout simplement pas la chanteuse.

Suite à ça, elle prend la guitare pour une session acoustique qui plombe le feu mis après Shake It Off. Et en allant de l’autre côté du fond de stade, on soupire encore un peu surtout en entendant les premières notes de la parfaite Blank Space. C’est sur un set de 6 titres que nous perdons Taylor de vue. Evidemment, pour ceux qui étaient en fond de fosse, c’est plutôt un bon rapport qualité/prix.

Quand elle revient enfin sur scène, c’est pour Bad Blood. Nous sommes dans le ventre mou du concert. Malgré la puissance des titres, la mise en scène éclatée nous perde le fil. Et quand elle se met au piano, c’est pour se poser quelques minutes puisqu’elle n’a pas arrêtée d’aller et venir depuis plus d’une heure trente. Taylor nous fait un discours sur la célébrité, sa carrière et se félicite d’être suivie par des fans fidèles. On prend ce discours comme il se doit et c’est le “vieux” titre Long Live qui résonne. New Year’s Day termine sa session piano avec un dénouement inattendu. Une ovation de trois minutes vient un peu bouleverser le programme et la chanteuse. Vraiment touchée et émue, elle contemple peut-être 10 ans de carrière et 10 ans de sans faute.

Visiblement remontée à bloc, Taylor Swift se prépare à dégainer un Getaway Car survitaminé. Avec sa petite veste et seule sur scène, elle enchaîne les pas de danse comme une jeune fille dans sa chambre qui écoute sa chanson préférée. Son allure d’enfant dansant fait plaisir à voir, on est vraiment dans la pure tradition pop. Ce titre, sous-estimé, est un des plus efficaces de son album.

Qui dit Wembley dit quand même guest. C’est la première fois, étonnamment, qu’elle fait Wembley. Elle appelle quelqu’un qu’on connait mais que personne n’a vu sur scène ou presque. Niall Horan, ex-One Direction, vient chanter son Slow Hands en duo. C’est rapide, frais et on se demande pourquoi elle n’a pas  invité Zaynn avec qui elle a partagé la chanson I don’t wanna live forever.

Alors que Shake It Off et Blank Space ont déjà été faites, il est raisonnable de se demander par quel titre Taylor va conclure son show. C’est donc un fabuleux mix We Are Never Ever Getting Back Together / This Is Why We Can’t Have Nice Things qui conclura deux heures de concert. Les deux chansons font bouger une ultime fois les spectateurs. Ca courre, ça saute, ça danse sur scène et dans les rangs du public. Les feux d’artifice sont lancées, les confettis aussi. C’est la fin de son premier Wembley. .. et on en sort avec plein de tubes dans les oreilles, plein de lumières dans les yeux.

Si on regrette l’absence de titres comme 22, Out of the Woods ou le culte I Knew You Were Trouble, et la présence de back ups vocals, ce concert a rempli sa mission : faire de la bonne pub pour le dernier album et confirmer que Taylor Swift est l’une des reines de la pop. On est loin du kitsch de Katy Perry mais chacun son style évidemment. Wembley lui va bien et Taylor nous va bien. En tout cas, la Pop n’a pas à avoir honte d’avoir des chanteuses qui peuvent offrir des shows comme celui-ci. Maintenant place à Britney Spears courant août pour voir si gagnera le prix PopPopPopTour de Smallthings 🙂

Act 1
…Ready for It?
I Did Something Bad
Gorgeous
Style / Love Story / You Belong With Me

Act 2
Look What You Made Me Do
End Game
King of My Heart

Act 3
Delicate
Shake It Off
(avec Charli XCX et Camila Cabello)
Dancing With Our Hands Tied (acoustique)
So It Goes… (acoustique)

Act 4
Blank Space
Dress
Bad Blood / Should’ve Said No

Act 5
Don’t Blame Me
Long Live / New Year’s Day (piano)

Act 6
Getaway Car
Slow Hands (guest Niall Horan)
Call It What You Want
We Are Never Ever Getting Back Together / This Is Why We Can’t Have Nice Things