my hero acadamia
Critique d'adaptation Z

My Hero Academia World Heroes’ Mission : Panique au Grand Rex

“My Hero Academia – World Heroes’ Mission” est sorti dans les salles françaises le 26 janvier 2022. Le Grand Rex, comme le veut la tradition, l’a représenté en avant-première avec de nombreux fans présents. Seulement… Tout ne s’est pas passé comme prévu, du moins pour la séance de 18h du vendredi 21 janvier, soit quelques jours avant la sortie officielle.

Désorganisation, communication ratée entre les membres du staff ? Nous allons voir ça ensemble.

Attention, cette critique contient de nombreux spoilers. Ne lisez pas si vous ne voulez pas gâcher l’expérience.

my hero acadamia

 

                Le vendredi 21 janvier, à 18h, j’arrive pour assister à la séance. Ceci est bien sûr une expérience personnelle et peu de gens l’ont forcément vécue comme moi, mais attendez de voir la suite. Impossible pour moi de repérer la bonne entrée pour voir le film. Je pose alors la question à un membre de la sécurité… Bien mal m’en a pris, car il ne connaissait même pas « My Hero Academia », à croire qu’il ne sait même pas ce qui est diffusé au cinéma… Il me montre l’énooooorme file d’attente derrière, chose qui m’a surprise car je croyais que c’était la file pour ceux qui venaient acheter les billets sur place, ou bien pour la séance d’après de 20h. Dépitée, je fais la queue. De plus en plus anxieuse à l’idée de m’être trompée de file, je demande aux autres s’ils viennent pour la séance de 18h et s’ils ont bien sûr, déjà acheté le billet. Et bien oui !!! On était bien une cinquantaine de clampins à attendre dans une file énorme POUR RIEN. Ce n’était effectivement pas la bonne file, ni la bonne porte !

Mais ça, on a mis 20 minutes pour s’en rendre compte ! 20 minutes pour que d’autres membres du staff s’aperçoivent du problème, et pour qu’ils viennent nous chercher pour aller dans la bonne entrée ! Et je ne compte pas les minutes de plus pour vérifier les pass sanitaires et nos billets ! Qu’est-ce qui s’est passé avec les équipes du Grand Rex ? Est-ce que c’est une mauvaise communication entre les membres du staff ? Le tout aggravé par des travaux de façades qui nous empêchait de voir correctement la bonne entrée à prendre ? On ne saura jamais. Il n’y avait aucune indication claire, pas de barrière ni de rubans, ni de grand panneau nous disant où aller quand on avait déjà réservé notre place. Selon ce que j’ai compris, c’était très clairement indiqué avant 18h. Mais dès que la file d’attente s’est épaissie, c’était fini : on ne voyait plus rien. Ce serait vraiment bien que le Grand Rex apprenne de ses erreurs, communique mieux avec TOUT son staff et que des équipes plus vigilantes se forment pour guider les gens ! Mais bon passons : la seule leçon à en tirer, c’est qu’il faut bien s’y prendre en avance.

Revenons-en au film

Je rentre dans la séance à 18h30 ( !!! ) et bien sûr, le film a déjà commencé. Pour resituer l’ensemble : ce film se déroule au beau milieu de la saison 5 de la série « My Hero Academia », avant l’Arc des Vilains. Deku, Baku, Shoto et les autres se retrouvent déployés dans le monde entier pour un stage pro, le tout supervisé par des Héros confirmés. Mais Deku, le héros de l’animé, devient par mégarde ennemi public n°1 après le vol d’une mystérieuse malette (et accessoirement accusé d’avoir tué 12 personnes). Dans sa fuite, il va devoir veiller sur Rody Soul, un garçon débrouillard au grand cœur qui a perdu son père. Ce dernier était un scientifique kidnappé par la mystérieuse organisation Humanrise, c’est pourquoi Rody et sa famille se sont retrouvés totalement exclus de leur village… Deku, de par son grand cœur, est bien le seul à accepter d’aider Rody.

Le début, qui se déroule plus ou moins paisiblement dans la campagne, s’accélère dès que nos deux héros se retrouvent confronter aux sbires d’Humanrise et que Baku et Shoto viennent à leurs rescousses. Nous retrouvons avec bonheur les impressionnantes réactions du public du Grand Rex : tout le monde criait et applaudissait quand Baku et Shoto commençaient à se battre ! Malgré toutes ces embûches rencontrées pour entrer dans la salle, force est de constater que le public est encore une fois au rendez-vous, avec des réactions dignes d’un match de football…… sans les désagréments du football >> ;

my hero academia

La deuxième moitié du film est encore plus ryhmée et prenante, comme tout OAV shonen qui se respecte. Humanrise est en réalité une société secrète qui a juré la perte des Héros, c’est pourquoi elle se focalise sur la destruction de tout humain ayant un Alter. Nos protagonistes, déployés dans le monde entier, doivent déjouer des bombes placées dans toutes les grandes capitales. Paris est également montré dans le film, et chose intéressante, seules les « Héros filles » s’y trouvent… En effet, chez les Japonais, la capitale française est encore vue comme un endroit très romantique, et ce sont souvent les femmes japonaises qui s’y rendent uniquement pour cette croyance ! Les hommes japonais qui décident de partir en Europe privilégient plutôt Londres qui est davantage considéré comme une ville « faite pour les affaires », selon eux… C’est seulement un avis de ma part, mais c’est peut-être pour cela que seules des héroïnes se trouvaient à Paris dans le film ? C’est tout à fait possible.My Hero Academia

 

Pendant ce temps, Rody Soul aide nos trois Héros principaux à localiser le siège d’Humanrise et accessoirement, à trouver le moyen de désactiver les bombes placées aux quatre coins du Globe. Deku, Shoto et Baku entrent dans la montagne islandaise où se trouve Humanrise, et affrontent chacun un adversaire tel des boss de fin, laissant le plus fort à Deku. Le méchant justement : voilà un antagoniste intéressant. De son nom « Flect Turn », il possède lui-même un Alter qui lui empoisonne totalement l’existence : doué de pouvoirs magnétiques, il « repousse » tous ceux qui veulent l’approcher, à l’image d’un aimant inversé. Jamais personne n’a pu le toucher : ni ses parents, ni ses amis… Il va sans dire qu’il n’a jamais connu l’amour non plus. C’est donc logiquement qu’il est devenu le chef de cette secte dédiée à anéantir tous les Alters et à faire en sorte qu’il n’y ait plus jamais de héros. C’est un passé plutôt intéressant car ça explique pourquoi l’antagoniste est devenu ainsi, plutôt que de montrer un « méchant » juste parce qu’il doit être « méchant ». Mais c’est une fois de plus la magie des mangas : les personnages sont bien travaillés et rarement manichéens.

My Hero Academia

Il faudra une force colossale à Izuku alias Deku pour arriver à toucher cet adversaire à la force de ses poings ! Le sang gicle, les blessures se multiplient et on se demande par quel miracle nos héros s’en sortent vivants… Baku et Shoto bataillent durement contre leurs adversaires qui gardent le siège d’Humanrise : Shoto affronte un ennemi de glace et manque de se noyer. Quant à Baku, il n’est pas en reste face à deux créatures capables de projeter des sortes de cordes couvertes de harpons (je suis désolée de ne pas avoir trouvé le nom de cette arme). Le moment où Baku retire son armure après son combat risque de faire rougir plus d’une fangirl ou d’un fanboy !

Deku quant à lui devra déployer l’intégralité de ses pouvoirs pour déjouer Flect Turn, à l’image d’un Goku passant par différents stades pour devenir Super Saiyan. Il n’y parvient pas avant d’endurer de terribles blessures, mais ce n’est rien en comparaison du pauvre Rody qui se vide littéralement de son sang alors qu’il tente péniblement d’atteindre la salle de contrôle des bombes… C’est difficile de savoir comment tout ce beau monde s’en sort en vie à la fin après de telles blessures ! Heureusement qu’on est dans un shonen 😉 Petit bonus, Rody possède lui aussi un alter. Il est sous la forme d’un adorable petit oiseau rose qui le suit partout, et qui fait tout le contraire de ce que fait Rody.

My Hero Academia

 

En conclusion : est-ce que ce nouveau My Hero Academia était un bon film ? OUI, c’est un GRAND OUI. Malgré les cafouillages du début pour entrer dans le Grand Rex, cela n’a en rien gâché l’expérience. Le film était vraiment génial. Le rythme est bon, il y a de la tendresse, de l’amitié, un scénario bien construit malgré quelques clichés d’usage, beaucoup d’actions évidemment, un peu de fanservice bienvenu, et un antagoniste intéressant. Cette secte, Humanrise, est vraiment un concept très approfondi : est-ce que cette organisation était si absurde que ça, finalement ? Elle semble avoir quelques arguments bien pensés pour vouloir anéantir les Alters : ces derniers peuvent être une monstruosité, une malédiction qui empêche de se vivre pleinement en tant qu’humain. C’est ce qui m’a le plus surprise : le scénario n’est en rien simpliste et approfondit vraiment son propos en soulevant de grandes questions. Et justement, comment répondre à cette difficile question ? Les vrais Héros, nos protagonistes donc, nous répondent qu’il faut justement se servir de son Alter comme d’un moyen de faire le bien, et de protéger l’humanité, SA propre humanité. C’est ce que fait Deku et plus tard Rody : bien qu’ils aient un Alter, ils sont profondément humains et veulent faire le bien malgré les difficultés. C’est ce qui fait d’eux de vrais héros.

My Hero Academia

 

En un mot comme en cent, FONCEZ. Ce film en vaut vraiment la peine : c’est un divertissement total et en plus, il soulève de vraies problématiques. Que demandez de mieux ? Le public du Grand Rex a adoré : l’ambiance était de feu avec des applaudissements et des cris à tout rompre : c’était un vrai bonheur. Seulement, ce serait bien que le staff du Grand Rex soit mieux organisé et qu’il n’y ait plus autant de problèmes pour entrer dans la salle ! Quoiqu’il en soit, il me tarde de voir la prochaine saison de My Hero Academia : elle vaut sûrement le coup d’œil !

 

 

 

Rebecca
Juste une Otaku qui a chopé le virus de la Japanimation et qui ne guérira jamais ! Egalement incurable en ce qui concerne le cinéma, les blockbusters, les comics et la littérature

Laisser un commentaire