Bébé part en vadrouille
Critiques de films

Bébé part en vadrouille (1994) : maman, j’ai roté le biberon

Bébé part en vadrouille
1994

Réalisé par Patrick Read Johnson

Avec Joe Mantegna, Lara Flynn Boyle, Cinthia Nixon et Joe Pantoliano

À neuf mois, Bébé Bink, qui fait la fierté de ses richissimes parents, est enlevé par les trois malfrats les plus ringards de la ville. Ceux-ci sont sûrs de leur coup, jusqu’au moment où Bébé Bink échappe à leur surveillance et se retrouve livré à lui-même. Poursuivi par les trois gangsters, il va vivre des aventures aussi folles que dans son livre préféré!


Bienvenu-e-s dans le vidéoclub Smallthings où on ressort les quelques VHS qui traînent. On est tombé sur Bébé part en vadrouille !

Scénariste des gros succès familiaux des années 80/90 avec Breakfast Club, Ferris Bueller, Beethoven, Maman, j’ai encore raté l’avion ! et Denis la Malice, John Hughes signe l’histoire de Bébé Part en Vadrouille.

Prenez un bébé qui est enlevé par trois malfrats, enchainer les gags façon Home Alone, et vous aurez un ersatz de Maman, j’ai raté l’avion!. Très oublié maintenant, Bébé part en vadrouille est un très honnête film familial aux gags très bon enfant et au rythme certain.Bébé part en vadrouille

Faire jouer un bébé nécessite d’avoir des jumeaux pour partager le temps de travail quotidien. Comme le film mise quasiment sur lui pour toutes les scènes, il fallait un bébé expressif, si ce n’est deux. Mission accompli, le « héros » est parfait dans le rôle. Restent donc les trois voleurs, ces casseurs flotteurs de seconde zone. Il y a tout de même Joe Pantoliano (Matrix, Les Goonies), et Joe Montegna (Le Parrain 3, Esprits Criminels), deux têtes de mafieux qui vont se prendre plusieurs objets pour une dizaine de gags faciles. Oh, on ne rira pas de bon cœur mais, au moins, on ne dira pas que c’est nul, car oui, ça l’est 30 ans plus tard mais c’est fait avec tendresse.

Il y a même un faux gorille, et bien fait en plus ! Les animatroniques, gorille comme bébé, sont quasi parfaits. C’est une production plutôt carrée et loin d’être ringarde. Et justement, si le film peut l’être avec le recul, il est surtout parfaitement rythmé. Tout va très vite, et comme dans Maman, j’ai raté l’avion! , il n’y a que les scènes avec les parents qui se lamentent qui peinent un peu à nous convaincre.

Bébé part en vadrouille

Pour l’anecdote, il y a la première ville faite entièrement par ordinateur dans ce film !: Quand le troisième acte se situe sur un immeuble en construction, les vues en altitude sont plutôt propres et bluffantes pour l’époque. C’est à peine si le film accuse ses 28 ans.

Bébé part en Vadrouille est disponible sur Disney+

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *