vortex-serie
On a terminé

Vortex (France 2) : une brève histoire du temps et de l’amour

Vortex arrive sur France 2 le 2 janvier avec 6 épisodes d’une histoire à travers le temps qui pourrait bien être la première bonne surprise de ce début d’année.

2025. Capitaine de police judiciaire à Brest, Ludovic a perdu il y a 27 ans l’amour de sa vie, Mélanie. La mère de sa fille Juliette est morte dans ce qui semblait être un accident… Mais soudain, grâce à une faille temporelle qui s’ouvre à l’intérieur d’une scène de crime reconstituée en réalité virtuelle, ils peuvent communiquer entre 1998 et 2025 ! Ludovic prévient Mélanie : elle va mourir dans 11 jours ! Mais la sauver d’une mort certaine, cela signifie que Ludovic risque de perdre sa vie au présent, celle qu’il a mis tant de temps à reconstruire : sa nouvelle femme, Parvana et leur fils Sam …

Vortex vient de l’esprit de l’auteur de thriller Franck Thilliez. Couchant un concept sur deux pages, l’auteur a ensuite laissé carte blanche aux scénaristes Camille Couasse (Lupin, Les Bracelets rouges, Nina, Deutsch-les-Landes) et Sarah Farkas (Adrénaline, Munch, Nina). Elles se sont entourés de Marine Lachenaud, Guillaume Cochard et Louis Aubert pour cette mini-série de 6 épisodes bouclés.

Côté réal, c’est Slimane-Baptiste Berhoun (Le Visiteur du Futur) qui s’occupe des 6 épisodes. Il avait fort à faire puisque Vortex a l’ambition d’utiliser la VR comme terrain de chasse de la plupart des scènes. C’est la technologie utilisée par the Mandalorian qui est reprise ici avec ce mur de LEDs qui fait office de réalité virtuelle pour reconstituer la plage bretonne.

Vortex réunit un casting hétéroclite avec Tomer Sisley (Ludovic), Camille Claris (Mélanie), Zineb Triki (Parvana), Eric Pucheu (Noor), Sandrine Salyères (Florence), Anaïs Parello (Juliette), Léo Chalié (Isabelle), Ludovik (Hector), Juliette Plumecocq (Agathe), Evelyne El Garby (Yasmine Ben Salem), Sébastien Nivault (Battesti) et Maxime Gueguen (Sam). Camille Claris éait dans La Dernière Vie de Simon ou encore Les Etoiles Restantes. Tomer Sisley est évidemment le héros de Balthazar, la série de TF1.

Vortex est donc un pari ambitieux de raconter une histoire policière et une histoire d’amour ave une couche de voyage dans le temps. Le principe du voyage n’est pas expliqué, il faut accepter qu’une réalité virtuelle puisse avoir crée un pont entre deux temporalités et que ces deux temporalités de passent en parallèle à la manière de Fréquence Interdite (2000). Le meurtre de Mélanie hante Ludovic depuis 27 ans. C’est ce gap qui peut déjà gêner quand on voit que Tomer joue les deux Ludo à 25 et 52 ans. Le maquillage et le rajeunissement numérique ont beau être de la partie, les 27 ans paraissent beaucoup. Cela nous installe Vortex en 1998 autour de la Coupe du Monde 1998. On aurait aimé un écart plus petit pour une question de cohérence.

La différence de 27 ans n’est pas le sujet de blagues ou de moqueries, c’est vraiment Ludovic exclusivement qui voyage et qui ne bouge pas de cette plage, théâtre de la rencontre entre les deux personnages, la Mélanie du passé et le Ludovic du présent. La mission de Ludovic est simple mais finalement extrêmement lourde en conséquences. Sa vie a changé depuis la mort de Mélanie et il ne veut pas tout perdre. Comme dans The Lazarus Project, les personnages perdent beaucoup à vouloir changer le passé. Nous sommes le résultat du passé, il est évident que changer un événement bouleverse plus que de raison. C’est ce dilemme qui fait toute la force des fictions traitant du voyage dans le temps.

Vortex n’est pas une série « techno », mais une série qui s’empare d’un des plus beaux et puissants thèmes de fiction, le dilemme (le fameux et terrible choix cornélien…) : Ludo doit prendre une décision qui va faire basculer sa vie actuelle, en 2025, à tout jamais : s’il arrive à sauver Mélanie en 1998, que deviendront Parvana et leur fils Sam ? – Iris Bucher et Roman Turlure, producteurs de Vortex

Si les deux histoires se passent en parallèle, la règle de ce voyage dans le temps est plutôt simple/ Ludovic ne récupère pas les souvenirs passés à chaque effet papillon et tout ce qui se passe en 1998 aura des répercussions en parallèle. Faire de Ludovic un personnage sans nouveaux souvenirs rend la série moins complexifiée et finalement assez sobre. Les effets papillon sont efficaces et ne viennent pas rendre l’intrigue confuse.
Idem pour la machine de réalité virtuelle. les règles sont là, la reconstitution est solide et techniquement réussie.

vortex-serie

Ce qui pêche un peu est l’intrigue policière qui peine à se renouveler efficacement. En faisant simple, la série fait finalement peu d’effets. On aurait aimé un peu plus de folie côté effet papillon. Les effets sont réduits à une action = un effet. La cascade de rebondissements aurait été un bon point sur un épisode, histoire de montrer que les scénaristes s’amusent avec le concept.

Reste que l’intrigue policière suit son cours, et promettant une résolution surprenante. Sur ce point, on aime la prise de risque de terminer sur une note douce-amère qui n’était peut-être pas évidente pour une série de notre pays. L’ajout de Ludovik n’est pas quelque chose de pertinent. Son image de beauf rieur fait un poil tâche dans cette ambiance assez sombre où ne règne pas forcément de la légèreté. Son personnage est tellement peu à sa place qu’on imagine sans mal son rôle de poil à gratter au cœur de l’intrigue. Et c’est cette ambiance qui est plutôt le bon point. Slimane-Baptiste Berhoun propose une mise en scène solide, qui utilise comme il se doit la VR sans être tape-à-l’oeil. Si la technologie n’avait pas suivi, la mise en scène aurait été entaché de 20% de sa réussite d’après le réalisateur.

Tomer Sisley jongle entre le rôle du père, du flic, du vieux, du jeune. Il s’en sort bien même si les scènes de colère sonnent faux. Les acteurs et actrices se retiennent un peu trop et frôlent la sortie de piste.  Camille Claris explore quelques facettes intéressantes. On aimerait la voir dans une franche comédie, il y a de la place pour apporter quelque chose.

Sur la longueur, Vortex n’a pas eu besoin de plus de 6 épisodes pour raconter son histoire. Les rebondissements sont plutôt bien dosés. La relation Ludovic / Mélanie est touchante et Vortex en joue suffisament bien pour que la série soit riche en thématiques.

Vortex est à voir sur France.TV ou sur France 2 à partir du 2 janvier.

Bonus : un jeu VR inspiré de Vortex sera mis en place dès janvier / février.

5 Replies to “Vortex (France 2) : une brève histoire du temps et de l’amour

  1. Franchement je trouve que vous critiquez trop j’ai adoré l’intrigue de la série j’ai adoré regardé et surtout j’étais rassurée de voir que le meurtre ne fut pas facile à élucider je spouconnais Hugo des la partie où Mel l’a pris dans ses bras mais les initiales sur la plage m’as désuadé bref ce fut un plaisir

    1. si je n’argumentais pas, ca serait inintéressant à lire et à écrire. Je donne tous mes arguments. Oui c’était sympa. Mais pas parfait

  2. Moi j’ai juste une question. Que veut dire cette image qui bouge à la façon d’un bug informatique ? Cela pourrait induire beaucoup de choses mais à l’arrivée cela ne prend pas sens.

    1. quelle image? c’est vague ^^ Mais vu que c’est une technologie, et que c’est un glitch, un parasite, c’est normal qu’il y en ait beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *