the benza amazon prime video
Interviews

The Benza (Prime Video) : interviews de l’équipe

Je vous avais déjà parlé de la série OVNI The Benza, dispo sur Amazon Prime Vidéo, et racontant les mésaventures de 2 américains au Japon, parlant couramment japonais, à la recherche d’une cuvette de WC et qui devront finir par sauver le monde ! Eh beh interview de l’équipe !

J’ai eu la chance de « rencontrer » virtuellement le créateur de la série (qui joue Chris, l’un des 2 héros) Christopher McCombs et qui m’a permis de réaliser une interview de quelques-uns des acteurs et actrices de la série.
Cela va nous permettre de découvrir un peu l’envers du décor, avec quelques photos exclusives des coulisses, et ce qui se cache derrière cette aventure un peu dingue de ce qui était au départ un délire entre copains. Aussi, vous saurez comment la série est arrivée sur Prime !

Petit erratum de ma part, d’ailleurs, ils ne sont pas tous les 2 américains, Chris McCombs est américain et Kyle Card est canadien. Janni Olsson, pour sa part, est suédoise. Un vrai casting cosmopolite, qui a son importance dans l’histoire de cette série !

Main cast of The Benza

Q : Bonjour à tous ! Tout d’abord, je pense que les gens ne vous connaissent pas encore, donc.. Qui êtes-vous ?

Kyle : Mon nom est Kyle, et je joue Kyle.

Masa : Salut, je suis Masa. Je joue Tamura, l’employé du magasin et son fantôme.

Janni : Je suis Janni et je joue Alena la « chercheuse de trésor » (TreasureHunter est aussi son nom de famille : ndlr)

Chris : mon nom est Chris. Je suis le créateur de The Benza et Benza English, et je joue Chris.

 

Q : Depuis quand êtes-vous en Japon ? Et qu’est-ce qui vous a mené sur cette petit île de l’autre coté de la Terre ?

Chris : c’est une histoire différente pour chacun de nous. Kyle, vas-y, commence.

Kyle : Cela fait maintenant environ 10 ans que je vis au Japon, depuis 2011, et je suis venu pour la première fois en 2e année d’université, lors d’un programme d’échange. J’ai étudié le Japon durant toute l’année scolaire à l’Université Oberlin, à Tokyo, et je suis tombé amoureux du pays et de sa culture. J’y suis retourné en 2011 afin de commencer une carrière dans le divertissement ce qui m’a permis de continuer à améliorer mon japonais.

Janni : Je suis une suédoise qui vit au Japon depuis maintenant 5 ans et qui travail dans l’industrie du divertissement. Mon frère devait venir avec un ami, mais son ami a annulé à la dernière minute et j’ai pris sa place. Après 5 semaines de voyage avec un sac à dos, je suis tombée amoureuse du pays. Et je n’ai pas arrêté d’y revenir.

Chris : Je suis ici depuis maintenant 10 ans, aussi. J’ai étudié le japonais à Las Vegas, à l’université de Southern Nevada, et de Las Vegas, quand j’ai eu l’opportunité de devenir modèle à Tokyo. J’étais supposé n’y rester que 6 moi, mais j’ai fini par obtenir un rôle régulier dans une série télévisée. C’est d’ailleurs là que j’ai rencontré Kyle !

Kyle Card, Masahito Kawahata, Michiko Noguchi making The Benza

Q : Etiez-vous tous amis avant de démarrer la série ?

Kyle : Oui, Chris et moi ainsi que la plupart des membres de l’équipe avions déjà travaillé ensemble au cours des 10 dernières années. Je connais particulièrement Chris avec qui on est très amis, puisqu’on a joué plusieurs fois dans les mêmes séries télévisées japonaises.

Chris : Kyle et moi avons joué des rôles réguliers dans les 2 mêmes séries télévisées, ainsi qu’un film d’horreur et une comédie musicale. Kyle et moi avons joué tellement de rôles différents que parfois, je ne me souviens plus qui a joué quoi ! Haku Inko (celle qui joue Inko Sensei, la professeure) et moi nous sommes rencontrés lors d’un shooting photo, et je travaille avec Za (Michiko Noguchi) sur une autre série télévisée actuellement.

Janni : Chris m’a choisi lors d’une audition. C’était une audition pour un rôle de reporter, mais quelques temps plus tard, j’ai eu un coup de fil de Chris me demandant de jouer une chasseuse de trésor !

Masa : J’ai été approché par l’équipe après avoir fait un spectacle d’improvisation.

Chris : Masa était génial ! Il est dans un groupe d’improvisation appelé « les pirates de Tokyo Bay » Quelques-uns du groupe ont d’ailleurs rejoint le casting de The Benza et Benza English. Lee Ming Kuk (Lee), on l’a rencontré lors d’une cérémonie de remise de prix pour la télévision et on est tombé amoureux de lui. Il est si charmant ! Je suis toujours attentif afin de repérer des nouveaux talents ! On ne sait jamais où on peut trouver l’inspiration !

Janni Olsson, Kyle Card, and Haku Inko making The Benza

Q : Comment avez-vous eu l’idée de « The Benza » ?

Chris : l’histoire en elle-même est presque autobiographique. Un jour, je me suis réveillé, et ma cuvette de WC était cassée. Ma colocataire (oui, contrairement à la série, c’était une femme) et moi-même étions interloqués. Qu’est-ce qu’il s’était passé ? Comment ça a pu casser ? Aux USA, ce n’est pas franchement habituel d’aller acheter une nouvelle cuvette. Je n’avais aucune idée d’où aller et de quoi faire. Il faut aussi savoir qu’à cette époque-là, au Japon, c’était quasiment impossible pour un étranger d’obtenir une carte de crédit. Je ne pouvais même pas en commander une sur Amazon.

Janni : c’est toujours très compliqué pour les étrangers d’avoir une carte de crédit au Japon !

Chris : à partir de là, on passe à la fiction. Mais la plus grande partie de l’épisode 1 est tirée de la réalité !

Christopher McCombs and Kyle Card making The Benza

Q : Et du coup, de quoi parle la série ?

Janni : grande question. Pour dire les choses simplement, c’est une série faite pour faire rire les gens. Mais j’ai tellement vécu de situation et de rencontres bizarres au Japon que pour moi, c’est juste une « hyper-version » de ma vie ici. Certaines choses vécues dans « The Benza » nous sont réellement arrivées. Chris a juste un peu ré-arrangé l’histoire.

Masa : A la base, c’était l’histoire de deux gars à la recherche d’une nouvelle cuvette de WC, mais quand tu vis au Japon, tu t’en sors pas si facilement ! 

Chris : Le milieu du divertissement japonais te laisse rarement t’en sortir si facilement ! On a vraiment eu beaucoup de chance d’avoir cette offre de faire de The Benza, qui était au départ une court-métrage, une série. Pour nous, il s’agit de montrer au milieu du divertissement japonais que les histoires peuvent être meilleures lorsque tout le monde rit ensemble plutôt que lorsque l’on rit au dépend de l’autre.

Christopher McCombs and Kyle Card making The Benza (2)

Q : C’est d’ailleurs très surprenant de voir deux hommes blancs occidentaux parler couramment japonais. Etait-ce une évidence pour vous de tout filmer en japonais et non en anglais ?

Kyle : absolument. Etre un acteur étranger à Tokyo peut parfois être compliqué, et même rude, parce que c’est extrêmement rare d’être casté pour le rôle d’une personne parlant couramment japonais (même si on le parle couramment).

Chris : S’il y a un étranger dans une comédie japonaise, on rit souvent à nos dépends, on n’est jamais dans la blague. Rarement, on est autorisé à parler un bon japonais dans un film ou dans une série télévisée. On nous encourage à parler un mauvais japonais. Parfois ils me demandent même de prétendre ne pas savoir parler japonais. Je n’aime pas ça. C’est parfois très inconfortable. J’ai pensé que ce serait tellement plus intéressant de raconter une histoire où tout le monde peut rire !

Kyle : On voulait montrer au Japon et ailleurs que les acteurs étrangers sont parfaitement capables de comprendre et jouer en japonais, au même titre que les natifs.

Haku Inko and Christopher McCombs making The Benza

Q : Beaucoup de mimiques et de gestuelles sont inspirés des mangas et animes. Ca aurait pu être l’histoire de deux gars blancs au Japon, incapables d’en comprendre les us et coutumes, mais vous avez choisi de faire l’inverse : deux hommes blancs au Japon mais qui jouent de ces codes japonais : c’est une série faite par des geeks pour des geeks, en fait ?

Jenni : je suppose qu’on est tous plus ou moins geeks, oui. Je ne suis pas sûre que c’était intentionnel au départ, mais c’est vrai. Les geeks apprécieront la série, mais si vous avez déjà vécu en expatrié, dans un autre pays, vous vous reconnaîtrez aussi dans l’histoire.

Chris : bien sûr, on est tous des geeks ! Marginaux, geeks, no-life, lutteurs professionnels… Je suis un gamer pour toujours. Quand j’écrivais The Benza, j’ai joué à autant de jeux RPG que je pouvais. J’veux dire, il y a quand même une scène de RPG dans l’épisode 2 ! Mes favoris sont Phantasy Star sur le Sega Master System et Genesis. Et aussi Final Fantasy XI. Dragoon forever !

Janni : vous voyez ? Une bande de geeks !

Christopher McCombs, Janni Olsson, and Kyle Card making The Benza

Q : Et quelles sont vos inspirations pour la série ? Vous formez un duo qui ressemble un peu à des duos déjà connus, comme Jay et Silent Bob, ou Simon Pegg et Nick Frost (les auteurs de « Shaun of the dead ». ndlr), sont-ils une inspiration pour vous ?

Chris : j’adore Jay and Silent Bob, et Simon Pegg et Nick Frost. Bill and Ted aussi ! Je ne sais pas s’ils sont une source d’inspiration en revanche. Chris et Kyle ont leur propre façon d’interagir entre eux, assez étrange. Surtout par le fait qu’ils communiquent entre eux uniquement en japonais alors qu’ils parlent tous les deux anglais (Nous en connaîtrons la raison dans la saison 2 !)

Pour l’inspiration, j’ai regardé beaucoup de dessins animés, parce que je voulais qu’on retrouve un peu les sensations du dessin animé diffusé le samedi matin. La bande à Picsou et Scooby-Doo en sont de bons exemples. Des personnages d’Animes comme Dorongo de Yattaman a été une inspiration, aussi ! Le film « Clue » aussi ! (Cluedo, film de 1985 basé sur le jeu du même nom, ndlr) J’adore le rythme de ce film !

 

Q : Il y a un spin-off qui arrive bientôt sur Amazon Prime Video France intitulé « Benza English ». Mais qu’en est-il de la saison 2 ? Etes-vous en plein tournage ?

Masa : On avait prévu de tourner la saison 2, mais les parties sur les leçons d’anglais dans The Benza étant les favorites des spectateurs, on a décidé de faire un spin-off intitulé « Benza English » .

Kyle : On est en train de travailler sur la saison 2 et on est très excités à l’idée de retrouver nos personnages et donner une suite à leurs aventures !

Janni : J’ai rejoins le casting pour la série, et non le court-métrage. Je me suis tout de suite sentie à l’aise, inclue dans l’équipe. C’est excitant de ne pas partir de zéro pour créer ce personnage d’Alena, mais d’apprendre à l’explorer avec les autres !

Masa : Je vous conseillerai de regarder le spin-off avant d’attaquer la saison 2 de The Benza, ça vous permettra de retrouver des références.

Kyle : Restez à l’écoute, vous ne serez pas déçus !

Q : Vous avez filmé la première saison avec très peu de moyens (20 000 € d’investissements personnels), avez-vous pensé au crowdfunding ?

Chris : Il y a quelques années, quand on a commencé à bosser ensemble, on avait fait un crowdfunding pour un de nos courts-métrages. C’était horrible. J’ai détesté. Même si maintenant on est supposé tout montrer sur le net, nos travaux d’écriture, les coulisses et tout, je crois que le divertissement devrait rester quelque chose de magique. On ne montre pas les ficelles. Laissez les gens profitez de la magie du divertissement ! Parce que dès qu’on commence à parler de sous, la magie disparaît. 

Peut-être qu’un jour je changerais d’avis, mais pour l’instant, si nous avons besoin d’argent, j’ai encore quelques tours dans mon sac ! Il y a beaucoup de manières de faire apparaître un lapin du chapeau !

Masahito Kawahata making The Benza

Q : Est-ce que la fin de la série est déjà écrite ? Ou vous écrivez au fur et à mesure ?

Kyle : Chris est le maître derrière l’histoire, alors, c’est à lui qu’il faut poser la question… Cependant, j’ai entendu qu’il fallait retrouver et ré-assembler quelques morceaux d’une antique cuvette de toilettes en échange de cette information.

Chris : Je vais faire une exception pour cette fois. Quand on a commencé à filmer la série, on savait qu’on voulait 3 saisons. Je sais exactement comment va se terminer la série, et je suis très impatient de vous la faire découvrir !

The Benza a toujours été l’histoire de la rencontre de  2 mondes, et ce que ça fait d’être un étranger. Ce thème continuera jusqu’au bout.

 

Q : Mon petit doigt me dit qu’un jeu est en cours de préparation, autour de l’univers de The Benza, vous pouvez nous en dire plus ?

Kyle : Ah oui, le RPG Benza ! C’est en cours de travail, et on va essayer de le sortir pour cet été. J’ai beaucoup testé le jeu et je peux déjà vous dire que ça va être très cool ! On y a mis tout notre coeur et notre sueur dans ce projet, donc je suis certain que vous allez l’aimer, et même l’adorer !

Masa : Je ne peux pas vraiment répondre à la question parce que je dois d’abord finir cette mission en temps voulu.

Janni : C’est amusant ! Très amusant ! Si vous pensez que c’est un petit jeu bonus vite fait, vous vous trompez ! C’est un gros univers ! Surtout si vous voulez en savoir plus sur l’univers de Benza et les personnages, c’est un excellent fan service ! Vous apprendrez à mieux les connaître. Même l’équipe technique est dans le jeu ! Pour les fans, c’est un peu Noël avant l’heure !

Chris : J’ai écrit toute l’histoire et les dialogues du jeu. Il y a plus de 200 lignes de dialogues enregistrée par l’équipe et 80 pages d’une nouvelle histoire. L’histoire a lieu entre Benza English, étal saison 2 de The Benza. Et le mieux dans tout ça ? C’est gratuit ! Sans pub et sans microtransactions ! Un jour, peut-être qu’on proposera une extension pour un tout petit tarif, mais la base du jeu est totalement gratuite !

(Le jeu sera disponible sur mobile : iOS et Android, ndlr)

Haku Inko as Inko Sensei making The Benza

Q : Qu’aimeriez-vous dire au public français qui ne vous connait pas, pour leur donner envie de découvrir la série ?

Kyle : Ou a tous été un étranger dans un pays lointain, le nouveau dans une nouvelle ville, etc. À chercher nos repères, se débrouiller comme on peut et vivre nos propres aventures. En ce sens, The Benza peut parler à tout le monde, on peut tous se retrouver dans une situation similaire. Mais le plus important, on peut tous en rire ! Venez rire avec nous !

Masa : Cette série casse les stéréotypes sur les types de productions japonaises habituelles, et propose autre chose. Donc en un sens, si vous regardez la série, vous serez les premiers témoins d’une nouvelle ère dans l’univers des séries au Japon !

Q : Comment The Beenza a pu débarquer sur Prime ? Vous avez démarché ou Amazon est venu vous chercher?

Chris : Nous n’avons pas vendu la série à Prime. On avait plusieurs contacts et opportunités différentes pour la distribution. Notre contrat est un contrat de profits partagés. Ils ne nous payent pas pour qu’on fasse The Benza. PLus on est vus, plus on est payés. Pour Prime, il n’y a aucun risque. On a rencontré un représentant en Corée et on a négocié le deal. Amazon Prime cherche des créations indépendantes pour se démarquer de Hulu et Netflix.

 

Q : Un dernier mot ?

Janni : Qui ne voudrait pas regarder une série à propos d’une cuvette de WC cassée et de la fin du monde ? C’est original ! Et quoique vous vous imaginiez, vous vous trompez probablement. Essayez la série, et vous verrez !

Chris : On est là pour vous si vous avez passé une mauvaise journée, si vous êtes fatigués, ou si vous avez besoin de rire. Tout le monde est le bienvenu dans cette aventure. J’espère que vous viendrez regarder notre série !

The Benza The Benza The Benza The Benza

The Benza est disponible sur Amazon Prime Video. Merci à l’équipe d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Propos recueillis par Iris Benoît.

Chris, thanks for your kindness, you’re the best! Xoxo

Iris
Picarde, 2e des 3 fans français de Dr Who, sériephile, dessinaniméphile, x-phile et motion designer de métier

Laisser un commentaire