Manifest devait être le nouveau Lost, à savoir un série high-concept avec un gros mystère, des personnages en plein changement de vie et des révélations sporadiques. Au final, ça reste un énième Lost-like au pilote prometteur mais qui fait plouf.

The Event, Flashforrward, The Crossing plus récemment, chaque chaîne y est allé de son Lost à coup de gros mystères et de série-chorale. Hélas qui s’en est sorti? Personne. Il manque quelque chose à ces séries, et si, ce n’était tout simplement qu’un décor? Lost avait une île au-dessus de tout le reste. Les Lost-Like ont des milieux urbains comme on les connait. Quand on en sort (Revolution), on a une saison 2.

Episode 3
Bon. On commence à s’ennuyer. Le public est pourtant encore au rendez-vous. La fibre émotion joue peut-être sur eux. Il est vrai que l’on s’attarde sur les états d’âmes plus que sur les mystères. Ici, le meurtre de l’épisode précèdent est au centre d’une enquête un peu ronflante. La partie grand mystère est traitée au début et à la fin de l’épisode. Entre, il y a de longues scènes de blabla avec un Josh Dallas inexpressif.

Manifest joue déjà sur ces acquis de soap. Mais… on ne tiendra pas longtemps.

Episode 2
Ce qu’il ne fallait pas faire a été fait avec des histoires de soap qui lorgnent vers l’empathie forcée. Alors au final, on résout les histoires personnelles. Peut-être que ça va ouvrir les vannes à des intrigues plus passionnantes. Comme le dit un article américain, Manifest jouerait sur la corde This Is Us avec des histoires personnelles sur le devant de la scène et des dramas touchants. On n’en est pas encore là même si la fin de l’épisode joue vraiment là-dessus.
Le mystére passant au second plan, on a une série assez étrange… à défaut d’être fascinante. Les rares scènes qui font avancer la partie mystère n’ont guère de poids. Par contre, on ajoute un nouveau mystère qui éclate en fin d’épisode et fait prendre une tournure différente à la série. Alors on sera là en troisième semaine pour laisser une troisième chance. Le public suivra-t-il ?

Episode 1
Manifest commence donc par un avion disparu des radars en 2013 et qui revient en 2018. Pour les passagers, aucun trace du temps passé. Ils ont vécu un vol normal malgré cette grosse turbulence. Pour les autres, 5 ans et demi sont passés. Evidemment, tout change.

Après cette révélation, tout le monde reprendre déjà une vie normale, aucune conséquence psychologique, aucun suivi véritable ne viennent enrichir le concept. Les passagers sont revenus dans leur vie avec le lot de changements. C’est peut-être ce début bancal qui n’aide pas la totalité des acteurs à nous vendre une certaine crédibilité. Ça joue mal.

Et côté mystère? A part le gros mystère et la conséquence globale, des voix intérieures pour les passagers, rien ne nous accroche. Et déjà, les voix intérieures sont énervantes.
Le pilote reste assez chiche. Les trois personnages principaux n’ont guère de charisme et les problèmes qu’ils auront – purement amoureux – ne nous intéressent pas. L’idée de base était bonne mais Manifest semble vouloir se débarrasser rapidement de son postulat pour proposer autre chose.
Avec 10 millions de specateurs, Manifest s’en sort bien mais comme toutes les séries de ce genre, le public partira à chaque épisode pour terminer aux alentours de 5 millions vers l’épisode 5 et l’annulation sera proche.

N’est pas The Leftovers qui veut et le traitement Network se ressent forcement. Faut-il qu’un Lost-like arrive sur le câble pour qu’on soit enfin pris par quelque chose?