Loft-story-logo-hd
Actus Featured

Le 26 avril 2001, M6 lançait Loft Story

Désormais programme quotidien de plusieurs chaînes, la télé-réalité avait pourtant déchaîné les passions et les débats en 2001, année de lancement de Loft Story, pionnière du genre.


Marseillais, Ch’tis, Anges ou Cœurs Brisés, ils sont là tous les soirs dans les chaînes historiques de la TNT. On regarde avec un œil amusé, consterné, on les évite, mais ils ne laissent pas indifférents. Devenus genre incontournable de la télévision française, les séries réalités sont les enfants de Loft Story.

Le concept n’est pas nouveau, suivre des inconnus dans la réalité a commencé avec An American Life en 1973, mais il n’y avait pas encore le mode compétition.
C’est Airport en 1996 qui fait exploser le genre. Dans ce jeu (le terme jeu est alors déjà étrange, un steward fait tout pour devenir élèbre. MTV lance The Real World en 92 aux Etats-Unis et c’est le porte-étendard de la chaîne et du genre.
The Real World qui nous montre la vie de 7 jeunes enfermés pendant 3 mois dans un appartement. Plus tard, on suivra les Osbourne, les Kardashian ou Paris Hilton, mais rien ne pouvait prévoir que le phénomène allait toucher la France.

Mais c’est Big Brother qui a lancé le concept d’enfermement en 1999 aux Pays-Bas. Décliné dans quasiment tous les pays, Big Brother arrive en France sous le nom Loft Story.

3 mois avant le lancement du Loft, TF6 (chaîne disparue) diffusait Aventures sur le net, télé-réalité d’enfermement qui était là pour tester le concept.


En France, on était plutôt habitués aux reality-shows comme Perdue de Vue ou La Nuit des héros, des émissions qui mettaient face à des inconnus la dure réalité des drames familiaux ou des histoires incroyables. Même Strip-Tease (émission belge créée sur RTBF1 en 1985,et de 1987 à 1992 sur Canal+) était une émission de réalité télévisée. Sans voix-off, sans présentateur, on suivait des inconnus dans leur quotidien souvent un peu décalé.

 

Et le Loft s’ouvre…


Le 26 avril, M6 lance en prime-time, Lost Story, présenté par Benjamin Castaldi.

11 « célibataires » coupés du monde doivent vivre dans un loft où toutes les pièces (sauf la pièce CSA et les WC) sont équipées de caméras vidéo et de micros. Ils sont filmés 24h sur 24.


Les images sont diffusées en différé sur les chaînes dédiées sur le bouquet aujourd’hui disparu TPS.

Polémiques dans la presse


Mais rien n’était facile. À l’époque, M6 commençait à faire peur. Les audiences étaient croissantes et la contre-programmation était une arme redoutable. À l’annonce du Loft,  le PDG de TF1 Patrick Le Lay pense que M6 tombe dans la télé-poubelle. Le terme restera longtemps dans les débats.

Lire «Loft Story»: Point Godwin et polémiques… Comment la presse parlait de l’émission il y a quinze ans

Mais TF1 va diffuser Koh-Lanta, puis plus tard Fear Factor, émission de « dure » réalité avec des inconnus dans des situations extrêmes. C’est un genre à part entière de la télé-réalité. Et on le sait, des années plus tard, le groupe TF1 diffusera Secret Story ou encore Nice People, mais surtout Star Academy, programme d’enfermement artistique pourrait-on dire.

Le 26 avril, 5 millions de personnes regardent les entrées de Loana, Jean-Edouard ou Steevy. Ils seront plus de 7 millions lors de la finale. Les quotidiennes feront parler d’elles, ces inconnus deviennent des bêtes de foire, des expériences sociales, le jeu des éliminations est lancé, les spécialistes se posent la question : est-on dans une dérive de la société ?

tele7jours-steeve-loft

Société à la dérive mais qui tient la barque

30 ans après, on ne se pose même plus la question. S’en sont suivis  Nice People sur TF1, Les Colocataires sur M6, Secret Story sur TF1 puis NT1, Dilemme sur W9 et Carré ViiiP sur TF1.

Dans le genre télé-réalité de séduction et d’amour, nous avons eu Opération séduction aux Caraïbes, L’Île de la tentation, Love and Bluff : Qui de nous trois ?, L’amour est dans le pré, Bachelor, le gentleman célibataire, Maman cherche l’amour, Greg le millionnaire, Marjolaine et les Millionnaires, Qui veut épouser mon fils ?, Occupation double, La Belle et ses princes presque charmants…

Qui a fait évoluer la société, nous-mêmes ou ce qui nous fait agir ? On se moque éperdument des disputes entre Kevinne et Léondine ou les frasques amoureuses de Niccola et Sindi, bref tous ces prénoms improbables avec des personnalités toutes aussi improbables.

Avec le recul, le Loft paraît toujours aussi spécial et presque sobre. La télé-réalité d’enfermement reste un concept dérangeant, étrange, vil, discutable mais toujours aussi audacieux, fort et discutable.

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire