A la uneOn a terminé

Monarch (Apple TV+) : la série sur le Monsterverse est-elle creuse ? (spoilers)

Avec Monarch: Legacy of Monsters et Minus One, Godzilla passe son 70è anniversaire sur le devant de la scène. La série avec Kurt Russel est-elle la grosse séries attendue ? Critique.

Le Monsterverse se crée peu à peu une réputation qui penche du côté de DC plutôt que de Marvel. Avec le prochain Godzilla x Kong : Le Nouvel Empire prévu en avril qui a tout l’air d’être un affreux blockbuster, l’univers partagé des Titans ne se prolonge qu’avec cette franchise et la série Monarch. Il y a bien une série animée, Skull Island sur Netflix, passée inaperçue, et c’est donc Monarch : Legacy of Monsters qui doit développer l’univers passé, présent à à venir pour une audience qui se veut mature vu que la série est sur Apple TV+. La plateforme est en effet habituée à proposer des séries plutôt haut de gamme CSP+. Il était étonnant de voir débarquer une série aussi blockbusteresque que Monarch.

 

Monarch : deux époques, deux qualités ?

L’exigence se trouve alors dans la production. Comme nous l’avions déjà soulevé dans la critique des premiers épisodes de Monarch, l’argent se voit. Nous voyageons à travers le monde et les effets visuels sont époustouflants. La série a bien géré son budget puisque jamais un épisode (à part le premier) ne semble au rabais. On excuse les épisodes plus personnels, plus huis-clos où les personnages sont au centre des attentions.  Ce qu’on se refuse à pardonner et la qualité narrative de Monarch.

La série Godzilla : Monarch sur Apple TV+

Ces épisodes centrés sur les personnages, justement, sont parmi les moins efficaces. C’est bien simple, la série est vraiment divertissante dans ces 3 premiers épisodes et ces 2 derniers. Entre ces moments, on s’ennuie ferme.
On salue la motivation d’offrir des personnages intéressants avec un background solide. On retient aussi l’ambition de proposer deux timelines, les années 50 et les années 2010. Cela pourrait être casse(gueule. C’est juste un peu bancal. En effet, les années 2010 se passent juste après le premier film de Gareth Edwards, et donc, avant sa suite, God of Monsters. On ne peut pas développer plus que ça l’univers, proposer des idées, éclater les règles. L’objectif de cette timeline semble floue, mal définie. On ne comprend pas vraiment l’intérêt de suivre ces personnages qui n’ont pas grand chose à faire ou à voir. May, Kentaro et Cate sont assez fades. Kentaro n’a rien à offrir, Cate enchaîne les phrases lourdes et May, malgré tout ce qui est proposé, reste beaucoup en retrait.

Par contre, les années 50 sont un terrain de jeu quasi vierge et intéressant. C’est là que Shaw, Keiko  et Bill s’en sortent le mieux. On aime l’alchimie du trio, les petites relations qui se créent, le background géo-politique et l’ambiance générale. Cela nous rappelle Kong : Skull Island, le possible meilleur film depuis celui de Gareth Edwards.

 

Mais les monstres dans tout ça ?

Avec une série sur le Monsterverse, on s’attend à une pluie d’attaques de Titans. Oui. Il y en a mais ce n’est pas le propos de la série. On est plutôt du côté de la compréhension de l’univers plutôt que la confrontation. Il y a bien des monstres qui apparaissent, mais vraiment au compte-goutte. Ce sont eux qui nous sortent de la léthargie quand les personnages patinent. C’est normal de ne pas faire un blockbuster à chaque épisode, budget oblige.

La série Godzilla : Monarch sur Apple TV+

Le ventre mou au milieu de la saison contient quelques morceaux de bravoure, très bien fichus et vraiment tendus. Ces monstres restent, quand-même, des créatures à taille modérée pour garder les personnages et les scènes d’action à hauteur d’homme.

Monarch, pendant les 10 épisodes, semble savoir où elle va, et c’est plutôt intéressant de voir comment une série va développer cet univers  narratif parallèlement à des films que l’on a déjà eus. C’est plutôt inédit quand on voit des univers étendus qui se passent en simultanée.

 

Une saison 2 pour Monarch ?

Apple TV+ a posté un message sur Twitter / X disant « Adieu pour l’instant ».

Apple annule peu de séries, on peut penser que Monarch soit leur grosse franchise qui attire le public friand de blockbusters. On ne sait pas si Kurt Russel reviendra et si l’univers peut encore se développer tout en respectant ce qui a été fait dans le peu de films déjà sortis.

La série Godzilla : Monarch sur Apple TV+

SPOILERS FIN DE SAISON 1

Alors qu’on se demandait comment le personnage joué par Kurt Russel pouvait être aussi « jeune » pour un homme de 90 ans, l’explication est toute trouvée. Son voyage dans la Hollow Earth lui a fait perdre – ou gagner – 20 ans. Tombé en 1962, il revient en 1982 alors que Bill Randa est décédé et que le jeune Hiroshi est devenu un adulte. 

Cate, May et Lee, tombés en 2015, retrouvent Keiko, tombée depuis le premier flashback du premier épisode, et 57 jours. Ils retrouvent la capsule de Shaw pour tenter de remonter à a surface et dans le « présent ». Ils sont attaqués par un dragon volant. Godzilla arrive et un combat dantesque se déroule. Shaw ne peut rejoindre la capsule et laisse les trois femmes revenir sur Terre… en 2017… à Skull Island. Et Kong approche !

 

Tom Witwicky

Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *