au-delà du réel - Au-Delà du Réel, l'aventure continue, saison 5 au dela du reel aventure continue 3
Reviews

Au-Delà du Réel, l’aventure continue, saison 5

En 1995, X-Files cartonne, Star Trek continue de briller et la SF se sent pousser des ailes. MGM et Showtime produisent une nouvelle version de The Outer Limits, série des années 60.

« Ce n’est pas une défaillance de votre téléviseur. N’essayez donc pas de régler l’image. Nous maîtrisons, à présent, toute retransmission. Nous contrôlons les horizontales et les verticales. Nous pouvons vous noyer sous un millier de chaînes ou dilater une simple image jusqu’à lui donner la clarté du cristal, et même au-delà … Nous pouvons modeler votre vision et lui fournir tout ce que votre imagination peut concevoir. Pendant l’heure qui vient, nous contrôlerons tout ce que vous allez voir et entendre. Nous partagerons les angoisses et les mystères qui gisent dans les plus profonds abysses… au-delà du réel. » Cette voix qui accompagne le générique a été magnifiquement portée par l’excellent Patrick Floersheim, disparu il y a quelques années maintenant.

Review complète de la saison 1

Review complète de la saison 2

Review complète de la saison 3

Review complète de la saison 4


La saison 5 semble inédite sur M6. Elle est donc inédite pour moi aussi. Découvrons cette saison d’une série qui peine quand même à aligner les bons moments.

Revenons sur chaque épisode puisque la série, anthologique, est assez inégale. Les épisodes en bleu sont les incontournables.

5×01 ● Alien radio

Stan Harbinger, célèbre animateur de radio, prend un malin plaisir à ridiculiser les personnes qui croient à l’existence des extraterrestres. Son scepticisme est mis à rude épreuve le jour où l’un de ses auditeurs, qu’il avait publiquement humilié, s’immole devant lui et émet, juste avant de mourir, un bruit étrange. Stan entend bientôt ce mystérieux battement émanant d’autres personnes…

Un épisode « old school » si on peut se permettre de dire ça tellement la série semble s’être perdue. On retrouve une vibe un peu naïve avec un thème très simple et un scénario simpliste. La fin est couru d’avance.

5×02 ● Le donneur

Deux chercheurs mettent au point une technique de transplantation de la tête. Mais pour parachever leur découverte à l’occasion d’une démonstration pratique, la seule et l’unique, il leur faut un donneur particulier. Ce dernier fait l’objet d’une active recherche.

au-dela-dureel-5x02

Un jeune Tom Cavanaugh (Flash) en second rôle et le roublard Robert Hays (que vous ne connaissez pas, si? Y’a t-il un pilote…) dans une histoire de science qui rappelle les premiers épisodes. Le script ne s’embête pus de l’aspect SF pour être trop porté sur le soap avec cette histoire d’amour mal doublée. La fin ne sert strictement à rien, est mal mise en scène (et des acteurs mal dirigés), bref l’épisode est très passable. On s’attend à autre chose pendant 40 minutes.

5×03 ● Eclairs de génie

Le professeur Morton, scientifique en détention, utilise une de ses découvertes pour faire évader deux dangereux détenus. Deux prisonniers acceptent de tenter l’expérience…

5x03-Small_friends

Un épisode optimiste qui fleure bon les productions Amblin. Oui, on est loin des dérives scientifiques horrifiques. On est en pleine fable avec un personnage attachant, un environnement cruel et une touche de SF fantastique qui frôle le merveilleux. Un épisode qui fait du bien après deux saisons bien mornes.

5×04 ● Les Grells

La Terre, dans le futur. Les humains ont découvert une espèce particulière de créatures: les Grells. Douées d’intelligence, ces dernières se sont révélées être des travailleurs efficaces, si bien que les hommes se sont empressés de les réduire en esclavage…

5x04-grells

Les épisodes avec des races aliens (au maquillage redondant) ne sont pas des réussites. Celui-ci profite de la belle forêt de Vancouver pour raconter une histoire toute bête, sans surprise, longuette.

 

5×05 ● L’Autre Côté

Un scientifique utilise ce qu’il appelle une « zone de stimulation neurale inter-cortex » sur le cerveau de morts, afin de tenter de construire des chemins neuronaux autour des zones endommagées…

Ralph Macchio (Karate Kid) joue un scientifique qui veut aller dans l’entre-deux pour essayer de ramener des comateux. L’idée est bonne mais il n’y en a qu’une. Le reste de l’épisode est en pilotage automatique et, évidemment, la fin qu’on prévoyait arrive.

 

5×06 ● Bon voyage

On donne à un astronaute âgé une chance de retourner sur le point de l’espace où un bizarre incident, qui ruina sa vie personnelle et professionnelle, se produisit dix ans auparavant..

On sort un peu des sentiers battus avec une intrigue qui commence en 63 mais rapidement, on revient au présent et à ce voyage qui n’est qu’un prétexte à une fin un peu facile et sans grande cohérence au final.

 

5×07 ● Le Facteur humain

A bord d’un vaisseau spatial vit un homme esclave de la machine. Il rencontre une femme et décident ensemble de se rebeller contre leurs vaisseaux…

5x07-au-dela-du-reel

Intéressant de suivre un homme qui ne connait rien, qui apprend à se reproduire avec une femme (évidemment, scène de nu obligatoire) mais ça ne raconte rien d’autre. La fin est précipitée, classique, sans éclat.

 

5×08 ● Perte de mémoire

Tom a mis au point un procédé permettant de contenir tous les souvenirs d’un homme dans une petite fiole. Il est poursuivi et se cache dans un refuge pour SDF…

L’idée est plutôt sympa, on se croirait dans une bonne vieille série B en VHS avec une SF très nineties. On suit sans déplaisir mais le dénouement est facile, n’apporte ou n’éclaire en rien les tenants et aboutissants de l’histoire.

 

5×09 ● La Voleuse de pensées

Une jeune femme entend des voix. Elle réalise qu’elle capte les pensées de ses voisins et amis. Cela lui permet d’anticiper leurs intentions inavouables…

Au-delà du réel saison 5

Un épisode très (trop?) farfelu qui tranche avec le ton global de la série. On le rapprocherait de l’épisode 3×15 Les révéléations de Becky Paulson. C’est filmé en fish-eye avec des acteurs en roue libre, ça radote beaucoup, c’est épuisant et au final, c’est presque une tragédie ironique. Un épisode à voir juste pour être témoin de cet épisode à part. Il est écrit par A L Katz qui est sûrement le plus original des auteurs de la série.

 

5×10 ● Le Suaire

Un scientifique tente de recréer le Christ à partir du Suaire.

L’épisode part d’une excellente idée, mais les idées suivantes ne sont pas là. On ne pose pas assez les bonnes questions et le final ne vaut rien.

 

5×11 ● L’Éventreur

A Londres en 1888, des prostituées sont sauvagement assassinées. Jack York est accusé. Le coupable est en réalité un extra-terrestre…

5x11-au-dela-du-reel-jack

L’idée parait bonne à l’image, contrairement à sur le papier. Seulement, l’enquête est très mal fichue, on ne joue jamais sur l’ambiguïté et le charme gothique de l’époque.

 

5×12 ● Le Tribunal

Aaron essaye depuis longtemps de coincer un ancien tortionnaire nazi responsable de la mort de sa famille dans les camps.

5x12-tribunal-au-dela-du-reel-100

Ce 100è épisode de la série est excellent. il se place aisément dans les meilleurs de la série. Il prend un sujet sci-fi excitant, le voyage dans le temps, et le joint à un pan sinistre de l’histoire. L’épisode est finement joué, on brasse des thèmes majeures dans une simplicité exemplaire. Une histoire avec un début, un milieu et une fin, c’est tout ce qu’on demande.

 

5×13 ● Le Sommet

Loin dans l’espace, sur une petite planète, une délégation de terriens se rend à un sommet pour rencontrer les envoyés des Dreggs, avec qui ils sont en conflit depuis des années. C’est le sommet de la dernière chance…

5x13-au-dela-du-reel

Un épisode « spatiale » de plus qui recycle les mêmes thèmes : la trahison, le combat. C’est bavard et la fin parait ultra-bancale.

 

5×14 ● Descente aux enfers

Arthur Zeller un jeune chercheur en anthropologie met au point un sérum lui donnant les qualités physiques des tous premiers hommes. Il commet la folie de s’injecter le sérum…

On sait comment ça finit mais on se plait à voir les événements se dérouler. C’est tout de même dans la partie haute des épisodes classiques du « scientifique contre son invention. »

 

5×15 ● Chacun chez soi

Dans un immeuble, conçu et construit pour apporter le maximum de sécurité à ses habitants, le gardien est un hologramme informatique qui règle tous les problèmes. Mais un jour, une panne se produit, et comme tout est informatisé, plus rien ne fonctionne…

Un épisode façon huis-clos plutôt plaisant, qui change des habitudes. On ne brille pas par les idées, on s’ennuie un peu car les personnages ne sont que rarement intéressants mais on regarde facilement cette histoire classique.

 

5×16 ● Déjà-vu

Dans une base secrète, contrôlée par l’Armée américaine, des savants cherchent à mettre au point un système de téléportation. Le Professeur Crest et son équipe tentent ces expériences…

Téléportation ou non, ça ne change rien à l’histoire de cette boucle temporelle, sujet majeur de la SF. Cependant, on ne joue ni sur l’humour, ni sur le spectaculaire. Ça reste très moyen.

 

5×17 ● Les Héritiers

Un homme est tué par une météorite. Quand le médecin l’autopsie, des tentacules sortent de sa tête et le corps se relève.

On retrouve Nicholas Lea (Krycek dans X-Files) dans un épisode d’aliens plutôt bon enfant.

 

5×18 ● L’Essence de la vie

A la suite d’une terrible épidémie qui a décimé toute la population, un code très stricte règle aujourd’hui la vie sur Terre. Un groupe de survivants décident de tout changer

Comme pour le 5×16, le postulat n’a guère de poids sur l’intrigue. Cette histoire d’odeur qui nous fait revoir les morts est originale. On est en plein scénario de thriller. La fin tombe un peu comme un cheveu sur la soupe mais l’exécution de l’idée est bien vue.

 

5×19 ● Mal aimé

Le jeune Kevin est plutôt introverti et studieux. Tout change dans sa vie quand il voit s’abattre un objet volant dans la forêt. Il se précipite sur place pour trouver le capitaine Turner, gravement blessé dans les décombres d’un vaisseau spatial. Il le soigne et le sauve, croyant qu’il s’agit d’un officier de l’armée de l’air, mais en réalité c’est un extra-terrestre

5x19-au-dela-du-reel

Un épisode avec une petite ambiance Amblin. les idées sont là, ça brasse beaucoup de thèmes. Dommage que la fin soit un peu précipitée.

 

5×20 ● Père et fils

Le grand-père de Ronnie, le vieux musicien de talent Joe, est placé dans une luxueuse maison de retraite par Hank, le fils de Joe. Ronnie qui est contre le fait de voir partir son grand-père de la maison, se rend sur place pour voir comment est l’endroit où Joe finira sa vie. Il découvre finalement, grâce à l’aide d’une jeune fille dont la grand-mère est morte là-bas, que l’établissement n’est pas du tout ce qu’il prétend être.

Il a déjà été question du téléchargement de souvenirs et d’intelligence. Cet épisode l’utilise maladroitement. Le prégénérique est mal fichu (pourquoi diable utilisent-ils une seule chambre pour leurs partients?), la fin également (comment diable s’en sortent tous les autres?), on aime surtout le thème de la passation entre les générations avec une belle phrase de conclusion « le respect du passé doit conduire l’avenir ».

 5×21 ● Tristes retrouvailles

La Terre, en 2050. Après des années de guerre sans merci, des humanoïdes, les Hings, ont fini par prendre le contrôle de la planète jusqu’à faire disparaître les derniers humains. Deux humains sont de retour sur Terre…

Donc un remake du film Casablanca carrément d’après ce qu’on peut lire sur l’épisode. Mais l’épisode est chiant. Même s’il y a Nathan Fillion (Firefly, Castle).

 

5×22 ● À chacun son tour

La police arrête un dénommé Gerard et l’inculpe pour un double meurtre. Mais très vite, les inspecteurs Russo et Daniels réalisent que l’homme qu’ils ont mis derrière les barreaux est loin de faire partie de ces criminels ordinaires avec lesquels ils ont l’habitude de traiter…

Better_luck_next_time

Un clip show qui essaye de raccrocher les wagons d’épisodes très différents. Pas mauvais mais tellement peu d’enjeux et d’idées que l’épisode tombe à plat. La fin est totalement dénuée d’ambition.


BILAN DE LA SAISON 5

Une saison 5 qui ose un peu plus et qui est mieux que la précédente. Le niveau est plutôt constant mais, par chance, il y a des fulgurances comme le 100è épisode ou encore le 5×09. 7 épisodes plutôt bien foutus et intéressants avec une petite folie bienvenue sur certains. On cherche à faire différent et ça paye.

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

2 Replies to “Au-Delà du Réel, l’aventure continue, saison 5

  1. Des avis à l’emporte-pièce et superficiels. Ne s’intéresse qu’à la forme sans s’attacher au fond.
    Donne un avis sur le scénario et aucune sur les émotions et ressentis que le scénariste a voulu faire passer.
    S’intéresse plus aux scènes osées qu’aux détails de certains plans.
    Des avis tellement subjectifs et personnels qu’il vaut mieux passer son chemin sur ces « reviews »

    1. Si c’est raté, c’est raté. Tout scénario est fait pour susciter des émotions mais ce ne sont pas des excuses sinon tout scénario sera donc apprécié car appréciable. Non ?

      Objectivement, évidemment que les scénaristes et réal veulent faire de leur mieux mais si ca ne me touche pas, je ne vais pas m’empêcher de le dire, c’est le principe d’une review

Laisser un commentaire