au-delà du réel - Au-Delà du Réel, l'aventure continue, saison 4 au dela du reel aventure continue 4
Reviews

Au-Delà du Réel, l’aventure continue, saison 4

En 1995, X-Files cartonne, Star Trek continue de briller et la SF se sent pousser des ailes. MGM et Showtime produisent une nouvelle version de The Outer Limits, série des années 60.

« Ce n’est pas une défaillance de votre téléviseur. N’essayez donc pas de régler l’image. Nous maîtrisons, à présent, toute retransmission. Nous contrôlons les horizontales et les verticales. Nous pouvons vous noyer sous un millier de chaînes ou dilater une simple image jusqu’à lui donner la clarté du cristal, et même au-delà … Nous pouvons modeler votre vision et lui fournir tout ce que votre imagination peut concevoir. Pendant l’heure qui vient, nous contrôlerons tout ce que vous allez voir et entendre. Nous partagerons les angoisses et les mystères qui gisent dans les plus profonds abysses… au-delà du réel. » Cette voix qui accompagne le générique a été magnifiquement portée par l’excellent Patrick Floersheim, disparu il y a quelques années maintenant.

Review complète de la saison 1

Review complète de la saison 2

Review complète de la saison 3


La saison 4 comporte 26 épisodes, soit 4 de plus que la moyenne. La saison 3 ayant 4 de moins, on retrouve donc des épisodes produits la saison précédente parmi les premiers de cette quatrième année. A noter aussi que la diffusion s’est étendu de janvier à décembre 1998 ! On sent que Showtime ne croit plus en la série.

Revenons sur chaque épisode puisque la série, anthologique, est assez inégale. Les épisodes en bleu sont les incontournables.

4×01 ● Nature criminelle

Les progrès de la science ont finalement permis de mettre au point de véritables surhommes. Mais la technique est loin d’être sûre, et des mutants ont aussi vu le jour. Bien que malformés, ils sont très intelligents et sont suspectés de meurtres

4x01 au-dela-du-reel

Le postulat est déjà bien installé et ça nous permet de brosser plus profondément le thème. On gagne quelques minutes et de l’épaisseur. Pas excellent car la thématique a été plusieurs fois traitées mais bien mené.

4×02 ● Chasse tragique

Les écologistes sont finalement parvenus à rendre illégale la chasse. Il semblerait toutefois qu’un procédé illégal permette aux mordus de ce hobby de s’y adonner en pourchassant des androïdes, munis d’une puce les obligeant à rester doux comme des agneaux

Comme le précédent, l’épisode installe rapidement son univers et on approfondit les thèmes SF. On gagne des personnages plus profonds dans le développement psychologique. Par contre, ça reste assez peu foufou en terme d’enjeux.

4×03 ●  Lavage de cerveau

Le capitaine Taverner, à la tête d’une équipe de la Fédération a pour mission de détruire les E.T., afin de les empêcher de s’emparer des ressources minières de la Terre. Blessée au cours de la mission, le lieutenant Rosen est prise à d’hallucination…

Le genre d’épisodes qui se contente du minimum.

4×04 ● Dans une autre vie

Depuis qu’il a perdu sa femme, Mason Stark ne cesse de se le reprocher. Il hésite constamment entre le suicide et assassiner tous ses collègues de travail, car il vient de plus de se faire licencier. C’est alors qu’une brèche spatio-temporelle le précipite dans une sorte d’univers parallèle, où vivent des centaines de Mason Stark…

4x04 au-dela-du-reel

Comme les deux premiers épisodes, l’épisode installe rapidement son univers. On a vraiment l’impression que ce sont des épisodes écartés de la saison 3 pour apporter un vrai début tonitruant à cette saison. On se perd un peu dans l’intrigue temporelle et rien ne ressort vraiment de l’épisode.

4×05 ● Hors-jeu

The Octal » est un jeu futuriste qui remporte un franc succès. Il s’agit d’un sport de combat d’un nouveau genre, qui combine batailles au corps à corps, et combats aux rayons lasers…

4x05-au-dela-du-reel

Ce bon vieux Adrian Pasdar (Mysterious Ways, Profit) joue un athlète qui répond à l’appel du dopage futuriste. Avec ce simple postulat, l’épisode ne s’embête d’autre chose. On va droit au but, l’évolution négative est là, rapidement et l’épisode se permet une belle mise en scène avec ce temps arrêté. On ne s’embête pas de la cohérence et on termine sur une note plutôt positive. Un épisode qui change par son approche divertissante.

4×06 ● La Théorie de la relativité

Dans un futur proche, toutes les réserves minières sont épuisées. Des biologistes doivent donc se rendre sur d’autres planètes, à la recherche de nouveaux gisements. Sur une planète déserte, un filon est découvert, mais l’expédition est attaquée par des créatures…

Un épisode classique avec un retournement de situation comme on aime. On ne retient d’ailleurs que ça puisque le reste du temps c’est un épisode qui ronronne un peu malgré une approche intéressante sur l’art de la guerre.

4×07 ● Josh

En Alaska, deux touristes filment un homme en train de porter secours à une jeune femme blessée. En générant une étrange lumière bleue, il la ramène à la vie. Les touristes vendent ces images à la télévision. Mais qu’est donc en réalité cet homme ?

4x05-au-dela-du-reel

Un The Man From Earth avant l’heure avec ce Messie qui est exploité. Mais l’épisode se perd en blabla là où il aurait pu offrir d’autres discussions philosophiques. ON reste un peu sur notre faim et sur la fin également avec une résolution attendue qui ne produit pas grand chose.

4×08 ● Le Passage

Dans une petite commune, Shal a la joie de donner naissance à un petit garçon, le premier d’une communauté isolée. Bientôt, Mère, une extraterrestre, vient chercher l’enfant…

au-delà du réel - Au-Delà du Réel, l'aventure continue, saison 4 4x08 au dela du reel

James Marsden (Cyclop dans X-Men) est au casting. Les épisodes sur les communautés à l’écart de la civilisation ont toujours tendance à aller sur la même voie et donc à ne pas surprendre.

4×09 ● Le Refus des autres

Voici douze ans, tous les enfants d’un village trouvèrent la mort sans raison apparente. Depuis, tous les habitants semblent vivre hors du temps. Un membre du département de la santé décide un jour de se rendre sur place pour enquêter sur cette étrange affaire

Plaisir de voir Lane Smith (Perry White dans Lois et Clark) et Rachael Leigh Cook (Elle est trop bien) dans un épisode qui commence plutôt bien, qui installe un beau postulat mais qui oublie ensuite tout ça pour partir sur tout autre chose et finir en queue de poisson.

4×10 ● Crise d’identité

3 personnes travaillent à la création d’une unité de combat. Ils transfèrent l’esprit d’un soldat à l’intérieur d’un androïde, et l’opération s’avère être un succès. Jusqu’au jour où le corps de McCoy, électrocuté, meurt, laissant son esprit prisonnier de l’androïde.

Outre l’aspect cheap de l’androïde, l’épisode surfe sur le thème de l’identité. C’est plutôt pas mal, peu surprenant et totalement oubliable. La preuve, je ne sais plus ce qu’il se passe dans l’épisode.

4×11 ● Le Vaccin

Voici 3 mois, la secte du jugement dernier a disséminé le virus « Berlin C », provoquant la mort et l’agonie. De plus, les vivres commencent à manquer. Un soldat apporte 3 doses de vaccin, qui doivent être cultivées durant 3 jours pour être suffisantes…

Un huis-clos post-apo de bonne facture. Par contre, la conclusion est précipitée et annihile presque toutes les 40 minutes précédentes.

4×12 ● La Peur elle-même

Bernard Selden a toujours été paralysée par la peur. Cette phobie a débutée alors qu’il était agé d’environ six ans. A l’époque, il provoqua un incendie, qui finit par aboutir à la mort de sa petite soeur

Un épisode efficace, l’acteur principal s’en donne à cœur joie et la fin est plutôt sombre. Dans la veine de la saison 1 !

4×13 ● Le Raid des Vénusiens

Le capitaine d’un vaisseau terrien d’exploration se retrouve l’unique survivant après un crash sur la planète Venus. Grâce à un sauvetage, il a toutefois pu être soigné, et rentrer sur Terre…

Un épisode qui semble encore ennuyeux et ennuyant au départ avec toujours et encore une SF bas de gamme. Finalement, l’idée donne pas mal de belles scènes, une sorte de Stuart Gordon version série avec d’excellents effets, qui remet en cause pas mal de cohérence mais le plaisir est là. Dommage que la conclusion ne soit pas à la hauteur du drame qui se jouait devant nous.

4×14 ● Vrai ou faux ?

Le colonel Chambers et son acolyte, la scientifique Amanda Harper, mettent au point un système de simulation pour étudier les radiations stellaires.. Il apparaît bientôt que l’explosion d’une étoile risque d’émettre des radiations mortelles…

4x14-au-dela-du-reel

Quel ennui! Du blabla sans aucune idée derrière, tout ça pour une conclusion « pessimiste » qui donne un épisode cliché.

4×15 ● Mary 25

Le dernier projet de Charlie était la création d’un robot. Mais, celui-ci, incontrôlable, s’en était pris à des gens. Les pontes de la société sont donc méfiants lorsqu’une nouvelle version de Mary 25 leur est présentée…

Suite de Valérie 23, on retrouve la même actrice, Sofia Shinas, qu’on dénude encore pour l’occasion. Il y a aussi Michael Shanks qui débutait dans Stargate.
L’épisode s’attarde donc, non plus sur une histoire d’amour, mais sur une histoire de violence et de protection. C’est presque aussi réussi que Valérie 23, voir… allez, mieux !

4×16 ● Alerte aux neutrons

Le docteur John Martin est appelé dans une prise d’otages. En effet, un certain Seth Todtman vient de prendre en otages les étudiants d’une université, et menace de faire sauter une bombe si le gouvernement refuse de faire exécuter sous ses yeux 5 personnes.

Un épisode rare puisqu’il est très terre à terre, limite honteusement réaliste. La mention d’une technologie avancée effleure le script mais ce n’est pas l’essentiel. Tout repose sur un huis clos et du blabla un peu longuet.

4×17 ● Lithia

En 2055, l’apocalypse a eu lieu. Le monde est désormais peuplé exclusivement de femmes. Jason Mercer, un homme cryogénisé quarante ans auparavant, se réveille de son long sommeil…

Episode plutôt moderne puisqu’il souligne le rôle que se donne l’homme entouré de femmes. Les questions sont bien soulevés, on s’ennuie encore un peu comme souvent dans cette saison mais le script se tient bien jusqu’à la révélation intelligente et qui en remet une couche sur le message voulu.

4×18 ● Le Monstre

Ils sont quatre: une infirmière, un ancien espion, un militaire et une informaticienne. Leur point commun est d’être doué du pouvoir de télékinésie. Mr Brown, un membre de la C.I.A., cherche à exploiter ce pouvoir…

On retrouve Nicole De Boer (Dead Zone) qui était apparue en saison 1 et Harry Hamlin, ancien sex-symbol de la TV. L’épisode part sur une bonne idée puis se perd dans une simplification atroce de son intrigue. Malgré les efforts, l’épisode se perd dans sa fin qui n’apporte rien.

 

4×19 ● Sarcophage

En Alaska, alors qu’une équipe d’archéologues s’apprête à rentrer bredouille, l’un d’entre eux découvre une tombe qui mène à un étonnant site funéraire souterrain. L’intérieur recèle des squelettes et une sorte de momie d’extra-terrestre…

Malgré des dialogues forts lamentables, l’épisode se construit efficacement et doucement. On prend son temps mais peut-être trop puisqu’on liquide l’intrigue avec une fin qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. La conclusion n’a plus rien à voir avec le propos narré.

4×20 ● Leur Dernier Cauchemar

Au cours de la guerre contre les Ebonites, l’équipage d’un vaisseau de guerre tombe entre les mains ennemies. Les membres de l’équipe sont emprisonnés dans un étrange dôme de bronze…

4x20-au-dela-du-reel

Huis-clos ennuyeux qui rappelle un peu celui de la saison 1, Sans Pitié avec Robert Patrick et Nicole De Boer. Le script se contente de répéter la même mécanique de scène jusqu’à épuisement et un twist qui est d’un déja-vu énervant.

4×21 ● La Terre promise

Au terme d’une longue guerre, les extraterrestres sont devenus les maîtres sur Terre et ont asservi les humains. Tandis que la plupart d’entre eux sont parqués dans des camps, d’autres survivent tant bien que mal dans la forêt…

Suite de l’épisode de la saison 3, Le Camp. On commence à saturer des mondes post-invasion avec des maquillages recyclés. L’épisode se démarque quand même par une violence assez inédite entre enfant mort et décapitation.

4×22 ● L’Équilibre de la nature

Le docteur Noah Phillips est désespéré. Malgré sa foi inébranlable en la médecine, il ne parvient pas à guérir son épouse du cancer. Avec l’aide d’un ami médecin, il tente une ultime opération…

Un épisode qui renoue avec les envies de parler des dérives de la science. C’est jamais surprenant, on s’attend à ce qui arrive mais on aime la naïveté de l’ensemble.

4×23 ● L’Origine de l’espèce

Le docteur Ira Nodel est contacté par des extraterrestres qui semblent intéressés par ses recherches. Il accepte de se rendre à bord d’un de leurs vaisseaux en compagnie de sa petite amie Hope, et de six étudiants…

4x23-au-dela-du-reel

Suite de l’épisode 12 de la saison 3 avec Ron Rifkin (Alias) et Ryan Reynolds. On se retrouve encore dans un huis clos psychologique sans grande prétention. Malgré le décor plutôt impressionnant, on reste sur notre faim. Un plan topless gratuit et puis s’en va.

4×24 ● Malentendu tragique

Des soldats, en faction sur la planète Mars, redoutent une explosion sur Terre, qui marquerait la fin d’une longue trêve entre les deux alliances opposées…

Un script politoco-guerrier qui est beaucoup trop bavard.

4×25 ● La Boîte noire

Un paquet contenant de puissants pouvoirs secret disparaît, et de nombreuses personnes se lancent à sa recherche…

Ron Perlman (Hellboy) se retrouve dans un script très sérieux, un peu mindfuck qui jure un peu avec toute cette saison trop facile. On s’ennuie un peu, le twist est un peu moyen mais l’idée même donne une autre dimension au personnage. Curieux.

4×26 ● À notre image

Une femme se retrouve dans un repaire de robots, après avoir été kidnappée par un androïde en fuite. Elle tente de convaincre l’un d’entre eux, Mac 27, que se rebeller contre son créateur, montre qu’il éprouve certaines émotions…

L’épisode best-of thématique de la saison. Nic Lea (Krycek dans X-Files) tente de jouer un robot avec une gestuelle un peu exagérée. Dans les intentions, Lea est très bon, mais la manière de bouger reste un poil caricatural. Surtout que ce genre d’épisode souligne toujours une belle incohérence : montrer des anciens épisodes comme s’ils étaient dans le même univers alors que certains se passent dans une époque future. On perd en crédibilité. L’épisode permet de voir que certains étaient produits avec plus de moyens que d’autres. Certains effets sont bluffants. Pour cet épisode, on reste dans l’économie de moyens, fin de saison oblige ?

 

BILAN DE LA SAISON 4

Une saison 4 très moyenne encore moins bonne que la précédente la faute à des scripts plats, multipliant les redites. 5 épisodes qui valent le coup, c’est peu. Les idées deviennent de moins en moins originales et les épilogues sont faiblards. La diffusion a été chaotique aux USA, sûrement pareil en France, on sent même que le doublage perd en qualité alors qu’il n’était déjà pas exceptionnel.

Courage, plus que 3 saisons.

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire