13 Reasons Why saison 4
On a terminé

13 Reasons Why saison 4 : souffrance de tous les instants (spoilers)

Souffrir, ça prouve qu’on vit, c’est ce qu’Andy disait dans Dawson et c’est ce que 13 Reasons Why nous a clamés pendant ces 4 saisons.


Ultime saison pour l’adaptation du roman du même nom. On le sait, depuis la saison 2, la série ne se basait sur plus sur rien sauf sur l’imagination des scénaristes. Fortunes diverses pour la série puisque la critique a été de plus en plus négative et cette saison 4 n’échappe pas à ça.

Critique de la saison 1 / de la saison 2 / de la saison 3

On avait laissé Clay, Jessica et nos amis avec la fin du calvaire concernant la mort de Bryce Walker mais évidemment, il y a toujours une merde dans le rouage et les ennuis n’étaient pas terminés. Cette saison ne jouera sur quasiment aucune temporalité contrairement aux 3 autres saisons sauf au tout début. C’est d’ailleurs dommage car elle perturbera notre attente et spoilera même la fin de saison à l’approche des dernières scènes.

13 reasons why saison 4

Cette saison mise sur la charge mentale et les problèmes d’anxiété et de dépression des personnages notamment Clay qui commence doucement à péter un plomb. La saison n’est toujours pas allégée de son ambiance lourde. Mais elle n’arrive pas à capter l’intérêt puisqu’elle ne propose pas d’intrigues carrées…

Une saison 4 vide ou vidée ?

On part en effet sur des mini-intrigues comme une bonne vieille série de network version teen drama. Simplement, la forme Netflix pèse toujours. Les épisodes sont longs, jouent sur de faux espoirs et énervent. Plusieurs fois, le suspens sera factice, on pense à l’accident de voiture, au coup de feu ou même à la scène « futuriste » qui ne mènera nulle part. Souvent en fin d’épisode, ces événements ne seront qu’à peine effleurés. Et la scène futuriste semble là pour combler l’épisode plus qu’autre chose…

On en vient aussi à certaines scènes qui ne sont là que pour faire durer. Zach se confiant à Chloé n’a aucune force ni aucun poids alors que la scène mise sur un mal-être de Zach qui semble cacher quelque chose. Vu le poids de Zach dans la balance cette saison, il aurait été utile d’avoir quelque chose de personnel (une maladie par exemple) mais rien. Du comblage dramatique…

Ce sera le lot de beaucoup de personnages à commencer par Ani. Le boulet (pour beaucoup de retours critiques) de la saison dernière est finalement bien intégré à l’ensemble mais peine à imposer quelque chose. Alex et même Justin n’ont pas grand poids dans la balance sauf, évidemment, en fin de saison où il faut que chacun ait son heure de gloire.

C’est au final une saison qui n’a rien à raconter. Le poids de l’accusation à tort de Monty hantera les personnages en filigrane mais rien ne viendra bouleverser la balance. En fin de saison, rien n’aura changé. C’est une mise en garde de la charge mentale qui est le vrai sujet de cette saison. On ne s’occupe plus d’une intrigue devenue beaucoup trop lourde. 

Si Clay reste l’empathique notoire de la série, il commence doucement à ne plus être qu’une caricature puisque chaque épisode aura son lot de décisions hasardeuses et désastreuses comme cette virée dans les bois qui nous donnera ni plus ni moins que le pire épisode de l’année série et aussi de 13 Reasons Why. Sorte d’épisode indépendant assommé par une fausse ambiance de film d’épouvante, cet épisode 6 marquera une seconde partie de saison (seulement 10 épisodes pour cette saison 4) assez honteuse.

 

13 reasons why netflix saison 4

On avait parlé de cette scène de rêve dans un futur apocalyptique sans intérêt, mais on pense aussi à l’épisode 8, l’épisode installe quelque chose qui est totalement renié dans une seconde moitié. La série va même à l’encontre des messages qu’elle délivre… Une révolte d’étudiants alors qu’ils sont sans cesse dans la réflexion ? Non. Et cette scène à la fête où Clay tente une approche avec une fille reste une joyeux foirage. Inutile.

Il y a de bonnes choses comme l’épisode du lockdown avec cette attaque dans le lycée qui aurait dû être au centre de la saison 3 si les scénaristes voulaient se rapprocher du concept premier. On aurait bien vu une attaque armée de Tyler et les preuves vidéos ou matérielles (13 évidemment)..
La pression et l’ambiance de cet épisode sont plutôt bonnes mais, comme les scènes de comblage, semblent grotesques au final.

13 reasons why netflix

Comment finir la série ?

SPOILERS SUR LA FIN DE LA SAISON

L’épisode 9 est une bouffée d’air frais. On s’attend au drame mais tout semble bien se passer. La soupape qu’est le bal de promo permet de faire une petite pause dans la vie tourmentée de ces ados.  Et si tout allait venir de Winston ou de Diego, les deux « méchants » de la saison ? Car il manque une vraie menace, un vrai mystère dans cette saison pour alimenter nos attentes. Mais les deux personnages seront des échecs d’écriture. Un drame quasiment sans lien viendra fermer cet épisode. Justin a un malaise sur la piste.

L’ultime épisode mise tout sur Justin. Il est séropositif et tend à être infecté par le SIDA. Ses années d’errance en tant que SDF et toxico a eu raison de sa santé. C’est donc un long au-revoir qui sera au centre de cet épisode d’1h38 tout de même ! Clay sera encore en pétage de plomb, tous les personnages tendent vers une porte de sortie. C’est le long calvaire de Justin sur son lit d’hôpital qui offrira les « meilleurs » moments. La série retrouve un semblant d’intérêt par ce drame. Le sort des personnages se joue et notre intérêt se réveille.

Quand Justin aura son dernier souffle, les personnages seront pris d’une certaine volonté à en finir avec cette longue période de drames. Et comme par magie, Winston abandonnera toute pression, Diego également. Bref, quand un drame extérieur à tout ça viendra les frapper, tout le monde se dit qu’il est important de laisser derrière eux les erreurs.

La morale de l’histoire ?

Tout oublier pour être ensemble dans le deuil ? Morale un peu bancale quand on pense qu’on parle de couverture de meurtre, d’accusation à tort… Alors certes, on sait que la série a renié quasiment sa saison précédente à chaque nouvelle saison et on pense à cette saison 1, loin de tout soupçon à l’époque et qui devient quasiment une intruse face aux ambiances générales des autres saisons.

Si chaque saison est moins bonne que la précédente, on se plait tout de même à ressentir un profond vide à la dernière image. Un soulagement? Peut-être. On sent les personnages apaisés, chose qui ne s’est pas produite depuis … les flashbacks de la saison 1.

Globalement, 13 Reasons Why a réussi à parler des problèmes des adolescents avec une grande force à défaut d’une grande justesse. Il faut encore et toujours prendre la série, non pas pour exemple mais pour messagère. Il y a tout un processus derrière qui nous dit que l’auto destruction ne sert à rien. Au temps de la saison 1, beaucoup d’ados prenaient la saison maladroitement en se débarrassant du message global. Aucun personnage ne ressort positivement de tout ça. Clay reste un personnage torturé par son fort désir de justice et d’accomplissement. Il essaye d’aider, prend sur lui et se détruit… Si on le trouve agaçant pendant une bonne partie de la saison. Sa solitude lors de l’épisode du bal nous saute aux yeux…

La série a résonné en moi et restera marquante pour autant de bonnes que de mauvaises raisons. Elle démontre aussi qu’une adaptation de roman peut allait plus loin que le matériel original mais qu’il faudrait savoir s’arrêter ou proposer autre chose. Chaque saison jouait sur la même intrigue générale et, comble de tout ça, montre bien que l’acharnement ne fonctionne pas.

Saisons maladroites mais riches en ressentiments 13 Reasons Why reste une série ado bouleversante, dure, frontale. Disponible sur Netflix.

Avatar
Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire