2 mois après une série Netflix, que reste-t-il ? C’est aussi la question qu’on peut se poser pour mieux apprécier une saison attendue comme 13 Reasons Why?

Plus personne ne parle de la saison 2 de 13 Reasons Why. L’impact est moindre mais surtout, comme toute série Netflix, la saison 2 passe moins bien. Cette tendance se remarque même chez les autres diffuseurs de toute manière. La nouveauté attire, étonne et ne surprend plus. On passe à la série suivante car seule la découverte importe désormais pour nombre de personnes.

Cette saison 2 proposait donc le procès du lycée Liberty High face à la famille Baker. Les 13 raisons pourquoi étaient devenues les 13 défenses contre. Chaque épisode allait explorer avec plus ou moins de pertinence le point de vue des « accusés » montrés du doigt par cassettes interposées.

La saison 1 avait été une révélation, le ton résolument progressiste, l’atmosphère glauque et malsaine, la romance morbide étaient ce qui caractérisaient cette salve de 13 épisodes. L’adaptation du livre du même nom se suffisait à elle-même, une saison 2 était accessoire, l’histoire était déjà racontée, de forte belle manière.

13 reasons why saison 2

Mais les sirènes du succès ont poussé Netflix à faire une saison 2 (et une saison 3 est prévue) démontant presque toute cette saison 1. N’adaptant plus rien, proposant du matériel original, la saison 2 de 13 Reasons Why a un peu déconstruit le mythe Hannah Baker et même notre ressenti. Désormais, il va falloir prendre en compte cette saison 2 dans notre vision globale de la première saison. Et c’est gênant.

Le personnage de Hannah Baker se voit donc réécrit petit à petit, les scénaristes se permettant de rajouter des zones d’ombres et de rajouter des moments de vies qui auraient du importer en saison 1 et qui apparaissent un peu comme des Deus Ex Machina en saison 2. La romance avec Zach, le harcèlement commis et non subie, la relation amicale entre Bryce et Hannah et même une réécriture soudaine de Clay qui passe totalement inaperçue durant cette saison 2. Il subit toujours et encore mais avec cette fois un passage en personnage secondaire assez insupportable.

L’utilisation de la voix-off à chaque épisode par des personnages qu’on a du mal à identifier n’arrange pas l’affaire. On perd ce concept de cassettes pour une voix-off peu réjouissante souvent mal utilisées. On entend des bribes de déclarations enfouies entre deux dialogues à l’écran. C Rien ne se crée au niveau émotionnel ou narratif avec ce procédé. Et ce ne sont pas les polaroïds, qu’on pensait remplacer les cassettes, qui donnent un peu d’excitation à un récit qui peine à démarrer dans la première partie de saison.

13 reasons why

Reste que ce procès prend de plus en plus de place et nous, spectateurs, sommes pris dedans dans le dernier tiers de la saison. Dès l’épisode 6, on sent déjà que les propositions de cette saison commencent à faire mouche. On oublie le postulat de la saison 1, on a accepté cette saison 2 et nous voilà devant une révélation : la romance entre Hannah et Zach. Même si le montage parait cheesy, ça fonctionne. On est dans quelque chose qui sort un peu de l’atmosphère anxiogène de la série. La légèreté du propos fait du bien. Certes, ça sort du chapeau mais on est soulagé par cette proposition de… bonheur ! Et par la suite, vers l’épisode 9, le procès accumule les témoignages clés. On est vraiment pris dans cette histoire. Les personnages sont dans l’urgence, les relations se dessinent vraiment et on y voit un peu plus clair. La tension monte et…

Et le verdict tombe. Le sentiment d’occasions manquées arrive. Cette fin sonne faux, sonne même petitement. Pas de folie, pas de grand climax. C’est une fin calme comme la saison 1. Et encore une fois, on ajoute des événements dispensables comme Tyler et son désir de tout fusiller. Ça aurait dû être un point de départ comme le viol de Hannah et non une conséquence. C’est donc une saison 2 qui paraissait accessoire avant de la regarder, poussive en la regardant et finalement prenante au fil des épisodes. Il faut maintenant considérer 13 Reasons Why comme quelque chose qui évolue. La saison 1 a perdu de son aura, pas de son charme et la saison 2 a redistribué un peu les cartes de l’histoire générale de la série ! La saison 3 est un nouveau challenge qu’il sera encore intéressant de décrypter.