La saison 2 très attendue de 13 Reasons Why est enfin disponible sur Netflix. Alors, saison bonus, inutile, dispensable ?

La saison 1 se termine sur la fin du silence pour Clay, le début des emmerdes pour les autres. La saison 2 commence quelques mois après les événements. Clay sort avec Skye, la serveuse de la saison 1. Le procès va commencer pour savoir qui est responsable du suicide de Hannah Baker. Se suivront à la barre, Tyler, Alex, Jessica, Zach…

Il est clair que la saison 1 avait un charme à part entière, une ambiance, une couleur, un texture et un fond vraiment troublants. Un mystère, aussi, était évident. La saison 2 n’a plus grand-chose à voir avec ce constat. Nous avons un teen show qui tente de surfer sur le succès de la saison 1. On parle du procès, on oublie la dimension glauque et morbide du cas Hannah Baker avec ses flashbacks au goût d’interdit, de fascinant. On parle du procès et on oublie la relation étrange et irréelle entre Clay et Hannah. On parle du procès et on ne parle que du procès.

Clay et Hannah nous offraient une histoire limite fantasmagorique. Et pour justifier la présence de Hannah cette saison, outre les flashbacks, elle apparaît à Clay. Les interactions sont nombreuses, parfois sans un souci de crédibilité. Il y a des dialogues entre eux, des échanges d’idées, ce n’est pas une sorte de faille de Clay. Dommage. Même si on les aime, on a de l’empathie, c’est une approche étrange. Hannah aurait dû “hanter” les autres personnages pour donner un peu plus de substance et de cohérence artistique autant que psychologique.

13 reasons why saison 2

Outre Clay, les autres personnages sont appelés à témoigner et tentent de se trouver un échappatoire. Tous écorchés par l’histoire, Jessica, Zach, Alex et les autres sont coincés entre le désir de vérité et de liberté tout en préservant leur intégrité. Après 5 épisodes, il est difficile de voir où la saison veut aller. Est-elle plan-plan au point d’offrir une bête saison de non-dits et de secrets ? Est-elle méta en nous proposant les procès des personnages et leurs scrupules ? Car il est évident que cette saison tente de faire le point sur chaque personnage jusqu’à réutiliser le concept de la saison 1 pour nous montrer du doigt l’individualisation des intrigues. On oublie les cassettes et on passe à la voix-off par épisode. Jamais pertinente, elle n’illustre rien et est parfois entendue pour un seule phrase, pour faire le lien entre les scènes. On est loin de la pertinence du montage et de la dimension presque ludique des cassettes de la saison 1.

C’est donc clairement une saison 2 moins engageante qui se présente à nous mais elle reste pertinente dans son traitement des sujets. On sent une gravité, une urgence du propos. La forme change et peine à donner autant de poids au fond. Ce n’est pas raté, c’est juste loin d ‘être aussi percutant. Il reste des fulgurances comme certaines scènes d’une beauté glaçante qui en dit beaucoup sans trop en faire comme l’ultime scène de l’épisode 2.