Dragonsbanniere

Entre 2012 et 2014, Dreamworks a produit une série animée basée sur le film Dragons. En 40 épisodes, la série enrichit encore l’univers du film.

La série se découpe en deux saisons, la première intitulée Riders of Berk a été diffusé entre 2012 et 2013 et la seconde Defenders of Berk entre 2013 et 2014. En mars 2014, la saison 2 se terminait donc pour laisser place au second film. Produite pour faire le lien entre les deux premiers films, il n’y a cependant pas de passerelle toute tracée entre les deux métrages via la série. Dragons 2 propose un Harold qui a vieilli quand la série animée ne voit toujours pas Harold grandir.
Il faudra attendre la saison 3 qui arrive sur Netflix l’année prochaine pour voir la transition s’opérait (sa nouvelle arme vue dans le film 2, son armure…). Les hasards du calendrier n’ont donc pas permis de se la jouer Marvel et se contenir un univers cohérent entre cinéma et télévision. Cependant, la série propose de bonnes choses qu’il serait dommage de laisser passer.

La série animée prend la suite directe du premier film avec Berk qui cohabite avec les dragons. Evidemment, tout ne se passe pas comme prévu mais tout se passe dans une bonne humeur globale. Riders of Berk porte bien son nom puisque la saison se concentre sur l’apprentissage encore récent des dragons. On en apprend plus sur eux et sur leur univers. De nouvelles espèces sont aussi découvertes et comme le dit si bien une piste de la BO de Dragons 2 : Together we map the world. Les dragons ont permis d’ouvrir le monde des vikings et d’explorer les alentours, les distances se trouvent réduites et les menaces plus présentes que jamais.

Dragons-série-02

Si la saison 1 retrouve un ton moins adulte et une mise en scène moins travaillée que le film, elle reste un très honnête divertissement avec une action bien menée, des personnages  qu’on aime retrouver et un univers qui se déploie petit à petit. Par une restriction financière, on ne peut pas avoir d’énormes intrigues spectaculaires mais l’univers sait détourner le souci pour raconter des histoires qui s’emploient à donner de l ‘épaisseur à Berk et ses habitants. Sans réelles surprises, les scénarios des épisodes sont plaisants et il faut attendre les doubles épisodes pour trouver un semblant d’ambition. Les ennemis de Berk donnent du fil à retordre et le passage du grand au petit écran ne gâche pas la dimension épique des batailles ou des enjeux. On parlait d’épaisseur mais on reste aussi dans le schéma classique des antagonismes qui étaient à peine explorer dans le premier film. Ici Varek est le peureux vaillant, Astrid la touche féminine, Rustik est le dur à cuire, Kognedur et Kranedur, les faux jumeaux chamailleurs et Harold, le digne héros maladroit. La série joue beaucoup sur les rapports entre chacun même si Stoïk, le père de Harold et GueuleFor, le forgeron, ont une belle place.

Dragons

Côté dragons, on découvre de nouvelles espèces et cette quête constitue la principale matière de cette saison 1. Les Murmures Mortels seront les dragons les plus coriaces pour les personnages et vos nerfs. Le public est concerné car leurs attaques sont extrêmement répétitives et on se retrouve devant des épisodes un peu agaçants par moments. La saison 2 se base beaucoup sur des ennemis extérieurs comme avec Dagur et Alvin et le peuple des bannis.
La saison 2 gagne en profondeur avec un fil rouge qui commence dès la fin de la saison 1 avec la guerre contre les Bannis, vikings qui cherchent à contrôler les dragons également. Les personnages de Dagur et Alvin apportent beaucoup à la dynamique de la série et on sort du schéma traditionnel pour entrer de plein fouet dans un univers plus proche des vikings avec une guerre de peuples. La saison 2 devient de plus en plus dense, fournie et se termine en apothéose.

Dragons-série-03

Il serait dommage de passer à côté de la série si vous appréciez l’univers. Certes, on perd ne qualité graphique et en mise en scène mais il reste des morceaux de bravoure et de la bonne humeur à revendre. espérons que la saison 3 soit du même tonneau et qu’elle parvienne à merveille à faire le pont entre les deux films.

<-Dragons : retour sur le premier film

Dragons 2 : la critique->

Dragons : le spectacle, les livres ->