utopia falls
On a testé

Utopia Falls : quand une série combine The 100 et Glee

Utopia Falls est la dernière de chez Hulu et elle nous parle du Hip-Hop d’une manière originale.

Hulu propose beaucoup de contenu mais peu de séries arrive jusqu’à nos écrans. D’une aprt, car le service n’est pas disponible mais surtout , à part The Handmaid’s Tale, aucune ne parvient à faire parler d’elle.

Utopia Falls est une création de R.T. Thorne (Degrassi) et Joseph Mallozzi (Stargate, Dark Matter). Au casting, peu de noms très connus mais de belles gueules, CW style oblige. Hulu souhaite aller du côté du teen show, on les comprend, on sent un regain de productions de ce genre sur les plateformes. On les comprend aussi, le public ne semble pas difficile. Au casting, si ça vous intéresse : Robyn Alomar, Akiel Julien, Robbie Graham-Kuntz, Humberly Gonzalez, Phillip Lewitski, Devyn Nekoda, Mickeey Nguyen, Sean Baek, Kate Drummond, Melissa Strong, Alexandra Castillo

Utopia Falls raconte donc la vie d’une colonie futuriste dans la ville de New Babyl. 24 ados ont été choisis pour participer à une compétition musicale.

Après un long plan séquence qui a sûrement couté le quart du budget et qui nous montre l’état de la planète et la ville, on est en pleine dystopie cliché avec une communauté qui vit comme au Moyen-age mais avec une technologie avancée, des habits unis et une bienveillance affolante.

Sans se soucier du fonctionnement de cette communauté, Utopia Falls dresse plutôt des portraits de candidats à cette fausse TV Réalité qu’on devra suivre. Les héros et héroïnes sont déjà dessinés, on comprend alors qu’ils seront aussi invités à ce programme. Le suspens est anéanti par défaut.

utopia falls

On ne sait pas vraiment où on se situe jusqu’à la scène de casting où chacun y va de sa note, de son piano, de son pas de danse. Les 30 minutes ne sont qu’une introduction à la scène finale qui ouvre la perspective principale de la série : la culture du hip-hop.

Dans une sorte de bunker au milieu d’une forêt, les deux personnages découvrent un mini musée à la gloire du hip-hop, genre musical qu’ils ne connaissent pas du tout.

Fin de l’épisode.

Début de l’aventure Utopia Falls qui va étarngement mixer le passé, le présent et le futur dans une série qui frôle le navet ou le nanar. A deux doigts de la faute artistique, la série semble tout de même avoir de la ressource et savoir où elle va… On pense à The 100, à Glee, à Step Up, à tous les Young Adults qu’on a subi. Utopia Falls est la curiosité de ce mois de février assurément.

Avec des personnages très modernes (culture LGB nous voilà), des jeux approximatifs, une direction artistique qui mise sur le cheap, Utopia Falls a de quoi attiser les débats.

Les 10 épisodes de la saison 1 sont sur HULU (USA only)

 

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire