tarzan - Tarzan et la Cité Perdue (1998) : Lui, Tarzan, moi, gêne tarzan and the lost city 56c2208b4ddae
Suite, remake, reboot

Tarzan et la Cité Perdue (1998) : Lui, Tarzan, moi, gêne

tarzan - Tarzan et la Cité Perdue (1998) : Lui, Tarzan, moi, gêne cassette vhs tarzan la cite perdue avec casper
1998

Réalisé par Carl Schenkel

Avec Casper Van Dien, Jane MArch

A à peine quelques jours de la cérémonie de son mariage avec Jane, Lord Greystoke voit en songe l’endroit où il a passé son enfance envahi par les flammes. Il prend cela comme un appel de son Afrique natale et décide, sur le champ, de s’y rendre. Dès son arrivée, il découvre que le pays est ravagé par une bande de mercenaires qui massacrent les indigènes, capturent et tuent les animaux. Tarzan tente, avec les mots, de raisonner leur chef Ravens, sans succès. Greystoke va sans doute devoir redevenir Tarzan, le roi de la jungle, pour les combattre sur leur terrain.


Bienvenu-e-s dans le vidéoclub Smallthings où on ressort les quelques VHS qui traînent. On est tombé sur Tarzan et la Cité Perdue !

Tarzan a été adapté des centaines de fois. Le personnage inventé par Edgar Rice Burroughs en 1912 est un fils d’aristocrates appelé John Clayton III, Lord Greystoke. Alors que ses parents sont tués dans une mutinerie dans la jungle, il est élevé parmi les singes. Il rencontre Jane, une fois adulte, et revient parmi la civilisation.

Il y a Lois Lane et Clark Kent, et il y a Tarzan et Jane. Le point commun est qu’ils ont connu des adaptations cinéma, télévisées (notamment un Jane et Tarzan par la The WB à ne pas manquer…) et en dessins animés. Dès 1918, Tarzan chez les Singes est le premier film adapté du roman. Il faudra attendre 1932 et Tarzan : L’Homme Singe, pour trouver celui qui sera le Christopher Reeve de Tarzan : Johnny Weissmuller. L’ancien nageur sera celui qui restera l’interprète immortel de Tarzan avec 12 films entre 1932 et 1948. Il sera le premier Tarzan à lancer le fameux cri de Tarzan.
Puis à chaque décennie, pas moins d’une dizaine d’adaptations se feront. Les années 70 verront le mythe déserter les écrans jusqu’au retour triomphale avec Greystoke, la légende de Tarzan, réalisé par Hugh Hudson avec Christophe Lambert. Une série télévisée plus tard, Tarzan et la Cité Perdue arrive sur nos écrans avec Casper Van Dien, un nouveau venu, même pas auréolé par le non-succès de Starship Troopers, et Jane March, la nouvelle petite fiancée de l’Amérique après L’Amant. Tarzan et la Cité Perdue arrive un an après un succès comique parodique de Tarzan : George de la Jungle, avec Brendan Frasier.

Tarzan et la Cité Perdue

Le film est réalisé par Carl Schenkel, un metteur en scène inconnu, qui fait à peine un téléfilm par an. Il est pourtant celui qui fera le premier Tarzan entièrement tourné en Afrique ! Il n’était pas le premier choix puisque c’est George P. Cosmatos, réalisateur de Cobra et Rambo 2 avec Stallone qui devait s’en charger…

Nous voici donc avec Casper Van Dien, acteur athlétique, plutôt beau gosse qui essaye de faire carrière en cette fin d’années 90. Starship Troopers l’a révélé mais n’en a pas fait une star. Vingtième interprète à jouer Tarzan, Van Dien sent qu’il peut devenir une star du film d’action avec ce film. Jouant dans des films passés inaperçus à part Sleepy Hollow (mais qui se souvenait de lui dedans ?), Casper Van Dien finira dans des téléfilms face à des requins.

Jane March, elle, connait la carrière que connaît toutes les actrices qui ont été utilisées pour leur corps : on l’oublie. Révélée par le sulfureux L’Amant alors qu’elle n’a que 19 ans, Jane March bouscule la hiérarchie des stars au pouvoir érotique certain. Alors que Basic Instinct cartonne, elle est la vedette de Color of NIght en 1994, un thriller érotique dans lequel on peut voir le petit oiseau de Bruce Willis. Le film est un navet mais on le retiendra surtout pour cette scène de piscine. On pourrait penser que Jane March va alors vouloir faire moins de nues pour se faire un nom à Hollywood plutôt qu’un corps ? Elle se marie avec un producteur, Carmine Zozzora qui voudra être le producteur de chacun de ses films. C’est ça qui va freiner l’ascension de Jane March puisqu’un producteur ne voudra s’associer à lui. Petit producteur sans charisme, Zozzora ne permettra pas à Jane March de faire des films reconnus. Elle finira dans des Direct-To-Video bas de gamme.

Tarzan et la Cité Perdue-2

Et pourtant, elle fait une Jane plutôt efficace dans ce Tarzan. Le film n’est néanmoins pas une réussite. Assez moyen dans tous les secteurs, Tarzan et la Cité Perdue est un téléfilm au budget de 40 millions à une époque où les budgets étaient largement gonflés pour remplir les poches des producteurs. Bien que généreux dans ses décors naturels, La Cité Perdue peine à convaincre par un scénario faiblard. Les faux singes et le méchant anti-charismatique au possible ne permettent pas au film d’avoir une dimension bien grande. Léger au possible, le film finit par aller du côté du surnaturel à la Indiana Jones dans son dernier acte avec des effets spéciaux médiocres pour l’époque.

Malgré les efforts évidents de Van Dien, son Tarzan n’existe pas vraiment, étant plus volontiers Greystoke que Homme-Singe. Flop critique et public, Tarzan et la Cité Perdue sera volontiers oublié avant de retrouver une seconde jeunesse en vidéoclub. Tarzan ne retrouvera le salut du public que par Disney et son Tarzan de 1999 en animation.

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *