Suite, remake, reboot

Super Mario, le film : premier niveau facile

Super Mario le film est là après des premières images encourageantes ! Illumination et Nintendo nous proposent les premières aventures animées sur grand écran du célèbre plombier.

Après une adaptation foireuse au cinéma en live action en 1993, Mario se devait d’être proposé sur grand écran vu l’univers du jeu. C’était donc en animation que Mario devait trouver son salut. Pour rappel, illumination est un studio américain avec un gros pourcentage de français puisque la boîte US a racheté les frenchies de MacGuff en 2011. Il y a donc plein de français au générique de Super Mario ! Illumination, c’est aussi Moi, moche et méchant et toute la clique des Minions.

À quoi on s’attendait avec ce film ? 

À une histoire qui détourne et exploite les codes du jeu, on sait que Mario et compagnie, ce sont des jeux à l’univers exploité dans de nombreux jeux sur toutes les consoles de Nintendo depuis 40 ans. Donc Peach, Bowser, les Koopas, les champi, les power up, les tuyaux, Yoshi, ce sont des personnages que l’on connaît tous dans cet univers connu, reconnu, apprécié. Nintendo veut donc capitaliser là-dessus alors même qu’un espace Nintendo World a ouvert dans les parcs Universal !

Donc Universal x Nintendo x Illumination, cela devrait nous donner un film d’animation au pire correct au mieux drôle, décalé et inventif ! Et bien il se situe dans le correct.

Super mario le film, avis critique

Qui est derrière Super Mario le film ?

Le film est réalisé par le duo Aaaron Horvath et Moicahael Jelenic qui a bossé sur la série Teen Titans Go. Ils connaissent les codes d’un univers coloré, fun, rythmé par l’action. Au scénario, un seul bonhomme : Matthew Fogel qui a participé au script de Moi, moche et méchant 2 et celui de La Grande Aventure Lego 2.  On sent un homme habitué à l’action et aux références. Mais, il a écrit Big Mamma 3

On notera qu’il y a des co-réalisateurs absents de toute fiche technique du film… Si vous avez l’info, ça m’intéresse.

Au casting voix, et c’était la polémique, nous retrouvons Chris Pratt en Mario. Les critiques pleuvent déjà sur son interprétation. Avec lui, Anya Taylor-Joy, Seth Rogen, Jack Black, Charlie Day…

Et je précise de suite que j’ai vu le film en VF avec un excellent doublage fait par Pierre Tessier en Mario, il est la voix quasi officielle de Ryan Reynolds, Benoit du Pac en Luigi, (voix de Charlie Day qui est Luigi en VO donc il connaît sa rythmique et sa voix particulière), Jérémie Covillault fait Bowser (voix de Benedict Cumberbatch ou de Tom Hardy). Emmanuel Garijo en Toad (Freakazoid, Rayman, Anakin), Donald Reignoux en Kamek, la célèbre voix de Titeuf, et Audrey Sourdive en Peach, une voix très présente dans les jeux vidéo. On notera l’excellente Kaycie Chase qui joue Luma, la petite flamme blasée.

L’adaptation VF est on ne peut plus bonne. C’est vif, engagé, et possiblement meilleure dans certaines punchlines qui fonctionnent vraiment bien.

Super mario le film, avis critique

Super Mario est-il réussi ?

Bowser a récupéré l’étoile, il veut donc aller demander la main de la princesse Peach pour dominer le monde. Mario est là pour sauver ledit monde !

Mais ce qu’on ne sait pas c’est que Mario est un humain, qu’il vit avec son frère et sa famille a New York. Alors comment expliquer le monde Champignon, la route Arc-en-ciel etc ? C’est là où le prétexte du film est finalement assez convenu et faible. Je ne vous dévoilerai pas le pourquoi du comment mais on sent que c’est un peu “tais-toi c’est magique”. Après cette suspension d’incrédulité, nous sommes en plein univers Mario, on est là avec les codes, les champi, Toad, les plaines colorées, les plateformes… sans qu’on exploite avec un peu d’originalité tous ces éléments. Mario doit juste rejoindre Peach et combattre Bowser.


Tout semble prétexte à offrir des scènes rythmées voire possiblement hystériques, sans proposer autre chose qu’une sorte de facilité dans l’intrigue. Rien n’est finalement exploité correctement. On ne sent pas un désir de profiter de cet univers pour jouer avec. C’est simplement Mario et Luigi dans un monde qu’ils ne connaissent pas et qu’ils comprennent assez vite.

D’ailleurs, le film est vraiment un film Mario / Peach. Luigi est rapidement mis au second plan et n’est pas du tout utile. On parle d’inexploitation de l’univers et Luigi en est aussi une preuve car il se retrouve dans un univers qui rappelle Luigi’s Mansion et… c’est tout. Outre le clin d’œil il n’y a rien. Je sais qu’on doit limiter le fan service mais dans ce genre de film, on aurait aimé un tout petit peu plus de folie.

Super mario le film, avis critique

Pas le temps de s’ennuyer

Le film ne dure qu’1 heure 30 générique compris. Donc c’est plutôt divertissant, sans longueur… et sans scène mémorable. L’aspect jeu vidéo est finalement peu retranscrit, peu mis en valeur à part deux ou trois scènes où la caméra se met sur le côté pour avoir une vue comme on l’a eu dans les Mario classique sur consoles. Les carapaces, les peaux de bananes ne sont là que pour la blague en arrière-plan.

La scène de plateforme est un test que Mario doit passer et ça sort de nulle part, tout comme la séquence de karts, qui est sûrement la meilleure du film. La séquence est très bien fichue mais elle n’adapte que l’idée et pas le fonctionnellement, l’univers, les codes. 

Pour souligner encore l’aspect facile, parlons des musiques…. Elles sont là pour illustrer les scènes comico-action et ce sont des chansons rincées, exploitées partout, comme Take on me de A-Ha, Thunderstruck d’ACDC. On est en pilotage automatique comme si les scénaristes ne savaient pas comment exploiter tous les gimmicks du jeu qu’on connaît tous. 

L’idée un peu creusée est de développer Bowser, ce grand méchant vide de psychologie dans les jeux. Les scénaristes en ont fait un amoureux transi de Peach. Ce profil colle parfaitement en permettant à ce personnage de devenir un méchant décalé.

Super mario le film, avis critique

Dans les gros manques, c’est aussi l’absence de Yoshi. On garde peut-être les cartouches pour une suite comme avec l’inévitable Wario… L’originalité vient de la famille de Mario et Luigi, cela permet d’en faire des personnages un peu plus humains, chose que le film voulait absolument montrer d’ailleurs. 

Alors pour celui qui connaît Mario seulement sur deux / trois jeux de son enfance et par les jouets ou autre, ça suffira, Super Mario le film montre la base, la grosse base de ce qu’est Mario. Mais ça n’en fait pas une adaptation intelligente et efficace. C’est sympathique sans être un grand souvenir avec peu de scènes très marquantes et peu d’idées vraiment novatrices. 

 

Tom Witwicky

Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *