les-vedettes
Critiques de films

Les Vedettes : la palme, à chaud, du ratage de l’année

Le Palmashow, c’est depuis 10 ans,  Grégoire Ludig et David Marsais qui font des sketches. Et après La Folle Histoire de Max et Léon, voici Les Vedettes, second film du duo comique.

Entre parodies et sketches inspirés, le duo du Palmashow est spécialiste de la situation type détournée par des dizaines de personnages. Avec 1 million d’entrés pour leur premier film, La Folle Histoire de Max et Léon, le Palmashow nous propose une nouvelle comédie appelée Les Vedettes.

L’histoire est simple. Daniel et Stéphane travaillent comme vendeurs dans un magasin d’électroménager. Même s’ils ne s’entendent pas du tout, ils décident de faire équipe pour participer à des jeux télévisés, pensant qu’ils pourront ainsi rembourser leurs dettes.

Daniel (Grégoire Ludig) est un apprenti chanteur tandis que Stéphane (David Marsais) est un passionné d’appareils high-tech. En gros, nous avons devant nous, deux individus de la classe moyenne qui sont à fond dans leur passion non sans passer pour des marginaux, des geeks, des gars ridicules. On connait l’histoire du gars un peu simple, passionné et qui tente de s’en sortir et qui se fera avoir. Les Vedettes tente de proposer, en 2022, une histoire déjà vue.

Sans faire de détour, Les Vedettes est assez moyen. Le film a clairement un propos vieillot avec cette histoire de quête du succès. L’histoire n’est pas aidée par des idées somme toute dépassées. La vidéo Youtube et son clip ringard, le jeu télé, le jeune qui veut être rappeur, tout semble venir d’un temps révolu où on pouvait en rire.

Le script a des dialogues peu inspirés qui donnent un rythme assez peu emballant. Et à cause de situations et d’échanges verbaux assez plats, le film n’est jamais vraiment drôle. C’est bien simple, il n’y a aucune scène qui ressort du film. Jamais le gag n’est là, jamais le bon mot fera éclater de rires. Et mis bout à bout, ses faiblesses donnent un film peu marquant. Et une comédie qui ne fait pas rire est une comédie ratée.

Les sketches du Palmashow sont marquants car ils jouent sur un rythme rapide, des situations sans détour, des personnages qui ont le bon mot. Si ça marche du quelques secondes, ça ne marche pas sur 1h40. Preuve en est que le film ne trouve jamais une vraie finalité. On ne sait pas si les personnages recherchent la célébrité ou l’argent ou tout autre chose. On ne comprend alors pas où le film va vouloir aller et on cherche à partir de quelle scène le film va vraiment démarrer, quelle situation va débloquer l’histoire. En cherchant sans cesse son point d’appui, Les Vedettes semble aussi un bout à bout d’idées brouillonnes.

les-vedettes

Comme les scènes ne semblent jamais vouloir être là pour amorcer un gag, l’histoire suit un faux rythme et les parties jeu télé et clip sont liées entre elles par des avancées molles. L’ambition manque cruellement. Max et Léon avait cet élan de faire une comédie dans un contexte de film de guerre. Là, c’est une chronique simpliste. Oui, Les Trois Frères était aussi un film qui n’avait pas d’ambition hallucinante mais des scènes arrivaient à ponctuer le métrage de situations où énergie et idées faisaient bon ménage.

Les parodies de chansons et d’émissions télé sont plutôt là où Le Palmashow est reconnaissable même si, encore une fois, ça parait un poil facile. Cependant, parodier les émissions de télé-réalité n’est pas nouveau, faire d’un petit ado fan de rap une racaille ridicule, c’est déjà fait (et ça semble même pompé sur l’univers de Kemar, même dans les noms utilisés pour les chanteurs !). Les Vedettes n’est pas un film qui ennuie, sauf qu’il peine vraiment à avoir une identité forte. La mise en scène (de Jonathan Barré, déjà réal de max et Léon) fait le minimum syndical, la musique, volontairement esprit film français 80, sonne ridicule.

Le film se termine dans un dernier acte qui opte pour une ellipse maladroite qui éloigne encore plus la réponse à la question « quel est le but? ». Malgré tout, tous les acteurs s’en sortent bien. Marsais et Ludig sont habités par leurs rôles, Julien Pestel est, encore une fois, génial en mec hautain.

les-vedettes

Le film aurait sûrement eu mérité d’avoir un contexte plus favorable à sa sortie. les Vedettes aurait été un bon premier film s’il était sorti il y a 8/10 ans. La galerie de personnages secondaires méritent un univers plus délirant.

Il y a une scène post-générique où on assiste à un JT qui annonce la mort du personnage joué par Damien Gillard aka Fred Costa, l’animateur de Prix à tout prix.

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

14 Replies to “Les Vedettes : la palme, à chaud, du ratage de l’année

  1. Et bien personnellement j’ai adoré, ça fait du bien de voir un film aux dimensions humaines, justement sa force est de faire passer un bon moment aux spectateurs et aujourd’hui c’est rare. Ça à l’air simple mais c’est rare. Ce film est très bon. On est loin des marvel ou autre grande œuvre gros budget mais justement, ça fait du bien et dans la salle les gens ont ris et plusieurs fois.

      1. Il n’y a pas eu beaucoup de bonne comédie française depuis quelques temps à mon goût. Le fait de faire un pseudo article qui cherche à intellectualiser la comédie et qui parle de propos vieillot alors que la comédie ne nous sert que des acteurs vieillots tirant sur la même corde de l’humour depuis bien trop longtemps me fais beaucoup rire !
        Ce n’est probablement pas le film de l’année mais il porte sûrement mieux le terme de comédie que beaucoup de production ces dernières années !
        Après il est vrai qu’il est sûrement plus divertissant pour des personnes suivant leur travail depuis des années que pour quelqu’un qui veut simplement voir une comédie sans connaître le duo !

    1. Avec une amie, on s’est régalées devant ce film, on a eu le smile du début à la fin, des fous rires, la chanson reste en tête.
      Honnêtement, une très bonne comédie sans prise de tête.
      Les personnages sont drôles, et même attachants. L’histoire est peut être  »deja vu », mais bon, rien ne s’invente aujourd’hui, non?

  2. C’est clair que c’est un bon film mais bon le pseudo-journaliste qui essaie d’argumenter pour détruire le film et y installe une mauvaise foi hallucinante c’est surtout ça qui est du déjà-vu et du réchauffé…

    1. Un film excellent ! Sans un être grand fan du duo je n’avais pas autant ris devant une comédie française depuis bien longtemps !
      Sa nous change des autres film (Tuches, qu’est qu’on a fait au bon dieu et j’en passe…) qui cumule clichés et blague très moyenne…

      1. On dit pseudo journaliste parceque vous avez la mauvaise habitude d’être mou avec les durs et dur avec les petites gens… En faite vous savez, on en peu plus des journalistes qui donnent leurs avis.

        1. ah pas du tout, les grosses machines sont aussi fades que certains petits films. Je n’ai pas trouvé un seul gros film intéressant depuis longtemps, surtout dans ceux dont on parle le plus souvent.
          Il faut juste aller lire les papiers qui ne vous intéressent pas ^^

  3. Comment peut on avoir l’arrogance de pondre un critique sur un film soit disant viellot avec un titre contenant un jeu de mot aussi foireux
    « La palme a chaud »
    Ca c est ridicule!
    Meme Michel Leeb n’aurait pas osé

  4. Toujours ces pseudos critiques sans culture qui veulent absolument donner leur avis sur tout. C est pathétique. Un film il faut aller le voir et se faire sa propre opinion et ne pas se fier à ces torchons. On aime ou on n aime pas mais ce n est pas parce que ça ne vous plaît pas que ça ne plaira pas à d autres…

    1. sans culture je ne sais pas mais comment peut on le dire sans se comparer ?
      parce qu’évidemment comme d’habitude, personne ne vient gueuler quand on dit du bien

      et c’est pour quoi j’ai envie de donner mon avis sur mon blog 🙂
      La preuve que ca marche vous venez car vous n’aimez pas qu’on dise du mal d’un film.

Laisser un commentaire