interview - Last Light : la nouvelle série avec Matthew Fox après Lost last light matthew
Actus Interviews

Last Light : la nouvelle série avec Matthew Fox après Lost

C’est lors du Festival de Télévision de Monte-Carlo que Matthew Fox a présenté sa nouvelle série, Last Light.

Last Light est une série terriblement actuelle puisqu’elle prévoit, dans une sorte de dystopie on ne peut plus proche de nous, une fin des énergies fossiles. Cette adaptation de roman nous met une famille au coeur d’un changement drastique du climat internatonial. Et on ne parle pas que du climat météorologique…

Le pétrochimiste Andy Yeats (Matthew Fox, Lost), un expert dans le domaine, réalise, lors d’un voyage d’affaires au Moyen-Orient, que ses pires craintes sont en train de se réaliser. Si quelque chose empêchait l’approvisionnement en pétrole sur toute la planète, cela déclencherait une réaction en chaîne : les transports seraient paralysés ; les fournitures cesseraient d’être livrées ; et les forces de l’ordre seraient débordées. Sa fille adolescente, Laura (Alyth Ross), est seule à la maison à Londres tandis que sa femme, Elena (Joanne Froggatt, Downton Abbey), et son jeune fils, Sam (Taylor Fay), sont à Paris. Au milieu de ce chaos, chaque membre de la famille va tout sacrifier pour se retrouver, malgré la distance et les dangers qui les séparent.

On retrouve également dans ce thriller écolo Tom Wlaschiha (Game of Thrones), Victor Alli (Belfast) et Amber Rose Revah (The Punisher). Last Light débarquera sur Peacock dans quelques temps. La série est réalisée par Dennie Gordon (For All Mankind, Jack Ryan) et est créée par John Zinman et Patrick Massett (producteurs et scénaristes sur Caprica et Friday Night Lights).

Si les deux premiers épisodes que l’on a pu voir ne sont pas très engageants, on se prend à l’histoire qui est finalement assez déroutante compte tenu du climat actuel. On sent une série plus politique-fiction que spectaculaire même si on voyage entre Dubaï, Paris et Londres et que la tension est croissante et palpable.

casting de Last Light

L’équipe de la série, Matthew Fox, Joanne Froggatt, Alyth Ross, Taylor Fay et Dennie Gordon, étaient là au Festival de Télévision de Monte-Carlo pour parler de la série, Last Light.

 

Comment s’est passé la fabrication de Last Light alors que le monde tend à rejoindre la fiction ?

Dennie Gordon : le tournage a commencé alors qu’on était en pleine pandémie. Mais on ne pouvait imaginer que le choc pétrolier et que la guerre en Ukraine allaient s’ajouter à cela. C’est le monde que nous voulions partager avec Last Light.

Joanne Froggatt : c‘était effrayant de voir que ce que nous tournions se réaliser en même temps quasiment !

Matthew Fox : c‘est un sujet tellement actuel, donc opportun, et qui devient de plus en plus présent. C’est aussi l’aspect familial qui m’a intéressé avec cette famille qui s’étiole au fur et à mesure vu que le sujet nous touche également.

Alyth Ross : je joue Laura qui est activiste. C‘était un message important à transmettre via le personnage. Et, en plus, elle a un accent anglais, j’ai du faire beaucoup de recherches en plus (rires)

 

Matthew, pourquoi avoir retenu Last Light pour un retour devant les caméras ? (L’acteur connu une petite traversée du désert pro et personnel, il a été poursuivi pour avoir agressé une conductrice de bus en 2011)

Matthew Fox : j‘ai fait un break professionnel et j’en ai profité pour cocher toute ma bucket list. J’ai aussi beaucoup été avec ma famille pour voir grandir mes enfants. Musique, écriture… j‘ai rempli beaucoup de choses de cette liste. Je voulais devenir producteur éxécutif et j’ai pu le devenir sur Last Light. Dennie Gordon, avec qui j’ai travaillé sur Party of Five / La Vie à Cinq, m‘a proposé. C’était une occasion idéale. J’étais ravi de jouer à nouveau en plus.

last light poster

Quels ont été les défis sur la série ?

Joanne Froggatt : parler français a été difficile. J’ai toujours voulu apprendre une autre langue et c’était l’occasion.

Matthew Fox : les cascades étaient aussi difficiles. C’est là que je me suis rendu compte que j’aurais d’être en meilleur forme.

Joanne Froggatt : clairement, et quand on m’a choisi des talons pour des scènes où je cours, je me suis aussi dit : j’aurai dû être plus affûtée.

 

Taylor Fay a son premier rôle à l’écran, qu’avez vous appris de lui ?

Alyth Ross : il était tellement décontracté.

Joanne Froggatt : il vivait au jour le jour, ça a été rafraichissant de voir ça.

Dennie Gordon : on l’appelait Chocolate Escobar, car il venait tous les jours avec une sélection de chocolats qu’il distribuait en disant : celui-ci est très bon, il est pour toi.

 

Parlons du propos de la série…

Dennie Gordon : Last Light est en référence à ce qu’on redoute : la lumière qui meurt, le dernier souffle de lumière. C’est le pire scénario pour une civilisation.

Matthew Fox : les gentils sont les méchants et inversément, c’est ça qui ressort aussi de la mini-série.

 

La TV a changé depuis Party of Five / La Vie à Cinq ?

Matthew Fox : sur Party of Five, je n’étais pas aussi collaboratif. Il y a un esprit de groupe désormais ou chacun a son mot à dire.. Sur Lost, on savait que la télévision était en train de se transformer. La façon de raconter les choses avait pris un autre tournant. On raconte en un temps donné. Certaines prémices de série vous conduisent vers quelque chose de plus long (La Vie à Cinq et Lost ont duré 6 saisons). C’est bénéfique. Last Light avait une histoire trop courte pour une série et trop longue pour un film.

Dennie Gordon : on faisait de la télévision ordinaire à l’époque. Maintenant, c‘est extraordinaire. On ne reste plus dans un studio pour faire une série, on va sur place quand on doit tourner dans une ville ou un décor particulier. Il y a une valeur ajoutée à la production.

 

On vous parle encore de la fin de Lost, Matthew ?

Matthew Fox : souvent en Italie (d’où sa femme est originaire), on me croise pour parler de la série. Et quand on me demande ce qu’il se passe à la fin je réponds : j’en ai aucune idée.

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire