La brea
On a terminé

La Brea, saison 1 : une très bonne mauvaise série ?

Ah, La Brea ! Cette série nous aura déjà bien occupés en 10 petits épisodes. Saison 1 terminée, saison 2 assurée, alors faisons le point.


On pensait avoir une série surfant sur les cendres de LOST. Si Manifest n’a jamais vraiment réussi à s’imposer dans la sériesphère, La Brea semble déjà interroger tellement la série nous fait réfléchir. Non pas qu’on se pose des questions sur les possibles théories, non, on se demande pourquoi on continue à regarder alors que la série est plutôt très brouillonne.
Réponse ? Simplement, car elle ne s’embarrasse de rien. On sait déjà quasi tout sur la suite des événements du premier épisode. La série est parti ailleurs rapidement et on s’en réjouirait presque.

LA BREA

On se pose quand même des questions sur les tenants et aboutissants des rebondissements car la série va chercher du côté des voyages temporels. Et ça, ici, on adore. Le thème est suffisament complexe pour qu’on puisse y trouver une quelconque épaisseur à n’importe quelle œuvre le traitant.
Et La Brea s’enfonce dans des paradoxes et donc des incohérences. En allant vite dans ses explications et ses rebondissements, la série peine à captiver par autre chose que son instabilité. On essaye de savoir pourquoi et comment ils vont rebondir sur et dans leurs intrigues. On ne peut pas demander aux personnages de nous aider car ils sont eux-mêmes déjà tellement investis qu’ils ne posent plus de questions. Ils y vont tête baissée.

Mais alors que raconte La Brea ? On ne peut pas dire que l’on se demande où ils sont. On le sait.  Où vont-ils ? Idem. Que cherchent-ils ? Rien de plus que de revenir à Los Angeles. Comme LOST, les personnage vont d’un point A à un point B pour sauver untel ou untel. Seulement, le danger et la tension sont nulles. Un personnage meurt dans le dernier épisode de la saison, mais on s’en fiche. Aucun attachant n’est palpable car on ne les connait toujours pas. Pire, le faible nombre d’épisodes n’aide pas. 10 épisodes, c’est à peine le temps pour LOST de commencer ses intrigues.

LA BREA
LA BREA — « The Fort » Episode 105 — Pictured: (l-r) Josh McKenzie as Lucas Hayes, Rohan Mirchandaney as Scott Israni, Natalie Zea as Eve Harris, Nicholas Gonzalez as Levi Brooks, Veroncia St. Clair as Riley Valez, Jack Martin as Josh Harris — (Photo by: Sarah Enticknap/NBC)

La Brea semble fonctionner sur des idées bien précises. L’exécution pêche et ça se ressent. Les personnages plus ou moins liés aux failles n’ont pas grande consistance, ni incidence sur l’intrigue générale ! Oui, ils sont au centre des attentes mais n’aident en rien à faire progresser quoi que ce soit. Ils sont le problème et la solution.
En fait, on s’intéresse à quelque chose qu’on ne peut définir. L’intrigue avance à une vitesse folle sans que l’attachement aille au même rythme. Les concepts WTF commencent doucement à prendre le pas sur l’ambiance générale de la série. De plaisir, on passe à plaisir coupable. La Brea nous a touchés là où il faut. On sera là l’an prochain, croyez-le ou non, puisque La Brea est renouvelée pour une saison 2. Ils semblent piocher dans The 100 désormais en inventant des choses pour amener la série à un autre niveau à chaque fois. Mais doit-on accepter ce qu’on nous présente ?

On a hâte ? oui.

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

One Reply to “La Brea, saison 1 : une très bonne mauvaise série ?

  1. Il y a aussi l’appel du vide qui joue en regardant cette série. C’est une catastrophe (dans tous les sens du terme) et on a vraiment envie de voir comment ils peuvent foirer d’avantage… et c’est un miracle, ils foncent dedans, à chaque fois.

Laisser un commentaire