Stranger things saison 4
On a terminé

En a-t-on trop fait avec la saison 4 de Stranger Things ?

On a mis le temps mais on a enfin fini la saison 4 de Stranger Things. Ça valait le coup ?

N’y allons pas par quatre chemins. Les buzz ultra-poussés autour de certaines séries ou de certains films peuvent agacer. Et je le suis souvent. Stranger Things a beau être un produit efficace, la série a tout de même des tares et souffre de défauts qui gênent de plus en plus.

Est-ce que tout le foin autour de cette saison vient seulement du fait qu’on a une échelle de valeur qui a baissé depuis quelques années ? Qu’au milieu de toutes ces prods lissés, anecdotiques, Stranger Things arrive à se hisser au-dessus du lot ? La série des frères Duffer est-elle aux séries ce que le MCU est au cinéma ? Un divertissement honnête, mais qui ne vole pas bien haut ?

Des épisodes trop longs ?

Déjà, devant la longueur des épisodes de Stranger Things, j’ai tiqué. Non pas qu’ils étaient trop longs, Encore que, mais surtout qu’une série doit savoir raconter son histoire avec son format d’épisode. Si les séries ont évolué, elles doivent quand même garder à l’esprit qu’elles sont un format.

Un épisode qui dépasse les 1h, c’est devenu indigeste. Pire. Quand la série est feuilletonnante, cela montre qu’il y a un problème de structure de l’histoire. Et quand on lit que la série aurait pu avoir plus d’épisodes sans le Covid, on croit rêver. Des épisodes de plus d’une heure 20 peuvent aisément fournir de la matière pour deux épisodes de 40 minutes. Mieux. Ou pire. La structure des épisodes a surpris. Combien de cliffhangers, de fins d’épisodes ont pu être constatés dans cette saison 4 ? Beaucoup. Trop. Je me suis surpris à mettre pause plusieurs fois pour voir le temps qu’il restait. La scène se termine par une grosse musique étirée en longueur, un plan qui dure, qui dure… Un fondu noir. Et l’épisode reprend.

Stranger things saison 4

Des intrigues inutiles ?

Et cette saison 4 a souffert des mêmes maux que les précédentes saisons. Les intrigues sont étirées et longues, parfois même inutiles. L’arc Russie avec Hopper n’a aucun poids sur l’intrigue et devient même une intrigue totalement secondaire qui aurait pu faire aisément un téléfilm spécial ou un épisode centré seulement sur lui. Il est en prison, s’évade, retourne en prison, fait face à la créature, revient, fait un plan, refait face à la créature. Même la partie sur Joyce est inutilement longue avec des personnages agaçants… Oui la résolution est plutôt bien fichue, solide. Mais mise en parallèle avec la conclusion de l’arc Vecna, ça sonne un peu faux.

La bande des personnages se retrouve encore une fois séparée. Chacun a son intrigue plus ou moins importante et développée. Si on peut accepter que chacun se débrouille de son côté, comment Eleven peut devenir importante et intéressante dans cette saison quand elle a une intrigue solo qui se répète ? Eleven était devenue un personnage peu intéressant au fil des saisons. Même si son intégration dans la société aurait pu être percutante, elle retombe toujours sur ce qu’elle est : une fille qui tend la main et détruit la menace. Et ça ne donne pas grand-chose à jouer à Millie Bobby Brown qui devient vite irritante.

Stranger things saison 4

Et c’est ce qu’elle est dans cette saison 4. Même si son histoire avec Mike est traitée par-dessus la jambe. Au milieu, Will était dans le non-dit. C’était tellement foiré qu’il a fallu un article, devenu SCOOP, pour révéler que Will était homosexuel. On en est là.

Des faux suspens

D’ailleurs, dans cette saison 4, quand on parle d’épisodes trop longs, c’est surtout à cause de scènes trop longues qui soulignent en rouge pétant ce qu’on avait déjà compris. On peut citer l’identité de Vecna. On sait qu’il était One, mais on persiste jusqu’à montrer le tatouage sur son bras. Le spectateur n’est pas bête !

Si la série est et reste très bien produite côté décors et effets visuels, elle a perdu un peu de charme. Divertissante par ses histoires et ses thèmes, elle n’aboutit jamais à un spectacle complet. Du moins, elle échoue dans son fond et dans sa forme structurelle. Il faut avouer que les menaces se ressemblent toutes. Il est fort à parier, je vous le spoile tout de suite, que la saison 5 sera centrée sur une menace venue de l’Upside Down….

Stranger things saison 4

Un déséquilibre de personnages et d’écriture

Il y a bien que Max, jouée par Sadie Sink, qui survole la série. On ajoute peut-être Maya Hawke / Robin, mais son personnage a perdu de sa superbe dans cette saison. Et comme tous les autres personnages, elle n’a que deux répliques qui tournent boucle avec un ton sans cesse utilisé. N’est-ce-pas Steve ? Les joutes verbales deviennent tellement artificielles qu’on les prévoit à l’avance. Ce n’est même plus drôle quand les blagounettes sont dites sans passion. Le « Vecna slash One slash Henry » sortie par Robin sonne comme une punchline, mais ça tombe à plat. Surtout qu’elle est reprise plus tard pour faire un appel du pied et jouer sur l’humour et ça ne fonctionne pas. C’est de l’écriture automatique. Et sur un épisode de 2h, ça se voit. En écriture, si on voit que les dialogues sont faciles à écrire entre personnages, c’est qu’on les connaît et qu’il fonctionne à merveille. On ne le renie pas. Il y a des sortes d’automatismes qui font plaisir à l’égo du scénariste. Sauf qu’il faut un peu de substance et cette saison 4 en apporte peu sur la longueur.

L’ambiance était là, les effets également. De plus en plus gore et malsaine, Stranger Things est une production on ne peut plus solide. Il y a un vrai univers, des personnages plutôt bien campés. Encore limités dans leurs actions, ils n’ont plus qu’une saison pour tenter de rester dans les mémoires. 

Stranger Things, série culte ? Pas si sûr…
On a atteint les limites du feuilletonnant cette année avec beaucoup de séries qui n’arrivent plus à tenir la longueur. Il est temps de revenir aux fondamentaux. La saison peut paraître riche une fois les 9 épisodes vus. En y regardant de plus près, il ne se passe pas grand-chose. Resserrée, cette saison aurait gagné en intensité, en suspens et, sûrement, en qualité. Dans un monde où on réduit tout à deux choix possibles : bon ou mauvais. Il est encore tout à fait possible de trouver la saison 4 Stranger Things moyenne par rapport à ce qu’elle propose et bonne par rapport à ce qu’elle est. Ce n’est pas méchant de trouver des choses à redire sur une série !

 

 

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

One Reply to “En a-t-on trop fait avec la saison 4 de Stranger Things ?

Laisser un commentaire