Atypical est une nouvelle série Netflix qui a débarqué sur la plateforme le 11 août.

Sam, un jeune autiste de 18 ans découvre que l’indépendance va se gagner maintenant. Sa famille, elle, découvre que les choses « normales » de la Vie sont les plus difficiles à gérer.

Voix-off, personnage en marge, vie de famille, histoires amoureuses, Atypical coche toutes les cases de la série familiale immédiatement attachante mais sans relief. Et pourtant, la série parvient à imposer son identité en quelques scènes. Le personnage de Sam, avec son premier degré permanent et sa franchise, désamorce toute tension de scènes qui pourraient frôler le déjà-vu.

Les séquences chez le psy peuvent apporter une narration et une caractérisation un peu artificielles. Cependant, Sam est encore une fois un personnage juste (dans la mesure où l’autiste reste encore un sujet tabou et abordé maladroitement, CF. Sheldon dans Big Bang Theory) qui gagne beaucoup en profondeur par ses réflexions loin d’être idiotes. Idem pour le reste de la famille, on pense à beaucoup de séries qui posaient les mêmes problèmes mais la candeur des personnages parait crédible. Dès lors que l’on passe la barrière de l’attachement, les clichés deviennent des repères plutôt que des limites. Atypical parvient donc sans mal à dresser le portait d’une famille simple qui doit gérer les choses normales de la Vie.

atypical

Keir Gilchrist (United States of Tara) joue un Sam parfait qui aime se perdre dans ses rêves d’Antarctique et de manchots. On est loin de la série comme Corky (avec le héros trisomique et sa famille) ou de Malcolm de sorte qu’on se rapproche davantage d’une série comme This Is Us dans sa gestion de l’émotion qui transparaît à travers la simple complexité de la Vie. Chaque membre de la famille (les parents sont joués par Jennifer Jason Leigh et Michael Rapaport) sera donc confronté à des changements radicaux comme l’adolescence, le temps qui passe ou encore les choix évidents d’adulte à l’image de la soeur, Casey (géniale Brigette Lundy-Paine) qui semble aussi handicapé sociale que son frère.

Atypical est touchante dès les premières minutes. Les personnages sont justes et ce premier épisode nous installe déjà quelques enjeux intéressants. La série est créée par Robia Rashid qui a beaucoup écrit pour How I Met Your Mother. On y retrouve ses instants de Vie qui tourne à la comédie ou au drame en quelques instants. On notera aussi une partition musicale douce qui installe rapidement une atmosphère « feel good ». La presse semble assez froide envers la série qui ne semble pas juste dans son propos. On en parlait plus haut, l’autisme est quelque chose de difficile à retranscrire et utiliser comme ressort comique et dramatique. La série fera donc sûrement débat…
Il n’y a que 8 petits épisodes pour l’instant et c’est disponible sur Netflix !