Hunger Games 3, Harry Potter 5, Divergente 2, Narnia 3, Twilight 4 sont autant de titres de films que de nombres de romans parus. Les grandes sagas cinématographiques d’aujourd’hui sont les sagas de  romans que les jeunes adultes (comprenez les adolescents) ont lu dans leur chambre à l’abri des regards indiscrets. 7 milliards de dollars ont été récoltés rien qu’aux Etats-Unis avec les films adaptés de romans Young-Adults.

Introduction au genre

Partie 1 – Les Gros Succès

PARTIE 2 – Les Flops

Partie 3 – Les Franchises fauchées en plein vol


Partie 4 : Les Succès Actuels
Divergente -Le Labyrinthe

Avant de commencer, précisons que les succès actuels sont loin d’être aussi forts que Hunger Games ou Harry Potter. Aucune nouvelle saga n’a atteint les chiffres des sus-nommés. Le genre est-il mort ou simplement, l’adaptation perd de sa superbe dès lors que c’est un travail de studios et non de réalisateurs ? Les romans sont-ils moins attirants que ceux de Harry ou Katniss ?

DIVERGENTE

4 romans de 2011 à 2014
divergente

4 films de 2014 à 2017
DIVERGENTE insurrection allegiant


AA003102B.O. Films
: 585 millions de dollars à travers le mondepile-de-billets-verts
B.O. livres : 11 millions d’exemplaires dans le monde

Pourquoi ça marche au cinéma ?

Bienvenue dans la nouvelle ère où les “jeunes adultes” sont fascinés par la dystopie. Divergente semble avoir tous les ingrédients qui marchent, une histoire épique, des anti-héros pourtant prêts à sauver le monde, un univers haletant et dangereux, un arrière-plan romantique, de l’action et du sang, à croire que Veronica Roth a écrit sa série en œillant une adaptation potentielle. Visuellement, Divergente n’arrive pas à la cheville de Hunger Games, mais pourtant elle surfe sur sa vague sans aucun scrupule.
Preuve en est, dans le 4e volet, Roth reprend l’histoire du point de vue de Four… Une héroïne qui n’entre dans aucune des catégories où on veut la caser, les jeunes s’identifient dans ce personnage rebelle, destiné à de grandes choses… Les nouveaux visages de Shailene Woodley (vous vous rappelez encore d’elle dans Secret Life of an American Teenager ?!), Miles Teller et Ansel Engort vont encore s’afficher longtemps… Le box-office est cependant décevant pour le second volet qui a fait moins que le premier. A l’international, le second a fait à peine plus que le premier.

Et au niveau de l’adaptation ?

A la sortie de Divergente, la rumeur annonçait le nouveau Hunger Games. Mais là où Hunger Games a intelligemment découpé son script, Divergente a opté de mettre en avant l’histoire d’amour au détriment de l’expérience qui constitue la réelle histoire. Tris est probablement l’héroïne la plus supportable de ces romans de jeune adulte, plus futée qu’une Bella et moins égocentrique qu’une Katniss… Pour Insurgent, Neil Burger n’a pas été réembauché derrière la caméra et laisse sa place à Robert Schwentke qui livre un film plus dynamique en apparence tout du moins. Les émotions sont survolées, les effets spéciaux sont encore pire que dans le précédent avec un abus du logiciel de particules.

La décision qu’Allegiant allait être découpée en deux volets n’a surpris personne. Il faut bien faire durer le filon… En espérant que ce ne soit pas trop mauvais. 

 

LE LABYRINTHE (The Maze Runner)

3 romans de 2012 à 2014 et 2 préquelles de 2015 à 2016
maze runner

3 films de 2014 à 2017

le-labyrinthe-affiche-france terre brulée

 

AA003102B.O. Films: 660 millions de dollars à travers le mondepile-de-billets-verts

B.O. livres : 6.5 millions d’exemplaires dans le monde

Pourquoi ça marche au cinéma ?

La fanbase des livres de James Dashner est assez peu importante, en tout cas en France, mais un bouche à oreilles très profitable au film, ainsi qu’une excellente communication ont permis au premier opus, ainsi qu’aux livres originaux, de percer très vite. Le score est honteusement inférieur à celui de Divergent mais le livre parait moins porté sur les fangirls que les fanboys (et sociologiquement des sorties ciné plus en solo qu’en groupe). Néanmoins le second, moins prenant, a perdu beaucoup d’attrait et le score s’en est ressenti avec moins de cent millions de dollars. Heureusement, à l’international, le film est un énorme succès.

Et au niveau de l’adaptation ?

La matière à adapter pour le film était déjà très bonne, et une adaptation classique mais fidèle aurait suffit. Mais Wes Ball s’est en plus permis de ne choisir que la substance principale du film et d’en faire un vrai bon film. En effet, se doublant d’un scénario très réaliste et plausible, le film propose aussi une interprétation de qualité pour des acteurs qui n’en sont pour la plupart qu’à leur coup d’essai, et une ambiance véritablement efficace et glaçante. Au niveau de la mise en scène, la caméra est nerveuse et prenante, et on propose de vraies bonnes choses musicalement. Les personnages sont complexes et attachants, le film propose parfois des détails hollywoodiens mais ils sont vite rattrapé par les trouvailles que le film propose. On ne veut qu’une chose à la fin du film : voir la suite, et en attendant lire les livres et retourner au premier film.

Dommage, la suite est ratée presque à tous les niveaux. Décidant pour des raisons inconnues et sans doute étrange et marketing de n’adapter que très infidèlement la matière très riche du livre, Wes Ball s’égare et propose une course poursuite longue comme le film, mais n’est pas Mad Max qui veut : on s’ennuie beaucoup durant cette course, les événements arrivent sans qu’un vrai enjeu ne soit jamais présent, en bref le film n’a d’intérêt que pour ses acteurs toujours très bons et charismatiques, et pour passer le temps en attendant le prochain volet d’Hunger Games.


 

Nos Etoiles Contraires / The Fault in Our Stars a été un succès il y a quelques mois et les adaptations des romans de John Green sont en cours. La Face cachée de Margo / Paper Towns est sorti il y a peu avec certes moins succès mais la tendance aux films dramatiques sera abordée dans la dernière partie des films à venir.