Citez-moi une série qui a duré 13 épisodes et qui date de moins de trois ans ? Non ? Bon alors cette année ? Dur d’avoir une mémoire de sériephile quand on consomme à foison des produits pas forcément utiles.

Après un premier article sur 10 séries que vous avez oubliées; voici dix autres séries. Ce ne sont peut-être pas toutes des très bonnes séries mais elles font le travail, honnêtement.

Retour sur 10 autres séries qui auront duré entre 7 épisodes et 4 saisons. Souvent la série était tellement rediffusée qu’on ne savait plus si elle avait une fin ou une longue vie. Parfois le générique vous reviendra en tête…

Voici le portrait de dix nouvelles séries que votre mémoire a stocké quelque part…

FX, Effets spéciaux – 1996-1998
VO : F/X:The Series – 40 épisodes de 40 minutes.
Diffusée en syndication aux USA et sur M6 en prime-time


Rollie Tyler est un spécialiste en effets spéciaux. Un flic lui demande de l’aider à combattre le crime en utilisant l’illusion, le gadget et le faux.
Spin-off télévisuel des films du même nom, F/X est une série très très sympathique avec une qualité quasi constante. Entouré d’Angie, son assistante et de Bleuet son robot télécommande universel, Rollie utilise toutes les techniques en sa possession pour inventer des pièges originaux. Mix parfait entre MacGyver (mêmes producteurs) et Le Magicien, la série est un divertissement très honnête qui se permet même un fil rouge en saison 2, malheureusement abrégé par l’annulation de la série. Les fans de MacGyver pouvaient être heureux, un pendant de Murdoch, le méchant invincible, apparaissait quelques épisodes, dont l’ultime qui a été un grand moment pour les fans. Non content d’offrir un mini fil rouge, les scénaristes avaient aussi tenté de faire du shipper avec Angie et Rollie. Le dernier épisode est un des plus riches et des plus réussis de la série.

Au début de la saison 2, Leo McCarthy, le flic, meurt et est remplacé par Mira Sanchez, flic assez fade comparé à Leo. Cameron Daddo est très à l’aise dans son rôle et s’amuse comme un petit fou. Son petit côté filou, MacGyver des années 90, a plu aux spectatrices de l’époque. Les hommes pouvaient reluquer la jolie Cristina Cox ou encore Carry-Anne Moss avant son succès dans Matrix.

Le générique était très sympa musicalement et celui de la saison 2 remixé donnait un peu plus de cachet à la série.


Jake 2.0 – 2003
16 épisodes de 40 minutes
Crééé par Silvio Horta (Ugly Betty) et diffusée sur UPN et sur M6 dans la trilogie

jake20

Jake 2.0 aurait du s’appeler Chuck version béta. Le postulat est quasiment le même. Un personnage un peu geek devient par mégarde un ordinateur vivant. Il intégre une agence du gouvernement pour mener des missions.

Si la série n’a pas vraiment trouvé son public, elle avait indéniablement un potentiel. Moins comique que Chuck, la série avait peut-être trop le cul entre deux chaises. Effleurant le second degré et n’ayant pas la fraîcheur manifeste d’un Chuck, Jake 2.0 a quand même une galerie d’acteurs plutôt convaincants à l’image de Christopher Gorham (Popular) qui s’en sort vraiment bien. Les épisodes sont assez inégaux mais on suit une petite évolution bien appréciable pour le personnage de Jake qui devient de plus en plus sombre. Le dernier épisode est une conclusion un peu à la va-vite, un peu amère et surtout assez excitante quand on pensait à une possible saison 2. Si vous avez vu Second Chance cette saison, vous savez de quoi je parle.

C’est donc une série à redécouvrir mais sa durée très courte avec une fin un poil bancale peut freiner un paquet de gens. Elle n’apporte pas grand chose mais pour les amoureux de Chuck, elle est une alternative sympa.

 

 


Sept jours pour agir – 1998-2001
VO : Seven Days – 66 épisodes de 40 minutes
Diffusée sur UPN et sur M6 le dimanche

7 jours pour agir - Vacances en Alaska

©Paramount

Ce bon vieux voyage dans le temps.. Si cette thématique de pas mal de séries faussement de science fiction cache simplement des séries d’action lambdas, elle est aussi assez excitante sur le papier et peut offrir de sacrés morceaux.
7 Jours est de cet acabit tellement la série n’innove finalement pas mais à un background réjouissant en mêlant programme secret, ambiance de guerre froide et décors dantesques. On peut aussi ajouter les personnages clichés et les scénarii bateaux mais ce serait gâcher le plaisir que proposait cette série qui a fait les belles heures de la case de 19  heures du dimanche de M6. Je me souviens avoir carrément adoré les 5 premiers épisodes d’un rythme et d’une action trépidants.

Le héros est un ancien militaire très tête à claques et bourru qui va être le cobaye de cette expérience. Il est entouré d’une galerie très cliché avec le vieux mentor, le moins vieux chef, le savant fou, la jolie responsable, l’ami black et enfin la bête noire du héros. Mais si on regarde un peu plus près, les deux personnages principaux à savoir Frank et Olga rappellent furieusement un couple qui cartonnait ces années-là : Mulder et Scully. D’ailleurs leur relation sera aussi faite de non-dits et de petites scènes pour donner un peu de piquant. Malheureusement, les deux acteurs ne s’entendaient pas et la production a tenté de calmer les esprits en remaniant la série mais rien n’y fera. La saison 3, dernière saison, sera un fourre-tout créatif absolument imbuvable. 7 Jours avait tout d’une très honnête série d’action SF durant la première année mais a connu les remous d’une production houleuse.

Le concept partait d’une certaine originalité, la capsule temporelle était d’une violence extrême et marchait à l’énergie alien (récupérée du vaisseau craché à Roswell). Finalement la série n’a pas su se renouveler et le manque de budget restera flagrant dans les 2 dernières saisons. La série passe de Los Angeles à Vancouver et ça se ressent.

Un fil rouge alien s’est ajouté dans la seconde moitié de la série qui reste inconnu pour ma part. La diffusion sur M6 a été chaotique et il semble improbable voire impossible que la série soit rediffusée un jour.


Space 2063 – 1995-1996
VO : Space : Above and Beyond – 24 épisodes de 40 minutes
Créée par Glen Morgan et James Wong (X-Files) et diffusée sur la Fox et sur M6

space-2063-002

Le duo Morgan et Wong a fait les belles heures de X-Files. Quand ils quittent la série en saison 2, c’est pour se voir offrir un pont d’or par la FOX qui leur commande une série de SF. Space 2063 arrivera donc en 1995. Durant une saison complète, la série n’aura pas convaincu grand monde… Malgré un postulat de départ rappelant les grandes séries de SF à savoir une invasion alien, une troupe de soldats et leurs vaisseaux, la série peine à sortir du lot a cause d’un budget rachitique. Pourtant la série a un capital sympathie énorme. Le gang des personnages est constitué de belles gueules comme Rodney Rowland ou Kristen Cloke (que l’on retrouvera dans X-Files) et des guests de choix apparaîtront dans un épisode assez décontractée (La permission) où on peut croiser David Duchovny échappé de X-Files ou encore Coolio (mais si, Coolio ?) !

Si la série date de  1995, les SFX également… donc revoir la série après avoir eu Farscape puis Battlestar et Stargate, c’est autre chose. Néanmoins elle a le charme des séries de cette époque, celle où les chaines osaient proposer des choses nouvelles et de la SF intéressante. Pour les critiques, c’était Top Gun qui rencontre Melrose Place. Les créateurs ont détesté cette comparaison. La diffusion à 19h poussait à être assez light sur les insultes et la violence. Avec des audiences très basses et décroissantes, la série n’a pas été reconduite par Fox.

La série est disponible en DVD en zone 1 et je me suis toujours dit que je la reverrai. Je serai sûrement déçu par le rythme, les effets ou l’histoire…


Sydney Fox, l’aventurière  – 1999-2002
VO : Relic Hunter – 66 épisodes de 40 minutes
Diffusée sur Space au Canada et sur M6 dans la case du dimanche soir.

Ftia-carrere-20050829-66960in des années 90, M6 co-produisait des séries comme Highlander, L’immortelle (son spin-off) mais aussi Sydney Fox. Arrivée sur M6 alors que Tomb Raider cartonnait en jeux vidéo, la série avait tout pour être un hit : une actrice sculpturale, des aventures exotiques, de l’humour et un peu de fantastique.

La réalité était un peu moins glorieuse. La série n’avait pas le gros budget qu’il fallait pour rendre les aventures trépidantes. En fait, nous avions surtout une sorte d’Agence Acapulco ou Caraïbes offshore version Indiana Jones. Les décors étaient quasi les mêmes dans chaque épisode et la structure narrative identique à chaque aventure.

Si Tia Carrere retrouvait ici une seconde carrière, elle ne se débrouillait pas trop mal, aidée par son fidèle assistant et son ingénue assistante. Le prégénérique présentée une situation historique où un objet était caché ou dérobé. Sydney part à la visite d’un homme qui souhaite retrouver la relique. 30 minutes après, Sydney,  en mauvaise posture, arrive à s’en sortir avec la relique intacte et on termine l’épisode par une image de joie et de bonne humeur.

Série très 90’s, Sydney Fox était quand même plutôt fraîche mais manquait cruellement d’ambition. D’ailleurs, n’est pas Lara Croft qui veut puisque une série a tenté aussi de surfer sur cette vague, Veritas : The Quest (2003 13 épisodes).


 

Demain à la une  – 1996-2000
VO : Early Edition – 90 épisodes de 40 minutes
Diffusée sur CBS et le dimanche sur M6

La série la plus connue de la liste puisqu’elle ne comporte pas moins de 4 saisons et a été multidiffusée sur M6, Teva et autres. Série familiale, Demain à la une a ce petit quelque chose qui la démarque du genre. Loin d ‘être la gentille série d’après-midi, elle a cette touche de fantaisie bienvenue. Ce chat qui amène le journal du lendemain tous les jours à 6h30 a été un gimmick très original et permettait à la série de brasser le thème du voyage dans le temps d’une façon différente.

Développant sa mythologie par petites touches, la série reste cohérente et a un capital sympathie énorme grâce notamment au héros Gary Hobson joué par le parfait Kyle Chandler (Friday Night Lights).

On notera que la série changera de stratégie à chaque saison. Le ressort comique apporté par Chuck disparait avec l’acteur en saison 2 et Gary n’habite plus un hôtel mais un bar. Marissa est toujours assez secondaire. Personnage aveugle et bonne conscience de Gary, elle n’aura pas grand poids finalement sur la série. On adjoint à Gary un love interest en saison 3 avec la jolie Kristy Swanson (première Buffy au cinéma). Là, la série décolle et joue sur le secret de Gary pour pimenter le jeu de chat et de souris entre les deux personnages rappelant les grandes heures de Lois et Clark. et l’identité secrète. La série est toujours aussi pétillante et n’hésite pas à proposant des épisodes concepts comme un « Cours Lola Cours« -like ou un épisode en noir et blanc. La série touche le haut du panier avec des épisodes comme Fate (3×18) qui amène la série dans des retranchements dramatiques excellents ou encore le premier épisode de la saison 4 qui rafraîchit le concept d’une forte bonne manière en ajoutant des autres détenteurs du journal.

Diffusée entre Docteur Quinn et Walker Texas Ranger le samedi soir sur CBS, la série performait avec 10 millions de personnes devant leur poste. Malgré le succès relatif, la chaine décide d’annuler la série après 4 saisons. Demain à la une connait même une fin très convenable qui boucle la boucle.. en France. En effet, le 4×22 a été diffusé en 4×20 aux USA. M6 a eu le bon réflexe de le programmer en fin de saison 4 pour donner une belle porte de sortie pour la série.

Générique excellent, concept frais et comédiens motivés font de la série encore aujourd’hui un souvenir impérissable pour bon nombres de gens.


Loin de ce monde  – 1987-1991
VO : Out of This World – 96 épisodes de 20 minutes
Diffusée en syndication et sur M6

Le titre ne vous dit rien mais le générique et le concept vont finir par vous rappeler au bon vieux temps. Bizarrement, elle a duré quatre saisons mais je n’ai pas autant de souvenirs alors que pour Le Magicien (voir plus bas) qui comporte 4 fois moins d’épisodes j’ai davantage de souvenirs (peut-être les multirediffusions ont joué).

Evie Garland découvre à son treizième anniversaire que son père est un extraterrestre. Il a épousé sa mère puis est retourné sur sa planète. Depuis Evie communique avec lui à l’aide d’un cube et utilise s pouvoirs comme celui d’arrêter le temps.

Petite sitcom sympathique totalement tombée dans l’oubli des grilles de programme, Loin de ce monde comportait tous les ingrédients d’une sitcom familiale avec une héroïne ado, une mère de famille débordée, un voisin, un oncle et enfin le fameux salon où tout se déroule.

La petite originalité vient donc du fait que la série est science fictionnelle à petite dose. Evie peut geler le temps et à travers des scènes où tous les acteurs s’immobilisent. Avec les moyens de l’époque où on se freezait véritablement sur le plateau,  les gags étaient assez faciles. Néanmoins je me souviens d’une ambiance poétique voire mignonne quand elle communique avec son père à travers l’espace. La série fait désormais partie des archives introuvables de la télévision.


Le Magicien1986-1987
VO : The Wizard – 19 épisodes de 42 minutes
Diffusée sur CBS et en France sur TF1

Aaaah la fameuse case de La Une est à vous en 87 où on pouvait voter pour les séries que l’on voulait voir.. Ce serait quasi impossible de nos jours avec les contrats de diffusion… Classées par genre, les séries étaient proposées aux téléspectateurs durant toute une après-midi. Souvent les mêmes séries revenaient et niveau continuité, on était perdus.

Le Magicien n’a duré que 19 épisodes mais on se souvient de beaucoup de choses, peut-être est-ce dû à l’originalité du concept. Simon McKay est un inventeur nain. Il aide un agent du gouvernement dans certaines affaires. Sorte de MacGyver  croisé avec James Bond, Simon avait toujours un jouet sorti de son fameux sac pour le dépêtrer des situations.

Le générique était très entraînant et on retrouvait son âme d’enfant devant cette série familiale sans grande prétention finalement. Les scénarios n’étaient pas des plus originaux mais les jouets de Simon donnaient un capital sympathie énorme. On se souvient du petit bonhomme haltérophile qui écarte les barreaux d’une prison ou du sac qui se gonfle pour que Simon puisse voler. Ah… des séries comme on en fait plus.

Aucune sortie DVD mais ne paniquons pas, Manimal qui a duré moins longtemps et tout aussi culte, est sorti en DVD.


Cooper et nous1992-1997
VO : Hangin’ With Mr. Cooper 101 épisodes de 22 minutes
Créée par Jeff Franklin (La Fête à la maison) et diffusée sur ABC et sur France 2

Cooper et nousClone du Prince de Bel Air, Cooper et Nous a fait la joie de quelques fins d’après midi de France 2  dans la dernière année de Giga. Le concept était totalement celui du Prince de Bel-Air avec une jeune afro-américain au  milieu d’une cellule familiale. Le petit plus était que Cooper n’hésitait pas à aller dans les décors ou à s’adresser aux spectateurs. La sitcom était vraiment bonne, dans la lignée des sitcoms de la fin des années 90 où le genre a explosé. Le comic relief était très Cooper dependant et il ne fallait pas être allergique à ce genre de séries où le héros est omniprésent.

Je me souviens surtout du générique très rythmé mais aussi de quelques scènes comme la venue de Michelle de la Fête à la maison ou encore de Cooper qui monte l’escalier de la maison et se retrouve derrière le décor à se demander ce qu’il se passe. Bref, une sitcom consciente de sa propre existence, c’est toujours mieux que les sitcoms familiales très basiques de l’époque.

Je ne pense pas que la série ait été totalement diffusée en France, elle a quand même duré 5 saisons ! Diffusée entre La Fête à la maison et Notre Belle Famille, la série était hors cible comparée aux deux autres. L’audience est passée de 14 millions en saison 1 à 3 millions en saison 5 quand elle fut diffusée durant l’été.


John Doe2002-2003
21 épisodes de 40 minutes
Diffusée sur la FOX et sur M6 dans la Trilogie du Samedi

Série fauchée en pleine gloire ? Pas vraiment, la série peinait à récolter 6 millions de personnes mais elle avait une solide base de fans et était une curiosité télévisuelle.
John Doe se réveille sur une île, nu sans se rappeler de son passé. Il possède la réponse à toutes les questions que l’on lui pose comme des résultats de maths, des dates historiques…

La série développera ou voulait développer une mythologie sur le mystère John Doe. Hélas la saison fut unique et se termina par un cliffhanger. Qui était John Doe? On ne le saura jamais. Personnage qui ne voyait qu’en noir et blanc, ultra intelligent et sans passé, John Doe était un personnage intrigant et possédait une aura fascinante. Cela dit les créateurs ont avoué qu’il était un homme revenu d’une expérience de mort imminente avec le savoir absolu et qu’il était recherché par un groupuscule proche du Vatican… Ma foi, le concept vendait moins de rêve que le mystère.

Toutes les hypothèses se croisaient dans la série et cela donnait des épisodes bien fichus au suspens efficace. Alien? Expérience humaine ? Les spectateurs se posaient des questions mais pas assez apparemment. Diffusée avec succès sur M6, une campagne pour avoir un téléfilm était même lancée et M6 avait osé terminer la diffusion de la série par un petit spot où on nous disait qu’un téléfilm serait peut-être produit. Tentative ratée, on le sait, mais néanmoins la série vaut la peine d’être vue notamment pour quelques poignées d’épisodes mythologiques de haute volée. Le reste de la série oscille entre la série policière de base à la Sentinelle où un être extraordinaire apporte un peu de sang frais dans les enquêtes.

La série avait tout pour être le nouveau Caméléon avec un mystère à dévoiler, un acteur plutôt convaincant (Dominic Prison Break Purcell dans son meilleur rôle), des scénarii frôlant le fantastique et la SF mais la galerie de personnages secondaires était d’une pauvreté affligeante entre le flic mono-expression, le pote barman sans intérêt et la copine rigolote…

Aucune sortie DVD prévue…