Plus que deux épisodes et X-Files tirera le rideau… pour combien de temps ? On ne sait pas encore si une saison 12 verra le jour, mais vu la qualité de cet épisode encore, on serait optimiste pour la suite.

Côté mythologie, la série n’offre plus grand chose quand ce sont des épisodes labellisés mythologiques. Les loners qui pointent vers une certaine intrigue liée au fil rouge (que ce soient les expérimentations, William ou la conspiration) sont quasiment plus intéressants et mieux construits que ce que nous offre notre pauvre Chris Carter, ce créateur qui n’arrive plus à gérer son bébé.

Bref, nous voici avec Familiar, un épisode écrit et réalisé par deux nouveaux et ça fait du bien d’avoir une vision « nouvelle » et presque de « fan ». Familiar est un bon vieux loner comme la série a pu nous en offrir dans les premières saisons. Un cas simple, un élément paranormal simple et une enquête menée efficacement. Mais comme tous les épisodes classiques, il y a les qualités et les défauts apparents.

Diffusé le jour des 26 ans de la première enquête de Mulder et Scully, Familiar n’a pas pris en compte cette date. Juste pour l’anecdote, on préfère le préciser.

Familiar a peu de défauts si ce n’est peu-être une gestion du rythme un peu étrange avec des longs dialogues dispensables, une scène d’action encore molle et un montage perfectible. Niveau qualité, on a aimé voir des Mulder et Scully embarqués par l’affaire. Comme tous les bons loners, les personnages secondaires sont importants et les suivre vraiment dans leurs problèmes est une des règles qui fait la série ! Mulder et Scully ne doivent pas être au centre des attentions et mettre nos personnages dans une petite ville avec ses histoires et leurs conséquences est un modèle efficace.
À cela s’ajoute des meurtres d’enfants, des apparitions terrifiantes, une comptine entêtante (on se souviendra de ce Mr. Chuckleteeth), un Mark Snow qui compose une partition discrète mais efficace, un mystère qui reste ouvert, que demander de plus ?

Nous sommes vraiment devant un épisode qui respecte un cahier des charges appréciable. Alors oui, l’épisode ne marquera pas, mais il n’est pas non plus anecdotique. Dans une saison de 10 épisodes, il ne faut pas que chaque épisode soit marquant, utile. La courte durée de la saison avait tendance à souligner cette intention. Pour une série comme X-Files qui respecte encore son schéma de loners, ce n’est pas une faute artistique.

On respecte aussi les personnages avec un Mulder qui tire des théories paranormales et une Scully qui reste encore médusée devant cette possibilité, mais qui l’accepte. Mulder et Scully acceptent le pourquoi et ne cherche plus le comment. Cette évolution de leurs croyances est cohérente et respecte encore une fois le schéma qui doit confronter les deux personnages. Si les deux agents sont d’accord, on perd beaucoup de choses. On ne les voyait plus enquêter vraiment sur des loners depuis quand même la saison 7. En saison 8, les cartes étaient redistribuées et la hiérarchisation des croyances était différente. Ici, dans un schéma où Mulder et Scully sont aux X-Files et enquêtent, il fallait garder cette dynamique tout en s’adaptant au temps qui est passé.

Familiar est un épisode qui est aussi assez cruel entre les meurtres des enfants, et les deux scènes assez violentes en fin d’épisode. Lynchage, exécution, combustion, c’est presque inhabituel avec X-Files. Ce n’est pas nouveau mais rare. Et ce sont donc tous ces éléments qui font de Familiar un loner efficace. Si la recette semblait éculée, il n’en est rien. On aurait aimé un peu plus d’ancrage dans le background des X-Files comme le sous-sol de Mulder, Skinner… Mais Benjamin Van Allen, le scénariste, a pris cette décision volontaire de ne rien inclure de tout ça. Mulder mentionne l’existence de son fils. C’est peut-être un détail mais pour la série c’est assez important de mettre Mulder dans cette situation de père…
Et c’est donc encore une fois une satisfaction à deux épisodes de la fin et de cette conclusion qu’on redoute et qui sera au centre des critiques quand il faudra tirer le bilan.