Véritable phénomène parmi les fans d’animation japonaise, l’univers de Sword Art Online (S.A.O. pour les intimes) ne cesse de s’enrichir, non pas avec une nouvelle saison mais bien avec le premier film tant attendu de la licence : Sword Art Online Ordinal Scale prévu au printemps 2017 dans les salles obscures françaises.

En l’an 2026, deux ans après avoir été libérés de S.A.O. le premier jeu vidéo en réalité virtuelle totalement immersive, Kazuto, Asuna et leurs amis survivants profitent enfin de jours paisibles. Mais voilà qu’une nouvelle console fait son apparition : l’Augma. Celle-ci est basée sur la réalité augmentée et commence peu à peu à modifier le quotidien de ses utilisateurs via un système de classement offrant aux mieux placés tout un tas de cadeaux. Ordinal Scale est le premier soft à faire particulièrement fureur. Il permet aux joueurs de combattre des boss dans des environnements urbains afin de gagner des points pour monter plus rapidement dans le classement. Contrairement à Asuna, littéralement passionnée par ce nouveau jeu, Kazuto, de nature peu athlétique, ne semble pas motivé par la réalité augmentée. Mais voilà que d’anciens boss de S.A.O font leur apparition et que les phénomènes étranges se multiplient autour des survivants de S.A.O…

sword-art-online-ordinal-scale

Ordinale Scale, réalisé par Tomohiko Ito qui a déjà réalisé les saisons 1 et 2 de Sword Art online, renoue avec le frisson de la première saison Aincrad. Les combats sont nombreux et toujours aussi prenants alternant avec des moments plus émouvants, notamment autour de l’évolution de la relation entre Kazuto et Asuna. Si dans les différents arcs de la série animée l’intérêt et les différentes dérives liées à la réalité virtuelle étaient évoqués, Ordinal Scale s’interroge sur la pertinence de la réalité augmentée dans une société consumériste à l’excès et où les datas de chacun sont, somme toute, relativement facile d’accès. La question de l’intelligence artificielle est, pour sa part, traitée plus superficiellement et agit davantage comme un ressort scénaristique. Il est à souligner que le film apporte quelques avancées significatives dans la trame générale de l’univers de Sword Art Online.

Soulignons que, comme dans l’arc Mother’s Rosario, c’est assurément Asuna qui se révèle la plus charismatique. Kazuto n’intervient réellement que tardivement. Quant aux autres personnages, ils ne tiennent que des rôles très secondaires. Du côté des musiques, on retrouve Kajiura Yuki qui s’était déjà occupé des précédentes saisons de la série. Les différentes chansons de Yuki et le thème principal du film sont interprétés par LiSA, comme c’est déjà le cas pour la série.

sword-art-online-ordinal-scale

Point positif, le film est accessible aux spectateurs n’ayant jamais approché S.A.O. grâce à quelques rappels. Cependant, ce film prenant place peu après les deux premières saisons de la série, les nouveaux arrivés dans cette épopée risquent de passer à côté de nombreux points du scénario ainsi que l’intensité du lien qui unit Kazuto et Asuna…

Le point négatif, qui n’en est pas vraiment un, concerne l’animation en elle-même signée A-1 Pictures. Si certains passages se révèlent absolument parfaits et d’une fluidité sans faille, la qualité générale est à peine au dessus de celle de l’anime (qui se place dans la partie haute des productions de ce genre) mais loin derrière celle de films comme Your Name de Makoto Sinkai. Les scènes de combats sont ainsi particulièrement soignées jusqu’à un final en apothéose.

Une scène attend les fans à la fin du générique et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle les laisse rêveurs. Pour ma part, j’ai été totalement happée par l’histoire de Yuki, qui m’a même tiré une petite larme émue dans les dernières secondes. J’ai également apprécié de retrouver l’élan des débuts de la licence qui, pour ma part, s’était endormie quelque peu ces derniers temps et ne faisait plus vraiment avancer la trame principale. Me voilà à attendre la suite avec impatience !

Malgré ces quelques remarques, l’on passe un agréable moment et l’on ne s’ennuie pas une seconde pendant les 119 minutes de visionnage. Pour peu que des fans se trouvent dans la salle, la projection peut se révéler, elle aussi, épique !

Sortie de Sword Art Online Ordinal Scale le 17 mai 2017

Sandra Bernard