Crossing Lines saison 3, ça commence lundi 7 mars à 20h45 sur 13ème Rue !

Après les événements dramatiques de la fin de la saison avec la mort du personnage interprété par Marc Lavoine et le départ de William Fitchner, la série a connu un mini-reboot avec l’arrivée de Goran Visjnic et Elizabeth Mitchell en tant que têtes d’affiche dans les rôles de Marco Corazza et Carine Strand, et de Frank Spotnitz en tant que showrunner. Plus rythmée, mieux écrite (du moins sur les trois épisodes que nous avons vus), cette saison 3 se recentre autour de l’équipe menée par Donald Sutherland (Michaeal Darn), l’un des rares acteurs à être revenu pour cette nouvelle saison. La nouvelle saison reprend six mois après la précédente quand Darn devra réactiver une cellule européenne pour lutter contre le crime organisé. On y croise également Tom Wlashiha vu dans Game of Thrones.

Nous avons eu l’occasion de rencontrer Goran Visjnic (Luka dans Urgences) et Elizabeth Mitchell (Juliet dans Lost) et ils nous parlent de cette saison 3 de manière très décontractée et comique.

crossing lines

 

Goran : Elizabeth va parler et je vais écouter. C’est comme ça qu’on va fonctionner. (S’adressant aux attachées de presse). Pourquoi est-ce que c’est la seule interview qu’on fait à 2 ?

Elizabeth : C’est vrai ? On est un super duo, c’est dommage pour les autres ! (Rires) Oh, regarde, on a croisé nos jambes de la même façon.

Goran : Oui mais bon mes jambes sont bien plus sexy que les tiennes !

Elizabeth : Vous ne vous rendez pas compte à quel point cela a été difficile de travailler avec quelqu’un de plus joli que moi !

Goran : Ne dis pas ça, ne te fais pas ça ! Un peu de respect pour toi, Elizabeth.

Elizabeth : Mais arrête, tu es tellement beau que tu es une source de distraction. Tout le temps ! Il me fait rire tout le temps.

SMALLTHINGS : Vous êtes donc le comique du duo ?

Goran : Je ne suis pas drôle, c’est elle ! Je vous le jure !

Elizabeth : (rires) Vous voyez, il n’arrête pas. C’était un bonheur sur le tournage. Je rigolais tout le temps. Ne vous fiez pas à ces blagues, c’est un gentleman et on a passé de très bons moments.

SMALLTHINGS : Je vois que l’ambiance a dû être bonne sur le tournage.

Goran : On se déteste mais on essaie de ne pas trop le montrer.

Elizabeth : On vous fait un spectacle. On se déteste, il a raison. (rires) Nous devons dire la vérité. (rires). Non, c’était un régal ce tournage. On a la même façon de travailler, on est pareils en ce qui concerne le boulot.

Goran : Je confirme. On a déjà bossé ensemble… j’allais dire il y a très longtemps, (rires des deux) on va dire il y a peu, c’est mieux. C’était une belle expérience et quand j’ai su qu’Elizabeth serait sur Crossing Lines, elle a été castée un peu avant, je me suis dit : « yeah ! »

Elizabeth : Tu savais que dans mon contrat, il y avait une clause qui disait que je pouvais partir si je n’aimais pas la personne qui jouerait Marco. (rires).

Goran : Ah bon ? Mais pourquoi tu ne l’as pas fait ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

Elizabeth : (rires). Arrête, j’étais toute excitée de te retrouver après Urgences !

Goran : A l’époque, tous les hommes du casting espéraient avoir des scènes avec Elizabeth et quand nous avons découvert l’intrigue dans laquelle elle était, nous étions déçus de ne pas jouer avec elle. (rires) C’est la vie !

Elizabeth : (rires) J’ai adoré mon temps sur Urgences en tant que Kimberly. Je dois vous avouer que, sur le plateau, Goran était le plus mignon et aussi le plus gentil. (rires). C’était une belle première rencontre.

Goran : Bien d’accord.

crossing lines

©13emeRue

SMALLTHINGS : Parlons un peu de Crossing Lines, était-ce difficile d’être les petits nouveaux de cette saison 3 ?

Elizabeth : J’ai répondu à cette question toute la journée et je n’ai pas entendu la réponse de Goran. Donc je vais le laisser commencer et voir ce qu’il va dire. Juste pour savoir si nous avons le même avis.

Goran : Il y avait plus de nouveaux cette saison que d’anciens. Donc honnêtement, c’était plutôt facile.

Elizabeth : C’est ce que je disais aussi.

Goran : Le seul ancien, celui qui porte la série, c’est Donald [Sutherland] et il a été un hôte incroyable. Il nous a mis à l’aise de suite.

Elizabeth : Oui, très à l’aise même.

Goran : Il y avait moins de pression à débarquer à plusieurs nouveaux. J’avais un petit avantage sur les autres car je te connaissais Elizabeth et je connaissais Tom [Wlashiha déjà présent sur les saisons précédentes de Crossing Lines] avec qui j’avais tourné The Deep pour la BBC donc c’était plus facile de s’insérer dans le groupe. Puis, faut l’avouer, j’avais déjà l’impression de connaître Donald.

Elizabeth : Moi aussi ! C’est bizarre ! (rires)

Goran : Il est venu se présenter dans un bar quand j’ai débarqué pour tourner. Il est arrivé par derrière et il a fait une blague au serveur qui ne savait plus où se mettre. Il m’a invité pour boire un verre et voilà on sommes devenus amis.

Elizabeth : Pareil que Goran. C’était un peu un nouveau show qui recommençait et l’histoire était plus centrée sur Donald donc c’était plus facile pour nous !

SMALLTHINGS : Est-ce que vous connaissiez la série avant de savoir que vous alliez y jouer ?

Elizabeth : je dois avouer que non et j’ai rattrapé les deux premières saisons juste après mon casting.

Goran : Je ne connaissais pas non plus.

SMALLTHINGS : Est-ce que venir tourner en Europe était un attrait pour vous ?

Elizabeth : J’ai tourné pour la BBC mais je dois avouer que oui, venir en Europe est toujours quelque chose d’excitant. Cela change des Etats-Unis sur beaucoup de points. J’aime ce changement. La dernière fois où je me suis senti dépaysé, c’était pour Lost que nous avons tourné à Hawaï. C’est toujours fun de changer d’environnement. Puis ça aide aussi mon personnage, Carine débarque aussi et on avait ça en commun, d’être dans un univers différent.

SMALLTHINGS : Que pouvez-nous nous dire à propos de Carine Strand ?

Elizabeth : Elle mène sa vie de façon à être une « good guy » et j’aime ça. (Rires) J’essaie de faire pareil donc on avait un gros point commun !

SMALLTHINGS : Et vous Goran, que pouvez-vous nous dire sur votre personnage Marco ?

Elizabeth : C’est un solitaire avec une mission ! (avec une voix grave imitant Goran)

Goran : C’est ça. Dans la première scène, on le voit se disputer avec sa femme. Donc ça veut dire beaucoup. (Rires). Blague à part, l’événement le plus traumatisant de sa vie, c’est l’enlèvement de sa sœur quand il avait 12 ans. Il se sent responsable et ça a façonné sa vie. Il est devenu policier pour cette raison. Il est devenu spécialiste des enlèvements et c’est pourquoi il rejoint La Haye et l’équipe qui est face à un kidnapping. Son intégration va être compliquée. Son comportement va être remis en question par les membres de l’unité. Est-ce que c’est normal ? Pourquoi est-il comme ça ? Marco va se livrer peu à peu.

©13emeRue

©13emeRue

SMALLTHINGS : Que pouvez-vous nous dire sur cette saison 3 de Crossing Lines ?

Goran : Excepté les deux premiers épisodes, les épisodes sont des histoires bouclées où on aura des indices sur l’enlèvement de la sœur de Marco. C’est léger, mais ici ou là, on glane des informations. Dans les thèmes abordés, je suis content que la série parle du trafic humain. C’est un problème réel, c’est malheureusement encore d’actualité.

Elizabeth : Je suis d’accord. Je trouve que c’était important de parler de ce sujet-là.

Goran : Des jeunes femmes principalement disparaissent dans la nature et c’est traumatisant. Alors après je dois dire que l’histoire de Marco et de sa sœur a dû surement déteindre un peu sur moi. Mais je suis content que Crossing Lines aborde ce sujet avec passion et intelligence.

Elizabeth : Moi aussi. Ça n’arrive pas loin de chez nous, ça arrive là, maintenant chez nous ! Ou que vous soyez, le trafic humain existe, il faut en prendre conscience pour lutter contre ça.

Goran : D’autant plus en Europe, via les Balkans par exemple. Les branches de ce trafic sont reliées en Asie, en Europe, en Russie, c’est partout. Il faut faire quelque chose.

SMALLTHINGS : Avez-vous tourné au Tribunal de La Haye ?

Elizabeth : Malheureusement non, mais j’aurai beaucoup aimé.

Goran : Non, malheureusement. Personnellement, j’y suis déjà allé, j’ai trouvé le bâtiment imposant mais je dois avouer que je préfère notre plateau. Croyez-moi.

SMALLTHINGS : Savez-vous si une saison 4 est à l’ordre du jour ?

Goran : Pas encore. Pour l’instant, nous attendons. La décision créative n’a pas été prise, la diffusion n’a pas encore commencée donc nous attendons. « Est-ce que je peux passer à autre chose ? Non faut que j’attende encore. Ok, pas de souci. »

SMALLTHINGS : Quels sont vos projets hors Crossing Lines ?

Elizabeth : J’ai tourné dans The Purge 3 [American Nightmare : Elections] qui sortira bientôt. Et après, je vais essayer de devenir Présidente, ce qui est la meilleure idée que j’ai eue. (Rires)

Goran : Rien dont je ne puisse parler pour l’instant. Je suis mystérieux, hein ?

Elizabeth : Mais oui, tu es bien mystérieux !

Goran : (toussote un « bullshit » ; rires)

SMALLTHINGS : Goran, Elizabeth, je me dois de vous poser une question sur Urgences et Lost.

Goran et Elizabeth : Avec plaisir !

urgences

SMALLTHINGS : Goran, est ce que Luka vous manque ?

Goran : Hum… Oh, mon Dieu, vous me prenez de court. Attendez, je vais réfléchir deux secondes… Je ne veux pas répondre trop vite… Des fois, je dois dire que oui car il est difficile de trouver une série comme Urgences de nos jours et surtout un tel personnage surtout car les scénaristes l’ont taillé sur mesure pour moi. C’est l’opportunité d’une vie, on ne va pas se mentir. Puis cette période sur Urgences est l’une des meilleures de ma vie. Nous sommes toujours amis, scénaristes et acteurs, nous nous voyons toujours. Il y a peu j’étais avec Maura [Thierney aka Abby]. J’y repense souvent et Luka et Urgences ont une place particulière dans mon cœur.

juliet w gun

SMALLTHINGS : Elizabeth, quel est votre meilleur souvenir de Lost ?

Goran : Hawaï. (rires)

Elizabeth : Tu n’imagines pas à quel point ! (rires) J’ai plein de bons souvenirs. C’était un travail extraordinaire. Les acteurs, l’écriture, le lieu, c’était magique. J’aimais toutes les personnes avec qui je bossais, j’étais satisfaite créativement parlant mais l’un de mes meilleurs souvenirs, c’était autour d’une table, avec tout le cast. Il faisait nuit, nous étions sur la plage, à côté d’un feu, on jouait aux cartes en attendant de tourner. Je me souviens de m’être dit : « c’est un moment très spécial dont je me souviendrai toute ma vie » ! Je les aime tous. Un autre moment aussi ! J’ai eu l’occasion de chanter avec Terry O’Quinn. On a chanté A case of you de Joni Mitchell. Il me l’a joué dans la montagne entre deux scènes, on était dans une forêt magnifique où la lumière filtrait à peine. On a fait des harmonies tous les deux et vous ne pouvez pas imaginer ce que j’ai ressenti. C’était magnifique. J’aime beaucoup Terry ! Il m’a appris à faire du lancer de couteau aussi ! (rires) Un jour, il était là et il m’a dit : « Elizabeth, viens par ici, je vais t’apprendre à lancer des couteaux ! » (avec une voix rauque) et j’ai dit okay. Il l’a fait et j’ai eu la chance du débutant. Sur mes trois lancers, j’ai touché la cible à chaque fois ! Il n’a rien dit à part okay et il est parti un peu frustré ! (rires) Je vous avoue que ça ne m’est plus jamais arrivé ! (rires)

SMALLTHINGS : Un grand merci à vous !

(P.S. : Les propos ont été recueillis par Les Plumes Asthmatiques qui a encore eu la gentillesse de nous représenter ! Il a énormément apprécié l’interview, et particulièrement un câlin de miss Mitchell herself !)