Dragon Ball et Dragon Ball Z, séries phare des années 80 et 90, sont issues de l’œuvre d’un mangaka timide, Akira Toriyama, jusque-là auteur du génial Dr Slump. Il ne se doutait pas qu’en racontant les aventures du petit Son Goku, petit garçon à la queue de singe et à la force herculéenne, parcourant le monde à la recherche des 7 Dragon Balls, il venait de créer l’une des sagas les plus populaires, les plus formidables, les plus mythiques de tous les temps. Le Japon bénéficie de la série depuis le 5 juillet. La diffusion des épisodes ne viendra en France qu’en 2016, mais en attendant, ils sont disponibles en simulcast, très populaire sur internet.

Ce n’est pas pour rien qu’au Japon, la célèbre saga est répertoriée comme le troisième plus grand manga jamais créé. Mais à notre époque où les reboots et suites en tous genres abondent, est-ce que Dragon Ball Super, suite directe à Dragon Ball Z, saura se montrer à la hauteur de nos exigeantes attentes de fans ? Petit décryptage des deux premiers épisodes de la série.

2015 sera l’année des suites apportées aux plus grosses licences du monde. Avec la venue de Dragon Ball Super, il est difficile de ne pas faire un rapprochement avec Star Wars, dont l’épisode VII est attendu pour décembre de cette même année. Ce parallèle est dû au fait que Dragon Ball a souvent été considéré, à raison, comme le Star Wars des mangas ! Cela a été confirmé par Akira Toriyama lui-même, qui a adoré la Guerre des Étoiles. Guerre des Étoiles qui a été lui-même inspiré des films de samouraï japonais. La boucle est donc bouclée ! Pour ceux qui ne seraient pas au courant, Dragon Ball Super est une série qui se base sur les éléments des deux films : Dragon Ball Z : Battle of Gods et Dragon Ball Z : La Résurrection de F.

dragon-ball-super-s-1Dragon Ball Super S – épisode 1 : à qui revient le Prix de 100 millions de Zénis !

Le premier épisode est avant tout axé sur la présentation. L’histoire se déroule six mois après la fin de Dragon Ball Z, et la défaite de Buu. Dragon Ball Super ne prend donc pas en compte Dragon Ball GT, qui se proposait d’être une suite alternative à Dragon Ball Z, de sinistre mémoire. Nous retrouvons Son Goku, paisiblement en train d’œuvrer à des travaux agricoles, et accessoirement, à s’entraîner. Il s’amuse avec son plus jeune fils, Goten, ce qui n’est pas sans rappeler le premier épisode de Dragon Ball Z, où il devait faire face aux mésaventures de son fils aîné, Gohan. Les fans de la première heure comprendront très vite le clin d’œil. Pendant ce temps-là, Gohan, qui est devenu un étudiant, prépare son mariage avec Videl. Mais un autre danger émerge dans l’univers : Lord Bill, dieu égyptien de la destruction, semble ronger son frein, et on sait très bien que c’est dangereux quand un antagoniste commence à s’ennuyer ! En apprenons-nous plus par la suite ?

Dragon Ball Super – épisode 2 : les vacances de Monsieur Végéta 

(ATTENTION SPOILERS !)

dragon-ball-super-sAutant le premier épisode était plutôt lent avec quelques clins d’œil à Dragon Ball, autant le second épisode devient tout de suite plus intéressant, avec une facette du Prince Végéta que nous n’avions jamais vue jusqu’alors. Ce dernier accepte d’accompagner Bulma, sa femme, et son fils Trunks en sortie, au parc d’attraction. Bien que ronchon, il subit cela sans sourciller, même si l’on sent bien qu’il va exploser à chaque minute. Mais pour ceux qui ont suivi la saga de l’Arc Buu à la fin de Dragon Ball Z, on sait que Végéta a bien changé, et qu’il a même décidé de davantage se consacrer à sa famille. Ce qui est vraiment une bonne surprise, du point de vue de la psychologie des personnages. Quant à Lord Bill, on voit tout de suite qu’il se montre plus belliqueux, et qu’une confrontation avec un « Super Saiyan God » n’est pas à exclure ! Végéta tient à en découdre, car bien que le premier épisode soit consacré à Son Goku, c’est évidemment que Végéta arrive en deuxième, lui, l’éternel second qui n’arrive pas à surpasser Goku ! En espérant que la série lui rende un peu justice !

Si le premier épisode était très plan-plan à mon goût, avec un humour un peu lourd, le deuxième épisode est d’emblée beaucoup plus intéressant. On espère voir apparaître tous les autres personnages-clé de la série, comme Piccolo, Krillin, ou encore sa femme C-18. Mais pour cela, il faudra attendre dans les semaines à venir ! Je tiendrai à consacrer quelques reviews des épisodes clés à rebours de la série, plutôt que de résumer un à un tous les épisodes. Cela serait inutile car de nombreux épisodes de remplissage, les « fillers », existent dans tous les animés japonais, et ce ne serait pas très intéressant d’en parler. Mais les épisodes qui marquent un tournant dans la série seront bien sûr analysés. En tout cas, ce début de série donne envie d’en savoir plus sur la suite, en espérant que ça ne soit pas aussi décevant que Dragon Ball Z : Battle of Gods qui a fait rager bien plus d’un fan de la première heure. Car il n’empêche que Dragon Ball, et surtout Dragon Ball Z, sont des séries tellement MYTHIQUES qu’elles en demeurent incontournables, surtout connues grâce à l’irremplaçable Club Dorothée… Un dossier leur sera également consacré ! En attendant, adeptes du « Kamehameha » et du « Big Bang Attack », restez branchés pour de nouvelles reviews à venir dans les jours qui suivent !

dragon-ball-super-s-2