Noah Wyle, encore occupé par Falling Skies, a repris son rôle du Librarian après trois téléfilms produits entre 2004 et 2008)

Flynn Carsen est un bibliothécaire, non, LE Bibliothécaire. Il est chargé de récupérer les objets magiques du monde entier pour les protéger. Il engage Eve Baird (Rebecca Romjin), agent spécialiste dans l’antiterrorisme, Cassandra Cillian (Lindy Booth, vue dans Sydney Fox et Kick-Ass 2), une génie des maths, Jacob Stone (Christian Kane), un historien de l’art au QI élevé et Ezekiel Jones (John Kim), voleur adepte des technologies.

Après trois téléfilms à succès, Dean Devlin (l’ancien nouveau pote de Roland Emmerich) décide de produire une série pour TNT. The Librarian devient The Librarians et Noah Wyle redébarque en leader prêt à passer le relais. Noah Wyle est encore occupé un an sur Falling Skies, ce qui explique que la série se basera sur l’équipe restante. Et c’est bien dommage tant Wyle est excellent dans ce premier épisode. Il en fait des tonnes, donne le rythme et possède le charisme nécessaire pour porter la série. Tout le contraire du reste de l’équipe entre la monolithique Romjin, le transparent Kim et le second couteau Kane. Lindy Booth s’en tire bien en génie et sera l’atout de la série quand Romjin n’arrive pas à offrir une classe à son personnage. Les « restes » des téléfilms à savoir les très sympathiques Jane Curtin et Bob Newhart sont une plus-value pas désagréable pour ceux qui les ont aimé dans Troisième Planète après le Soleil ou Big Bang Theory (évidemment Newhart a fait bieeeen d’autre chose).

librarians

©TNT

Venons-en au coeur de la série qui ne propose rien d’autre qu’un pot-pourri entre Sydney Fox, Warehouse 13, Veritas (mais si, la série de 13 épisodes avec Cobie Smulders), Doctor Who. On sent une pate britannique dans le traitement avec une légèreté de ton rappelant Primeval aussi et des effets spéciaux assez moyens par moments. Le concept est pourtant bien retranscrit avec und écor de Bibliothéque vraiment intéressant et des idées originales. Une série que n’aurait pas renié M6 il y a dix ans. Dix ans, c’est peut-être le retard qu’a la série dans le genre. Malgré un second degré appréciable et un Noah Wyle formidable, la série peine à convaincre. La série est légère et le restera. Le capital sympathie du cast venu d’horizons divers, les aventures rythmées et le potentiel d’intrigues feront le reste.