La Crique de Caliban, deuxième tome de la saga Resident Evil de S.D. Perry, est sorti le 19 septembre aux éditions Milady. On avait laissé les lecteurs avec une équipe des S.T.A.R.S choquée et un manoir incendié. Quelques jours plus tard, l’équipe est relevée de l’enquête et on les accuse d’avoir consommé de la drogue tant les faits qu’ils racontent sont aberrants.

crique-caliban-resident-evilDans La Crique de Caliban, on retrouve le peu d’agents qui reste des S.T.A.R.S en proie à une pure incompréhension. Ils ont voulu révéler les agissements d’Umbrella et prévenir les habitants qu’un virus avait été créé et avait transformé des êtres humains en cannibales en état de putréfaction, mais personne ne les croit et l’affaire est étouffée grâce au pouvoir qu’exerce Umbrella sur les politiques et surtout au sein même des S.T.A.R.S.

Après avoir compris que leur unité avait été soit manipulée, soit corrompue par la société, l’ancienne équipe ne sait plus quoi faire. Un jour, alors qu’ils se réunissent et que Barry leur présente un ancien collègue, David, qui croit à leur version, ils sont attaqués pour une équipe faisant partie des S.T.A.R.S. David leur révèle qu’il a appris qu’un autre labo pourrait avoir été créé et qu’il a monté une équipe pour aller récolter des preuves. Il leur annonce qu’il ne prendra qu’une personne de l’ancienne équipe avec lui : Rebecca, la biochimiste de 18 ans, ancienne membre de l’équipe Beta.

C’est donc avec une toute nouvelle équipe et avec la superbe Rebecca que le lecteur s’embarque dans La Crique de Caliban. Même si le groupe a prévu une sortie de secours en cas de problème, on se doute rapidement que cela ne va pas tourner comme il l’aurait voulu et on spécule sur les prochains membres tués ou infectés.
La Crique de Caliban est vraiment meilleur que le précédent tome de Resident Evil. On s’attend à revoir des zombies mais ce n’est pas tout à fait le cas. Les professeurs à l’origine du virus ont créé différentes sortes de mort-vivants avec des ‘’utilisations’’ complètement différentes. On va d’ailleurs en apprendre un peu plus sur l’un d’entre eux, qui a viré fou au point de vouloir contaminer le monde entier.

S. D. Perry

S. D. Perry

La Crique de Caliban est un peu plus centrée sur une personne en particulier : Rebecca. C’est parce qu’elle a un rôle majeur dans ce tome, étant la seule à pouvoir comprendre le virus et ses premiers symptômes. Les autres membres de l’équipe sont tout de même bien représentés et on s’attache rapidement à chacun d’entre eux.

La Crique de Caliban est un deuxième tome captivant avec une intrigue un peu mieux construite. On attend le troisième volet, La Cité des Morts, qui devrait sortir courant décembre 2014 avec impatience, car la fin n’en est pas vraiment une…

« Chris se leva et commença à marcher de long en large, son visage juvénile crispé par la colère.

– Alors, si je comprends bien, nous n’avons plus de crédibilité ici, plus de renforts à espérer, et nos propres collègues nous ont traités de menteurs. L’enquête Umbrella est morte et on s’est fait avoir, c’est ça ? […]

David se leva en regardant Chris, mais ses paroles s’adressaient à tout le groupe. Il n’avait pas même eu le temps de prévenir Barry.

– En fait, il y a autre chose. Il semble qu’Umbrella ait installé un nouveau laboratoire sur la côte du Maine et poursuive ses expériences sur le virus – et, comme ici, ils ont perdu le contrôle.

David se tourna vers Rebecca, remarqua son regard horrifié tandis qu’il achevait de parler.

– J’emmène une équipe là-bas, sans l’autorisation des S.T.A.R.S. – et je veux que vous veniez avec nous. »