Et si l’être humain finissait par disparaître… faute de descendance ? La chaîne Lifetime a décidé d’exploiter un bon filon pour lancer une de ses séries estivales : l’extinction de l’humanité. On se souvient encore de l’excellent film « Les Fils de l’Homme », avec Clive Owen, qui utilisait déjà ce fil rouge pour nous tenir en haleine. Ça tombe bien, Timothy J. Sexton, l’un des scénaristes du film, est le créateur du show : la magie opèrera-t-elle encore, même divisée en épisodes de 40 minutes ?

Dans un futur proche, les femmes ne peuvent plus enfanter. Par miracle, l’Humanité a une chance de survivre. Ou plutôt 100. Cent ovules ont en effet été enfin fécondés. Une loterie est alors organisée pour déterminer quelles femmes porteront ces embryons et futurs bébés…

© Lifetime

© Lifetime

Si le synopsis ne laisse aucune place au mystère, c’est tout simplement parce que le pilote vient tout de suite poser les bases du show. On débarque en 2025, dans un monde où, surprise, les enfants sont devenus le bien le plus précieux. En 2019, seulement 6 enfants sont nés, les 6 derniers nouveaux-nés… Alors forcément, les gens sont prêts à tout pour concevoir, comme certaines femmes, qui vont jusqu’à traquer les hommes les plus fertiles pour espérer tomber enceinte. En parallèle, les scientifiques se livrent à une course contre la montre pour tenter de relancer la croissance de la population grâce à l’insémination artificielle. Tout espoir semble perdu, jusqu’à ce qu’Alison Scott (jouée par Marley Shelton) et son équipe réussissent à créer 100 embryons viables, prêts à être implantés dans des mères porteuses.

À partir de là, on imagine que le show s’intéressera seulement à la fameuse loterie, qui s’annonce assez sanglante puisque les embryons sont devenus le bien le plus précieux sur Terre. Mais cela ne suffirait pas à faire un show, d’où l’idée de Timothy J. Sexton de pimenter tout cela : une scientifique se met en tête de retrouver les donneurs d’ovules et de sperme, pour réaliser très vite que cela les met en danger, et on découvre le combat d’un père célibataire pour protéger son enfant qui fait partie « des Six ». De quoi nous tenir en haleine ?

Et bien… pas encore. Le pilote a beau gentiment nous présenter les différentes ramifications de l’histoire, on a du mal à s’y intéresser. Ce n’est pourtant pas faute d’essayer de rythmer tout ça avec un ou deux flashforwards, mais on ne réussit à penser qu’à une chose : l’organisation de la loterie. Et pourquoi ne pas nous parler plus des terribles conséquences de cette infertilité ?

© Lifetime

© Lifetime

Espérons donc que « The Lottery’ finira par satisfaire rapidement notre curiosité et qu’elle saura nous montrer l’intérêt des deux personnages principaux (on ne doute pas que la scientifique et le père célibataire finiront par se rencontrer).