Oui, « The Hit Girls », c’est vraiment trop mignon.

Le film parfait à aller voir ces temps-ci… Je veux dire, si vous avez l’impression d’être passé directement de l’hiver à l’automne, sans avoir droit ni au printemps ni à l’été. Si vous êtes au bout du rouleau avec ce temps de m***, les « Hit Girls » vous donneront envie de chanter et de danser, et 2 heures de bonne humeur, même sur un fauteuil de cinéma, c’est toujours bon à prendre.

Le pitch est on ne peut plus simple. L’histoire se passe à l’université, où Rebecca vient d’être admise. La jeune fille a deux faiblesses : ses parents ont divorcé, et l’ont laissée avec une angoisse permanente du rejet. Elle se réfugie donc dans sa passion pour le mixage et espère rapidement quitter l’université afin de commencer une carrière de DJ à Los Angeles. Très solitaire, elle reste insensible aux éventuelles avances des garçons, et préfère passer du temps seule plutôt qu’entre amies.

Alors qu’elle se promène au Forum des Associations du campus, elle rencontre Aubrey et Chloe, deux fringantes jeunes filles un peu coincées à la recherche de chanteuses pour leur groupe de musique a-capella les « Barden’s Bellas ». Chaque année, elles participent au concours régional. Mais l’année dernière, elle ont essuyé un violent échec face aux redoutables « Treblemakers » (leurs équivalents en mecs).

Il n’est évidemment pas question pour Beca de rejoindre ce groupe de filles assez étranges. Mais Chloe va pressentir le talent de l’apprentie DJ, et insister pour qu’elle s’inscrive. Va suivre la fameuse scène d’audition dans les douches des filles, dont on ne sait pas si elle est marrante ou ridicule. Beca chante « Titanium » à Chloe. Moment de révélation pour les deux jeunes filles : la première réalise qu’elle adore chanter, et la deuxième ne conçoit pas cette année sans Rebecca dans son groupe. Peu à peu, au fil des répétitions, on sent que Becca prend son pied, réellement douée pour la musique. Sa vision des choses et son charme naturel permettront au groupe d’aller sur d’autres registres, de se moderniser, et peu à peu mettre en danger la victoire très attendue des Treblemakers au concours.

Glee en long-métrage ?

J’ai envie de dire que oui. La comparaison est immédiate, même à la vue de la bande-annonce. Un groupe de jeunes filles en marge, bosseuses passionnées, qui finissent par devenir super copines, et trouvent ensemble la force de participer à un concours, malgré le talent de leurs adversaires. Le groupe des Barden’s Bellas se compose d’une fille addict au sexe, d’une lesbienne, d’une ronde, d’une traumatisée par ses parents, et autres personnages que l’on peut trouver dans « Glee ». L’idée du groupe uni qui triomphe devant l’adversité et qui est plus fort ensemble que séparément, la valorisation de la tolérance et du travail qui paye, nous rappellent également la série tv.

Mais ces éléments sont aussi bien présents dans beaucoup d’autres films du même genre. Un classique qui après tout fonctionne toujours, même sur un public habitué et averti. Je le répète, c’est loin d’être le film de l’année : par contre on prend du plaisir à le regarder jusqu’au bout. Musicalement, les chansons ne sont pas toujours très bien choisies (beaucoup de redites, les Barden’s Bellas font au début toujours le même numéro, et mettent trop longtemps à changer de style, mais ma foi le scénario est bâti ainsi), par contre les effets de voix sont niquels et très appréciables.

Anna Kendricks, que l’on voit beaucoup en ce moment, est Rebecca. Mignonne petite brune sympathique, plutôt différente des héroïnes habituelles de ce type de comédie. On la connaît maintenant sur plusieurs registres, et elle ne se débrouille pas mal.

En bref, si vous en avez marre de vous prendre la tête, si vous êtes de mauvaise humeur, si vous aimez la musique, si vous avez envie de régresser un peu, je ne saurais que vous conseiller d’aller voir « The Hit Girls ».

the hit girls