FACEBOOK WATCH propose depuis peu une série avec Elizabeth Olsen (Scarlett Witch dans Avengers) sur le deuil.

Accessible en application ou directement sur Facebook, Watch propose plusieurs séries et Sorry For Your Loss fait office de nouvelle série prometteuse.

Leigh (Olsen) a perdu son mari il y a 3 mois mais la souffrance est toujours là. Malgré les séances de thérapie de groupe et le soutien de sa soeur (Kelly Marie Tran, Rose dans Star Wars) et de sa mère, elle ne parvient pas à remonter la pente.

La saison 1 se termine après 10 épisodes sur Facebook Watch. La lente volonté de faire le deuil pour Leigh sera l’occasion d ‘explorer les failles de l’être humain à travers ses doutes et surtout, les doutes des autres, de son entourage et de comment la perte de quelqu’un de proche peut bousculer les habitudes de chacun.

Il reste des petites choses qu’on aimerait voir plus souvent comme cette scène de plage au début de saison qui montre la cohésion de la famille et donc sortir de l’égo-centrisme scénaristique Leigh.

Les critiques détaillées en dessous sont SPOILERS sur chaque épisode.

Episodes 9 et 10
L’épisode 9 commence avec une grosse scène de doute pour Leigh qui est troublée par la petite tension entre Danny et elle pendant le mariage. Quand elle reçoit un appel d’un hôtel qui parle d’une réservation dont elle n’a plus le souvenir, elle décide d’honorer la commande et de (s’)oublier pendant une journée. Téléphone coupé, elle prend la chambre romantique, se fait passer pour quelqu’un d’autre et tombe dans les bras d’un homme! Etrange de voir ce type d’épisode maintenant, surtout qu’on était encore dans la tête de Leigh avec son chagrin, sa volonté de ne pas lâcher prise tout de suite. Etrange aussi de voir cet épisode en avant-dernier, il aurait fait une belle transition avec la saison 2.

Après un épisode 100% sur Leigh, on revient sur Jules et leur mère. On parle enfin de l’adoption de Jules mais dans une intrigue secondaire et on se remet en selle avec le comics de Matt qui se voit presque publié. Les personnages semblent tous dans un mood positif et la scène de la médium vient trancher avec toute l’ambiance générale.. Anachronique dans le fil des émotions que la série nous a dépeint, cette scène change la donne un instant. Semi-déclencheur d’un changement pour Leigh, la scène ouvre trop facilement la perspective d’une fin de deuil. L’ultime scène propose une piste pour la saison 2, une piste qu’on savait déjà importante.

Episodes 7 et 8
Alors que Leigh cherche à savoir les causes de la dépression de Matt, elle se tourne vers Danny. Mais celui-ci lui ordonne de ne pas chercher plus loin en allant voir leur mère. Leigh y va de même et nous voici embarqués dans un épisode encore intimiste entre la mère de Matt et Leigh. L’épisode est encore morose mais une nouvelle fois, on se glisse entre les personnages, regarde d’un oeil pudique ces échanges. Pas de grandes scènes clé, de révélations, de tambours, de trompettes, c’est encore d’un naturel déconcertant comme l’épisode 8 qui, même s’il se passe pendant un mariage, montre encore l’étendu des situations que l’on rencontre avec le deuil. Leigh doit reconstituer tout son tissu social, mettre à jour les informations de chacun, bref commencer une nouvelle vie et on est encore vraiment dans l’affect.

Ce qu’on pouvait redouter ou attendre arrive peu à peu avec un rapprochement Danny / Leigh qui n’est pas une mauvaise idée si la série peut capitaliser plusieurs épisodes là-dessus.

Episodes 5 et 6
L’épisode 4 s’était terminé sur le déverrouillage du téléphone de Matt par Leigh. L’épisode 5 reprend la seconde d’après et tout l’épisode sera sur le contenu des messages répondeur qui sont encore dans le téléphone. C’est cet épisode qui sera fondamental pour la série puisqu’on y voit quasi à temps plein le défunt mari. On apprend beaucoup de choses notamment la cause du décès. C’est toujours juste, poignant et jamais putassier dans la monstration de la tristesse. Cet épisode nous plonge dans la montée de la dépression et ses déclencheurs sournois. Malgré le peu de connaissances que l’on a du couple Leigh / Matt, on sent qu’il a manqué de quelque chose, ce petit quelque chose indescriptible qui serait la solution à tout et dont personne n’a connaissance.

C’est un épisode pivot puisqu’il se termine par la révélation et par… le générique de début. Comme une étape marquée, cet épisode 5 opère un tournant. L’épisode suivant nous offre alors une Leigh transformée qui n’en veut plus à la Vie mais à Matt directement. C’est un deuil différent. Et pour un jour d’anniversaire, c’est encore une nouvelle chance pour elle de rebondir. Elle organise une fête d’anniversaire improvisée en pleine semaine. Beaucoup de monde est présent et rien ne sera facile. Quand quelqu’un fait son deuil, l’entourage ne le fait pas obligatoirement et ne passe pas à autre chose. C’est donc un épisode délicat à écrire, délicat à rendre juste mais encore une fois, la série sait se renouveler. La relation entre Leigh et Danny, le frère de Matt, s’approfondit et donne encore de l’épaisseur au tout.

 

Episodes 1 à 4
Kit Steinkellner (scénariste sur Z: The Beginning of Everything) nous concocte une série d’une simplicité exemplaire sur le processus de deuil. A l’instar de This Is Us, qu’on ne peut pas ne pas citer (et on sait que la tendance s’accentue de faire des séries de ce genre), la série utilise le passé pour illustrer le présent et sème le trouble dans les intrigues. Ainsi l’identité des personnages ou le pourquoi de certaines scènes sont explicitées via les scènes du passé. On pense notamment au frère de Matt (Jovan Adepo, The Leftovers).

sorry for your loss

SFYL n’en fait pas trop, et essayer de simplifier au maximum les effets pour souligner la douleur de la perte de l’être aimée. Après deux épisodes assez plombants dans l’ambiance, l’épisode 3 commence à développer des intrigues transversales sur la soeur et la mère. Si le deuil de Leigh sert de toile de fond pour elles, il y a une vraie volonté d’apporter une épaisseur à des personnages qui sont, par défaut, cannibalisés par l’attention qu’on porte à Leigh. La soeur essaye de se sortir d’une période délicate d’addiction quand la mère rêve d’accomplissement après un mariage râté et une passion pour l’ésotérisme.

Outre le deuil, c’est le personnage du mari, Matt, qui attire l’attention. Connu uniquement via les flashbacks, Matt n’est pas un bête ersatz de Jack Pearson de This Is Us. On ne le connait que via les souvenirs sélectionnés de Leigh. Le moment où elle trouve son téléphone et essaye de trouver le code de déverrouillage est une intrigue en soi. Qui n’a jamais rêvé de fouiller le téléphone de quelqu’un? Et quand c’est celui de son mari qu’on pense connaitre, c’est une intrigue tout à fait valable et efficace. C’est d’ailleurs par cet arc que le 4è épisode se termine, dernier épisode disponible pour le moment. C’est bien joué de la part de Facebook Watch. Le spectateur est déjà pris au jeu. Le deuil devient un prétexte à beaucoup de développement possible. C’est simple, poignant, juste et quasiment une ode à la vie que de parler de la mort.

Un seul être vous manque et tout se repeuple. Sorry For Your Loss réussit à distiller ses graines et pourra sûrement faire pousser beaucoup plus qu’une série sur la mort. On ne peut pas durer plusieurs saisons sur un deuil, ce serait se limiter et annihiler toutes les chances de voir les personnages évoluer.