We Are Your Friends avec Zac Efron a été un flop monumental et on pouvait se demander si le monde des DJs était intéressant cinématographiquement parlant. Avec XOXO, on effleure le sujet pour offrir une tranche de vie entre festivaliers.

Les festivals de musique sont tous différents, Coachella n’es pas Rock en Seine qui n’est pas Werchter qui n’est pas Solidays. Si rien ne se ressemble, une seule chose nous rassemble : la musique. Pendant quelques heures, quelques jours, on oublie beaucoup de choses du quotidien pour communier avec du son et de la lumière parmi des milliers d’autres personnes. On en oublie son identité, ses peurs, ses doutes, et pourquoi pas ses inhibitions. C’est sur ce terrain que joue XOXO, premier film de Christopher Louie.
Proposé sur Netflix depuis le 26 août, XOXO nous raconte la journée marathon d’Ethan Shaw (Graham PhilipsStaten Island Summer), DJ en devenir qui a dépassé le million avec une de ses compos sur YouTube. Son meilleur ami, Tariq, serveur, s’est improvisé manager. Calé sur le line-up du Festival XOXO le jour même, Ethan se retrouve entre galères et rencontres.

xoxo
Le film part à cent à l’heure, on ne présente Ethan que via des sons et des images mais rarement quelque chose de narrativement concret. ON sait que sa vidéo vient de dépasser le million et qu’il est déjà dans le line-up. Niveau cohérence et crédibilité, on frôle l’étrange mais partis de ce postulat, nous sommes embarqués dans l’histoire. Outre Ethan et Tariq, il y a Crystal (Sarah Hyland, Modern Family), jeune fille enrôlée par ses copines adeptes de la fête qui va rencontrer son date internet. Neil (Chris D’Elia, Undateable), disquaire et ancien DJ blasé par ce milieu, emmène un groupe de jeunes au festival.  Ray et Shannie sont un couple fragilisé par le départ prochain de cette dernière à New York à plusieurs milliers de kilomètres de là.
Ethan, Shannie et Ray sont dans le bus dirigé par Neil. Quand il tombe en panne, les trois décident d’y aller par leurs propres moyens. Sur place, personne ne reconnaît Ethan et aucun pass ne lui est accordé. Par un concours de circonstances, Ethan parvient à pénétrer le festival, il fera la rencontre d’Avilo, DJ super star.

xoxo

Le pitch n’est pas très percutant mais les portraits des personnages maintiennent l’intérêt pendant le film. La faiblesse de XOXO se trouvera dans sa gestion du rythme, très saccadé, on passe d’un moment narratif à des scènes clipesques où la musique prend le pas sur l’intrigue. La brièveté de ses séquences casse vraiment l’implication du spectateur. Le film parait alors décousu, arythmé. Sans grands moments de bravoure, ni de scènes marquantes, XOXO parvient cependant à faire passer un moment plutôt agréable où le festival en lui-même est clairement imposant dans son atmosphère et son identité. Les personnages vivent dans ce microcosme très bien retranscrit par la caméra de Christopher Louie. Peu surprenant dans son script, XOXO saura utiliser au mieux ses personnages pour tenir la longueur. En étant très peu aventureux pour l’humour, le drame ou la romance, le film parvient à garder une ligne très sobre et le dernier tiers, plus narratif, arrivera à laisser une impression plutôt positive. On vit avec les personnages et quoi de plus plaisant ?

Ni totalement dans la success-story, ni dans la rom-com, ni dans la comédie, XOXO s’inscrit dans une mouvance de films nullement prétentieux, utilisant au mieux sa forme pour inspirer son fond. La mise en scène est à de rares occasions très inspirées avec des ajouts graphiques et des plans recherchés qui donnent un ton très moderne et fun au projet. Graham Philips, que l’on a vu dans The Good Wife, a vraiment un bel avenir s’il continue à choisir ses projets indé comme ça. Sarah Hyland est aussi de cette jeunesse qui peut agréablement nous surprendre.