Alex Proyas était un réalisateur respecté après Dark City ou The Crow. Depuis sa mise sous tutelle par Hollywood, les cinéphiles ont perdu un grand. Avec Gods Of Egypt, Proyas semble définitivement perdu.

L’australien égyptien a proposé deux blockbusters en dix ans :  I, Robot et Prédictions. S’ils ne sont pas honteux, les deux films souffrent de pas mal de défauts qui font croire que Proyas s’était vendu au Dieu Dollars. Laissé tranquille depuis 2009, Proyas semble avoir bien couvé son prochain bébé, film de science-fiction aux accents d’Egyptologie. Depuis Stargate en 1997, nous n’avions pas eu d’idée aussi excitante. La mythologie égyptienne est si riche qu’il est difficile mais jouissif de penser que ce peuple a des liens avec un peuple alien. Et depuis la Momie, le désert ne porte pas chance au cinéma quand on ne s’appelle pas Mad Max (on pense à John Carter, Prince of Persia ou Exodus)

Avec Gods Of Egypt, Proyas avait un projet en or. A la vue des affiches postées en début de semaine, on prend peur. Gerard Butler, Geoffrey Rush, Rufus Sewell, Nikolaj Coster-Waldau et Elodie Yung composent le casting.

gods-of-egypt-poster-horus-nikolaj-coster-waldau gods-of-egypt-poster-thoth-chadwick-boseman gods of egypt gods-of-egypt-poster-hathor-elodie-yung gods of egypt

En voyant le trailer maintenant, plus aucun doute, le film est un naufrage artistique. Tout est extrêmement daté, mal fait et sans aucun caractère épique. On frôle le ridicule… Un Choc des Titans encore plus raté.

On a hâte d’être le 13 avril pour avoir un avis définitif.