Suite à un tweet spoiler et un article spoiler sur une série que je ne regarde pas, je me suis remis sur ma chaise correctement, ai soupiré puis ai pris mon courage à deux mains pour faire enfin un billet sur un sujet important dans les séries : le shipper.

Brandgelina, MSR, le shipper use et abuse de termes qui nourrissent le vaste bestiaire des shippers. Gros débat dans la communauté sériephile puisqu’il divise les partisans et les plus virulents attaquants, le shipper existe aussi au cinéma ou en littérature mais intéressons-nous aux séries, exemple le plus flagrant et le plus destructeur.

Un shipper kézako ? Le mot vient de relationship. Dans une série (ou film ou livre), quand deux personnages se tournent plus ou moins autour, les fans de ce couple sont des (relation)shippers. Chaque phrase ou geste un peu soulignés sont autant de preuves qu’il y a de l’amour entre les deux.  Et les shippers tendent à vouloir que le couple se concrétise.

Tour d’horizon de mon ressenti , des dérivés et de nombreux exemples !

 

Oui la photo est celle de Chippeur, le renard voleur de Dora l’exploratrice… mais il représente bien le débat.

Origine et Utilisation

D’où vient le shipperisme ? On ne peut pas nier qu’aucune série télévisée n’a joué sur la relation entre deux personnages pour maintenir l’intérêt.

Le terme fut employé sur les newsgroups internet vers 1996, ces ancêtres des forums étaient le lieu des premiers échanges entre fans. Les premiers termes porte manteaux sont apparus avec les soap-operas, lieux incontournables des couples unis et désunis. Les noms des deux personnages mixaient et donnaient des termes comme l’est aujourd’hui Brandgelina pour Brad Pitt et Angelina Jolie.

De fil en aiguille, les termes porte manteaux ou acronymes ont fait leurs apparitions pour nombres de séries.


Les fans aiment prolonger l’univers qu’ils admirent notamment avec les fanfictions et ce support a permis de propager les termes et les concepts jusqu’ à un point culminant : le slasher
Le slasher est le pendant homosexuel du shipper (quand la relation homosexuelle n’est pas évidente entre les deux personnages) et a permis d’assouvir quelques fantasmes (le shipper aussi d’ailleurs), prenons par exemple des fanfics slashers Star Trek avec Kirk / Spock ou encore Harry Potter avec Harry/ Ron.

Bien évidemment le shipper peut assouvir d’autres rêves avec des couples plus ou moins rêvés comme Ron / Hermione, Scully / Skinner, Wonder Woman / Batman. Une série permet de mêler le slash et le ship: Xena. La relation Xena / Gabrielle est bourrée d’ambiguité et a été la base du fandom de cette série.

D’ailleurs la série joue beaucoup sur cette relation, elle peut s’en moquer, la parodier, la pousser vers d’horribles ou appuyés sous-entendus ou tout simplement la nourrir et c’est ça qui forme le débat présenté ici. Jusqu’où doit aller une série? Doit-elle satisfaire les fans du couple ? Doit-elle faire évoluer logiquement la relation ? Doit-elle jouer avec ? Doit-elle faire durer ?

Tant de questions avec autant de séries pour y répondre.

aaaaah Kelly :’)

Intérêt

L’exemple le plus célèbre concerne la série Clair de Lune. D’ailleurs les spécialistes utilisent souvent le terme d’effet Clair de Lune pour expliquer la situation. En effet dans cette série, David et Maddie ont une alchimie magnifique, ils se chamaillent, se comprennent, se cherchent, bref ce sont deux personnages qui s’apprécient énormément. Pourtant pour une partie des fans, un homme et une femme ne peuvent pas être amis. Je ne sais pas si les fans ont poussé les auteurs à sauter le pas mais dès que les deux personnages se sont rapprochés, la série a perdu beaucoup d’intérêt et les fans ont disparu.

Alors on peut se demander : pourquoi ?
Les fans cherchent-ils quelque chose puis s’en désintéressent sitôt obtenue? Les fans se rendent-ils compte que le meilleur dans une relation est la quête de l’autre? Ou tout simplement, les auteurs de séries ne savent-ils pas raconter une histoire de rencontre amoureuse sur la durée ?

Exemples

Qui n’a jamais regardé une série pour un couple ? On l’a tous fait. Pourtant je défends ma position de noromo. kézako ? Un noromo vient de no romance, l’antithèse du shipper. Il existe deux autres termes : le fence-sitter (cul entre deux chaises) qui s’en fiche tant que la série reste bonne, et enfin l’UST, peut-être le terme le moins répandu mais qui est peut-être la clé. L’UST (Unsolved Sexual Tensioner) est celui qui aime les petits moments, les sous-entendus et qui ne veut rien d’autre.

On arrive déjà à une guerre de termes et de catégories un peu indigestes. Mais vous comprendrez bien assez vite où vous vous situez, du moins je l’espère. La grande guerre dans le fandom X-Files a été de savoir si Mulder et Scully s’aimaient / devaient se mettre ensemble. Il n’y avait pas vraiment d’exemples se rapprochant de cette situation. La série était médiatisée et la relation l’était tout autant. Beaucoup discutait de ça mais personne ne se rendait compte d’une chose : la finalité de la chose est importante.

Mais oui, en clair, que veut un noromo si ce n’est la même chose qu’un UST qui lui-même aime les mêmes choses qu’un shipper ?

Aparté: le shipper peut aussi concerné un couple déjà en place mais c’est moins problématique. Encore que la vie et mort d’un couple sont tout aussi intéressantes à raconter.

J’ai été l’un des grands défenseurs de la cause noromo dans le fandom X-Files. D’ailleurs il est judicieux de noter que les shippers sont majoritairement des filles et que les noromos sont généralement des garçons. Postulat de départ nullement étonnant quand on analyse les mouvements de groupies (mot employé au féminin le plus souvent) des Beatles à One Direction.

Pourquoi les filles sont-elles plus adeptes du fanatisme, du shipperisme que les garçons ? Rêvent-elles encore du prince charmant ? Sommes-nous encore et toujours et à jamais prisonniers de ce rêve ancestral ?

La finalité du shipper n’est pas si simple. Si les personnages finissent en couple, ils (elles?) sont contents mais le plus souvent cela arrive en fin de série. C’est un autre débat. L’évolution se trouverait presque logiquement dans une conclusion heureuse pour les deux personnages.

Alors que Mulder touche la main de Scully, les shippers sont en ébulition. C’est un signe d’amour. La frontière devient de plus en plus mince et fragile entre profonde amitié et amour naissant et sincère. Il a fallu attendre sept saisons pour qu’un signe CONCRET de rapprochement entre Mulder et Scully apparaisse. Pourtant, les noromos semblaient énervés pendant les 7 saisons.
Il faut penser que les noromos sont apparus quand les shippers sont apparus. A creuser plus profondément, on se rend compte qu’ils sont tous UST et qu’ils aiment ces moments de rapprochement qui rendent certains personnages (dont Mulder et Scully) plus humains, plus sympathiques.

La différence se trouverait donc dans la finalité, le shipper veut absolument du concrêt quand le noromo ne souhaite pas entendre parler de couple… ou alors hors écran. Mais là encore la frontière entre UST et noromo parait encore mince.

Les noromos ne devraient pas se plaindre d’avoir eu 7 saisons de non-shipperisme. Encore faut-il définir si tel moment est shipper ou simplement est-ce une interprétation. Les scénaristes ont pu très bien avoir en tête autre chose et les shippers en ont conclu quelque chose d’autre.

Beaucoup de nuances enrichissent tant bien que mal le débat.

X-Files regroupe beaucoup de choses. ATTENTION SPOILERS SUR LES DEUX DERNIERES SAISONS Avant le fameux épisodes all things où on voit Scully se rhabiller, laissant Mulder dans un lit, il y a eu des moments plus ou moins concrets. Une Scully d’un autre temps, un baiser de nouvel an, une tentative d’approche par un sosie… la série a su explorer et jouer de ça. Pourtant et étrangement, quand Mulder disparait de la série, le shipper s’est accentué. Le background était la recherche de Mulder et le romantisme a laissé la place à la passion. Il n’était plus question de se tourner autour. Scully était enceinte d’on-ne-sait-qui (les shippers avaient la réponse) et c’est en appuyant bien fort sur leur relation si spéciale avec l’épisode Per manum (saison 8) où Mulder aide Scully à avoir un enfant que la série a pris sa décision. La saison se termine par une déclaration qui met en exergue ce que les shippers ont tenté de démontrer : il y a quelque chose.

I think what we feared were the possibilities. The truth we both know. -Mulder-

En saison 9, Mulder disparait pour de bons, les échanges entre eux se font par mails enflammés et leurs retrouvailles sont ponctuées par de nombreux baisers. ATTENTION FIN SPOILERS 

Que de colères, de débats, de posts énervés ou enjoués à la fin des trois dernières saisons : une fin qui tend à approuver le shipper, une fin totalement shipper et une dernière résolument romantique. De mon avis, Mulder et Scully étaient des personnages si précieux, si rigides, que je ne l’ai voyais pas en couple au milieu de la série, les sentiments n’avaient pas leur place dans la série. Les fans le savent, ce sont des personnages qui n’ont pas de temps pour avoir une vie partagée.

Autre exemple: Dawson. La série apporte de nouvelles choses au débat. Les shippers se battent entre eux. Il y a des défenseurs d’un couple et de l’autre les défenseurs d’un second. Le point commun? Un personnage. C’est la grande histoire du triangle amoureux.

Le triangle: la réponse à l’équation?

Joey doit-elle choisir Dawson ou Pacey? La guerre entre fans a fait rage pendant des années. Il y a eu des vainqueurs et des blessés. Là, pas de gros débat puisque la série joue sur les relations. Nous ne sommes plus dans le schéma X-Files.

Le triangle amoureux a été transcendé ces dernières années par Twilight avec la Team Edward et la Team Jacob. Les deux ayant pour cible Bella, deux clans se sont créés.

Même souci pour Harry Potter où Hermione semblait prédestinée à choisir Ron ou Harry. Outre le fait que cela nourrit l’imaginaire de nombreuses personnes, c’est aussi les scénaristes qui se trouvent dans une situation où ils doivent faire avancer le récit tout en incluant le fait que les fans se divisent et attendent des choses différentes. Je passe sur les amoureux de photoshop qui pondent certaines choses douteuses pour assouvir leurs fantasmes (et je ne parle pas des vidéos).

Il y aura toujours des déçus dans cette guerre. Hélas on ne peut pas répondre favorablement à tout le monde. Même Dawson qui a fait succéder différents couples ne peut pas trouver de solution. Il y aura toujours cette question de « finalité ». Il FAUT terminer sur un couple.

La finalité finale à la fin

Certaines séries n’ont pas de soucis de finalité. Cependant elles sont sujettes au problème du maintien de l’intérêt du télespectateur.
L’exemple le plus flagrant est la flopée d’adaptations du mythe de Superman. Deux séries permettent d’argumenter cette idée. Smallville et Lois & Clark se basent sur un postulat que tout le monde connait : Lois et Clark sont ensembles.

Du moins, ce n’était pas un postulat évident. Collègues, ils sont devenus amants, l’évolution était là mais le comics a suivi la série en mettant les deux héros devant monsieur le curé en 1996. Le télespectateur sait et connait les règles du jeu en regardant les deux séries. Clark rencontrera Lois et ils s’aimeront. Le parcours sera semé d’embûches mais là est le plaisir du shipper aussi.

Smallville a commencé sans Lois, l’originalité passée, Lois est vite venue en saison 4 pour remettre les pendules à l’heure. Les grandes heures du couple ont permis à la série de se sauver du naufrage dans les trois dernières saisons.

Californication peut-elle survivre dans la relation destructrice entre Hank et Karen ? Tout a été plus ou moins raconté sur eux durant les 5 saisons mais ils sont l’essence même de la série, pourtant les voir tenter de sauver leur couple n’assure pas vraiment des bons points à la série et aux personnages. Oui ils s’aiment mais non ils ne sont pas faits pour vivre ensembles. C’est aussi une possibilité. La série a choisi son camp dans les dernières minutes de la série.

Chuck présente un profil encore différent. On sait dès le départ que Chuck voudra pécho Sarah. La seule inconnue est le nombre d’épisodes qu’il lui faudra. Pourtant la série souffre aussi de la concrétisation du couple, la quête n’est plus là, la maladresse de Chuck pour attirer son attention ou pour faire croire à leur faux couple n’aiguisent plus l’appétit des télespectateurs. Le couple suivra l’évolution logique avec la pression des audiences et de l’annulation qui précipiteront beaucoup de choses. Pourtant la fin de la série relance encore le débat shipper. Une fin qui résume, qui conclut, qui ouvre, bref qui ose.

La quête ou la quéqu…

L’important dans un couple est l’approche. On le sait. Ce qu’on sait moins c’est qu’une série gagne beaucoup en intensité quand un couple se cherche. Oui nous sommes tous des midinettes en puissance et nous sommes tous des UST. Castle et Bones sont devenus les enfants illégitimes de X-Files avec leur couple d’enquêteurs qui se cherche clairement. Cependant ce sont des séries qui paraissent moins rigides que X-Files avec un jeu qui fait parti des règles de la série.

Dès qu’ils auront sauté le pas, les deux séries seront dos au mur, soient les fans suivront, soient ils décrocheront.

The Office est l’exemple même où la magie a disparu petit à petit. Jim et Pam sont peut-être le ship le plus beau que j’ai vu. La série est filmée comme un documentaire et cela a renforcé l’effet « groupie ». Nous étions voyeurs, témoins du rapprochement entre les deux et c’était un plaisir fou. Sans musique additionnelle, sans pathos, le couple s’est formé. Maintenant et après un mariage et deux enfants, le couple perd son côté mignon et attachant. Ils sont dans une routine scénaristique et les scénaristes ne s’y intéressent plus.

Dans How I Met Your Mother, il y a les partisans du Barney / Robin, du Ted / Robin comme il y a eu les partisans du Kelly / Zack dans Sauvés par le Gong. Grissom / Sara ou Grissom / Cath, Nick / Sara dans Les Experts… des groupes se sont formés dans les newsgroups ou les mailings-lists de l’époque, des forums entiers se sont développés. Toute série a son ship. Même Lost. Et que dire de Tony et Angela dans Madame est Servie ? De Fran et Monsieur Sheffield dans Une Nounou d’enfer ? De Drazic et Anita dans Hartley ?

Le ship le plus d’actualité est le Huddy = House et Cuddy. Voici le schéma parfait de la vie et mort du shipper. Pendant 6 saisons, ils se tournent autour (du moins House tourne tout seul), puis ils se mettent ensemble, les fans sont heureux, puis Cuddy rompt puis l’actrice s’en va et les fans aussi. Comme pour X-Files, le personnage disparait en même temps que l’intérêt pour la série. Beaucoup explique que les deux séries se sont effondrés quand le couple s’est formé. Non. Quand une série vieillit et qu’en plus un personnage s’en va, oui les télespectateurs ( pet pas particulièrement les fans) s’en vont. Ne parlons pas du ship House / Cameron qui semblait vampiriser le reste.

Je dois dire que dans mon papier sur House, j’avais émis l’idée que Cuddy n’avait pas grand poids dans la balance. Et je persiste. Si certains n’avaient d’yeux que pour eux (et dieu que j’en ai dans mes followings), c’est qu’ils n’ont vraiment aucune raison de regarder une telle série. Ils devraient se contenter de nourrir leurs fantasmes au travers de fanfics.

Débats et dégâts.

Peut-on juger un télespectateur sur son intérêt à regarder une série pour son ship ? C’est peut-être ça la vraie question. A combien s’élève la part de shippers pour une série ? Je ne regarde pas Community pour son ship mais elle développe quand même 4 ships mais sans règles, sans balises. Abed / Annie, Troy / Britta, Jeff / Annie et Jeff / Britta s’échangent des regards, ont quelques scènes mais ce n’est pas vraiment l’essence de leur relation.

Je n’ai jamais lâché une série car un couple s’était brisé. Une série n’a pas à écouter ses fans, elle doit surprendre, jouer sur les codes, les règles. L’évolution ne doit pas être logique si on ne veut pas perdre l’intérêt. Gossip Girl doit vachement jouer sur différents ships, je n’ose pas imaginer les débats. Je n’ai jamais regardé Urgences mais je pense que beaucoup de choses peuvent être dites comme pour Grey’s Anatomy ! Il y aura toujours des déçus mais souvent les shippers sont plus bruyants que les autres et souvent les créateurs leur répondent. Je me considére comme noromo dans pas mal de séries car je sais que le meilleur est toujours au début. Je me considère comme UST car les meilleurs moments sont ceux qui nous font rêver.

vampire diaries coupl

Faut-il coucher pour réussir… une série télé ? Tout dépend du genre de la série, certaines sont prédestinées à jouer là-dessus, d’autres font fausse route. Des personnages peuvent être forts mais perdent leur aura à rentrer dans les rangs de l’historie d’amour. Les shippers recherchent les signes et ces signes peuvent détourner l’ambiance d’une série. Quelques épisodes de X-Files sont vraiment moyens à cause d’un trop plein de ship. Je pense que certains ont trouvé lourds des épisodes de leurs séries favorites. Les scénaristes savent que c’est aussi un bon moyen de raviver l’intérêt ou de prolonger la vie de la série ! Même les magazines jouent là-dessus et souvent quand les acteurs se confondent avec les personnages pour un photoshoot, les fans en redemandent.

Le débat sera toujours ouvert et tant qu’il restera de l’amour, il restera de l’espoir.

Sources :

Cliqueclack.com

Urbandictionanry

Critikséries