The Flash, l’une des séries les plus fraîches de la saison dernière, a repris hier avec une saison 2 attendue.

SPOILERS INSIDE
On avait laissé Central City en bien mauvaise posture avec une ville pris dans un vortex. Eddie venait de mourir et Flash se lançait dans une mission de secours inespérée.

L’épisode 2×01 reprend 6 mois après les événements. Le grand cliffhanger est donc mis aux oubliettes. Les personnages ont perdu leur psychologie de l’instant, celle qui les mettait tous en danger, dans le doute et dans des situations graves. Caitlin venait de se marier, Iris a perdu Eddie et Wells venait de mourir. On oublie un peu les conséquences de tout ça en faisant dans la facilité avec Iris qui est triste devant une photo d’Eddie et Barry qui repense aux événements, des ressorts dramaturgiques pauvres. Rien n’est prenant dans ce début d’épisode. On est de nouveau intéressé quand on voit enfin ce qu’il s’est passé avec le vortex. En deux minutes, tout est plié. Firestorm se sacrifie en quelques secondes. Depuis, la ville célèbre The Flash et STAR Labs est laissé à l’abandon. Mais tout le monde sourit !

Le méchant de la semaine est Atom Smasher, rien à voir avec The Atom, mais plutôt avec un méchant qui se nourrit de l’énergie. Deux scènes et la menace est écartée. Barry sur un lit d’hôpital est d’une inutilité dramatique déconcertante.
L’épisode se concentre sur beaucoup trop de points entre le Flash Day qui le célèbre, les événements post-traumatiques, le méchant et… la clé usb qui renferme un message de Wells. Cette scène où la clé usb tombe de la poche de Barry est d’une facilité déconcertante. On en avait oublié que la série avait des défauts de jeunesse comme quand le Maire est attaqué et qu’aucun flic ne vient le protéger… Ce 2×01 sent la précipitation.

flash

The Flash — « The Man Who Saved Central City » — Image FLA201b_0462b.jpg — Pictured (L-R): Jesse L. Martin as Detective Joe West and Grant Gustin as Barry Allen — Photo: Cate Cameron /The CW — © 2015 The CW Network, LLC. All rights reserved.

L’épisode n’est pas ennuyeux mais l’intrigue de l’épisode est inexistante. Quand enfin, on utilise la clé usb comme ressort dramatique pour combler, on fait avancer les intrigues trop rapidement. Wells a confessé le meurtre de la mère de Barry. Son père peut donc être libéré… pour repartir aussitôt. Ca aurait pu prendre trois ou quatre épisodes, donner une dimension un peu plus humaine à quelques personnages mais rien n’a été fait comme il fallait. Cet épisode semble précipiter la logique scénaristique pour se débarrasser du trop-plein d’intrigues engrangés la saison dernière. L’apparition de Jay Garrick en fin d’épisode renforce ce cette idée.

Ce retour de Flash est assez moyen mais on retrouve toutes les qualités qu’on connaissait à la série à savoir une fraîcheur bienvenue, des thématiques intéressantes. Il faut juste encore que la série prouve qu’elle maîtrise toute son écriture. The Man Who Saved Central City est un épisode qui se voulait réintroduire le personnage dans son environnement mais il a loupé le coche, celui de reprendre l’excitation des spectateurs là où elle était en fin de 1×23.