Avec deux départs du casting principal en deux saisons, The Good Wife démarre vraiment une autre histoire…

//spoilers alert//

Passant pour l’une des séries les mieux écrites de network, voire tout court, The Good Wife se place au sommet de son art. Cette saison 6 se pose sans doute comme la plus originale artistiquement parlant, mais malheureusement la plus déséquilibrée narrativement parlant. Malgré tout mon amour pour la série, ce bilan me plonge un peu dans le désarroi tant la saison a déraillé après la magnificence que constitue la 5. Les derniers épisodes rappellent sans difficulté les grands moments des saisons précédentes, non seulement dans des flashbacks, mais aussi en reprenant les guests marquants d’avant, en accueillant rien que dans le final, Jacob Rickter et Charles Lester pour enfin boucler l’arc avec Lemon Bishop. Si les sujets abordés brillent toujours autant par leur thème osé, où ils pointent du doigt dans ce 622 les excès de la police, un fil rouge manque pour l’harmonie. En effet, l’ensemble tient fragilement et souffre des défauts d’un banal procedural sans la force de The Good Wife.

©CBS

©CBS

Allons droit au but. La fameuse scène entre Julianna Margulies et Archie Panjabi qui n’avaient rien partagé depuis la saison 4. Même si on ne saura jamais la véritable raison derrière cette guéguerre, ni la vérité de leur présence dans cette scène, je reste partisane de la théorie du complot pour dire qu’elles n’ont pas tourné ensemble à ce moment précis. L’expectative d’assister à ces retrouvailles n’est pas du tout comblée à cause de cette fausse émotion. Dans une scène où les regards ne se croisent pas, où aucun plan ne montre les deux actrices dans un même espace et où on soupçonne des doublures en face de chacune, on a juste l’impression que l’effet auquel ils aspirent retombe ruiné. C’est d’autant plus affligeant dans une série d’une telle qualité, quand les scandales en coulisses impactent cette dite qualité.
Il faut l’avouer, le personnage de Kalinda Sharma est tombé dans les méandres de la médiocrité depuis sa storyline ridicule avec son ex-mari. Un traitement décevant qui s’achève enfin. Alors que Will disparaissait tragiquement, les adieux de Kalinda… On parlerait plutôt du dernier passage en coup de vent de Kalinda. Et dire que c’est la dernière fois qu’on la verra dans la série. De son départ, aucun avantage n’en ressort, et encore moins le retour de Robyn, ni une quelconque interaction avec Cary d’ailleurs.

©CBS qui se moque de ses téléspectateurs

©CBS qui se moque de ses téléspectateurs

La conclusion de la relation Finn/Alicia laisse aussi à désirer… J’espérais pas si secrètement en tant que shippeuse qu’ils finiraient ensemble vu leur alchimie, après avoir joué au chat et à la souris pendant une saison entière dans leur nouveau cabinet, mais visiblement, le couple King tout-puissant pensait à autre chose puisqu’il s’avère que Louis Canning occupera la place d’associé. Enfin, si cela signifie qu’ils libèrent Matthew Goode d’un emploi du temps chargé pour le permettre de jouer dans la saison 6 de Downton Abbey, ça m’irait aussi. Le seul bémol, c’est que j’ai du mal à imaginer Canning et Alicia collaborer sans des cris de toute part. Et même si cela créerait effectivement des situations intéressantes, être en conflit permanent lasse rapidement, ce qui rend difficile d’apprécier le personnage de Michael J. Fox à sa juste valeur. En plus, quand on y repense, il dormait dans son lit de mort et maintenant le revoilà tout pimpant ?
L’un des arcs les plus intrigants de cette saison restera la campagne d’Alicia, avec une Marissa qui remplissait son rôle à merveille comme on pouvait s’y attendre de la fille d’Eli, et un Johnny qui ajoutait une touche de tension sexuelle. Notre good wife préférée assurait complètement dans ses discours, sa manière de gérer les gens, elle a atteint le top avant sa chute soudaine. Tant mieux qu’elle commence à se reprendre petit à petit, car une Alicia qui broie du noir ralentit toute la série.

©CBS

©CBS

La série étant centrée autour d’Alicia, maintenant que l’opposition est représentée par Agos, Lockart et Lee, leurs affaires semblent bien fades pour l’avancée de l’histoire. Bien sûr, on n’a pas cru une seconde qu’Alicia deviendrait effectivement gouverneur, mais on ne s’attendait pas à un scandale de ce genre. Elle devait quitter le nid, enfin, son second nid, pour mieux prendre son envol, cela annonce de grands changements dans la vie d’Alicia, à nouveau. Puis la suite des évènements assure un retour en grandes pompes dans l’actualité américaine. Peter, candidat à la présidentielle slash les élections de 2016 ? Yup. La pire situation imaginable serait qu’Alicia se retrouve bêtement en Première Dame, où elle ne figurerait qu’en la good wife dépeinte au début…

(P.S. : C’est un petit 4 étoiles que je mets là car je ne me résous pas à mettre moins… Anecdote : Julianna Marguiles vient d’avoir son étoile sur la « walk of fame » récemment.)