Avec « Madam Secretary », CBS espérait sûrement s’offrir une série politique de qualité et faire – pourquoi pas, un peu de concurrence à « House of Cards » ou « Scandal ». Mais il est difficile de se lancer dans l’aventure et de faire un show qui équilibre parfaitement termes politiques rébarbatifs, suspense, action et humour…

Lorsque le Secretaire d’État américain meurt dans un mystérieux accident d’avion, le Président des Etats-Unis Conrad Dalton désigne Elizabeth Faulkner McCord, une amie de longue date, comme sa remplaçante. Chargée de la diplomatie internationale, cette femme brillante qui a fait carrière dans la CIA doit désormais jongler avec la bureaucratie, le staff mis en place par son prédécesseur qui ne lui est pas toujours favorable, la presse carnassière, les dîners officiels superficiels et sa vie de famille, quelque peu pertubée par ses nouvelles fonctions… 

Non, le synopsis n’a rien de révolutionnaire, mais pose tout de même des bases intéressantes, puisqu’en plus de découvrir les premiers pas d’un Secrétaire d’Etat qui débarque dans un milieu hostile (reprendre le travail d’un autre n’est jamais facile), la série pimente le tout en proposant d’y associer les difficultés du quotidien d’une femme en politique… Jongler entre sa famille, sa vie privée, son travail et son passé ne sera donc pas facile.

Et effectivement, si la série avait réussi à nous offrir autant de problèmes politiques que familiaux, on aurait peut-être tenu quelque chose. Mais selon moi, « Madam Secretary » fait trop dans le politique pour toucher un assez large public. Même si on ne peut pas comparer ces deux séries, je dirai que « Madam Secretary » parle de politique encore plus sérieusement que le fait « Homeland ». Certes, c’est très intéressant et cela nous permet d’en apprendre encore plus sur le système politique américain. Mais on n’attend pas d’une série qu’elle se transforme soudain en docu-fiction… Si le pilote met bien en place les problèmes familiaux, dès le 2ème épisode, ils passent en arrière plan (surtout qu’ils concernent la fille aînée, carrément insipide). Pire, on commence déjà à avoir de longues scènes peu rythmées et inintéressantes.

© CBS

© CBS

Le vrai point positif du show ? Tea Leoni (qui joue la Secrétaire d’Etat), très à l’aise dans son rôle de Secrétaire d’Etat aux méthodes contestées et qu’on adore voir défier l’autorité.

Je ne ferai donc pas de « Madam Secretary » une priorité dans mon planning séries, surtout les soirs où j’ai besoin de divertissement. Mais on ne peut pas nier qu’il y a un beau travail de vulgarisation politique de la part des scénaristes.