Muse innove, encore et toujours… C’est devenu une habitude pour le groupe anglais de proposer à son public des événements inédits qui sortent de l’ordinaire. Leur nouvelle idée : la retransmission au cinéma de leur concert romain de juillet dernier. Réalisé avec 16 caméras 4K, dernier cri en matière de technologie, Muse – le Live au Stade olympique de Rome, est le premier concert rock filmé en 4K. Après la tournée des salles et la tournée des stades… Muse a fait sa tournée des cinémas. Nous étions à la dernière séance à la Géode. Critique de notre groupie-de-Muse-préférée, et rédactrice, Ceci Lia.

Lorsque j’ai appris que Muse sortait le film de leur tournée des stades, qu’ils allaient diffuser au cinéma, je dois avouer que l’idée m’a laissée sceptique. Le DVD live de la tournée des stades de Muse était de toute manière prévue début décembre… Pourquoi ne pas attendre ? Quelle est la valeur ajouter de la diffusion sur grand écran, à part de voir le concert… en plus grand ? Qu’à cela ne tienne, de toute façon si Muse « passe » au cinéma, j’irai sans me poser de questions.

En ce 12 novembre 2013, nous voilà donc assises dans la Géode au milieu de fans… enfin, tout est relatif, car pour cette dernière séance, le public est MORT. La honte. Je m’attendais à une super ambiance groupiesque. J’ai été déçue. On était une pauvre dizaine à mettre de l’ambiance et à applaudir, c’est un peu léger. Passons.

Les lumières s’éteignent à 20h. Le film s’ouvre en noir et blanc sur le Stade olympique de Rome. On voit les fans qui se précipitent vers les barrières de la fosse. La rumeur de la foule gronde et le son monte. On voit le public qui acclame Muse et devient fou quand le concert débute. Et là, on est soudain complètement happés dans l’ambiance du concert. A ce moment, je comprends que les prochaines minutes vont envoyer du lourd.

L’écran de la Géode nous entoure. On est au cœur du sujet, en immersion totale. Muse réussit la prouesse de nous emmener en Italie pendant les 90 minutes du film. Je commence à me dire que ce principe est super cool, car je vois le groupe de très très près… On en nous épargne rien : la sueur, les coulisses, les regards, les drôles de gens dans la fosse… La qualité du son est irréprochable. D’ailleurs, on ressort un peu sourd de la séance…

Muse - Live au Stade olympique de Rome

Muse – Live au Stade olympique de Rome

Ce film a causé la perte des fans qui voulaient bien se lâcher un peu. On chante en chœur, on reprend les refrains en frappant dans ses mains. On aimerait vraiment pouvoir se lever et sauter sur place comme si on était dans la fosse. J’ai presque l’impression de pouvoir aller m’asseoir sur les genoux de Dom Howard tellement tout cela est criant de réalisme.

La set-list est ce qu’elle est… Beaucoup de chansons ont été zappées, mais les essentiels sont là.  Les deux derniers albums, The 2nd law et Resistance, sont mis à l’honneur. J’ai envie de sauter partout et de crier sur Plug-in baby, Hysteria, Knights of Cydonia, Uprising ou encore Time is Running out. Le seul problème, c’est que la Géode, c’est casse-gueule…

Il ne manquait que Charles-le-robot. Probablement squizzé au montage, car il apparaît sur Unsustainable, morceau essentiellement instrumental, qu’ils n’ont sans doute pas trouvé nécessaire d’intégrer dans le film. De plus, le groupe n’assume plus vraiment le coup du robot qui, semble t-il, est le résultat d’une grosse blague. Pourtant, lors du concert, c’est un moment qui m’avait paru assez essentiel, reflétant bien l’atmosphère dramatique de l’album.

Avec ce film Muse, encore et toujours, nous prouve que sur la scène rock, ils ne sont pas des petits rigolos. Ils jouent dans la cour des très grands. Leur présence scénique est incontestable : ils arrivent à soulever des stades entiers mais aussi des spectateurs assis dans une salle de cinéma (pour affirmer cette dernière info, je me base bien entendu sur des témoignages de gens qui ont assisté à d’autres séances que la nôtre). Ils ont de l’énergie et du talent à revendre.

Ce film est aussi une prouesse technique, puisqu’ils ont eu recours aux caméras 4K (technologie quatre fois plus précise que la haute définition, autant dire qu’on en prend plein les mirettes). Procédé encore peu ou pas utilisé. MUSE aime être unique. La petite histoire dirait qu’on a proposé à Muse d’enregistrer le concert en 4K, une sorte d’expérience. Ils ont accepté, ne sachant pas trop à quoi s’attendre. Ils ont bien fait d’expérimenter : la qualité de l’image est exceptionnelle.

Avec ce live au Stade olympique de Rome, on plonge durant 1h30 au cœur d’une gigantesque performance de Muse. Et tout ça devant un écran. On en ressort épaté, émerveillé, sourd et décoiffé. Du grand art. Plaisir des yeux et des oreilles.

Vu de la batterie de Dom Howard - Muse

Vu de la batterie de Dom Howard – Muse

Sortie du DVD fixée au 2 décembre.

Quelques articles concernant l’avant-première du 5 novembre, où Muse était présent à la Géode pour lancer la toute première séance : Paris Match, et Métronews qui nous propose de chouettes photos.