J. K. Rowling est de retour ! Cette fois-ci avec un roman pour adultes : Une place à prendre. Pour nous J. K. Rowling, c’est l’auteur, que dis-je, l’inventeur, d’Harry Potter. Cet univers ultra complet dans lequel les amateurs se sont plongés durant 7 tomes. Avec ce roman, c’est le grand saut : que vaut-il ? Arrivera-t-elle à réunir le nouveau public visé ? Ne restera-t-elle pas cataloguée ?

On connait tous la success story de J. K. Rowling : une situation financière et familiale désespérée, la passion de l’écriture, du talent, un soupçon d’audace et de volonté, et hop. Harry Potter a été une réussite incroyable à tout point de vue. Difficile pour un auteur de rebondir après un tel succès. J. K. Rowling le fait en toute simplicité. La passion de l’écriture, elle l’a toujours, et elle se tourne cette fois-ci vers un public différent avec Une place à prendre.

rowling-une-place-a-prendreRoman pour adultes ? Vraiment ? Retrouver dans Une place à prendre le style des Harry Potter est dans un premier temps plutôt déconcertant. On s’attend assez automatiquement à découvrir une histoire enfantine. On se demande si J. K. Rowling va vraiment traiter dans Une place à prendre des sujets promis en quatrième de couverture : une « tragédie », la « satire féroce de nos hypocrisies sociales et intimes ». Tout un programme… Qui ne lui ressemble pas. Curieux, on se délecte donc de découvrir ce dont elle est capable, et on commence le premier chapitre avec entrain.

Alors que le roman figurait dès sa sortie dans les meilleures ventes, les critiques n’étaient pas tendres et le disaient « ennuyeux ». « Où est la magie ? », se sont demandés plusieurs journalistes. Justement, pas ici : c’est le but.

Barry Fairbrother, exemplaire mari et père de famille, meurt brusquement. Heure après heure, la nouvelle fait le tour de la ville. Les habitants nous sont présentés alors qu’ils apprennent la nouvelle tour à tour. Tous expriment tristesse et regret. Dans les paroles, oui, mais sous ces mots bien convenables se cachent des pensées qui le sont un peu moins… En effet, Barry Fairbrother n’était pas seulement un mari et père de famille : il siègeait aussi au Conseil paroissial, divisé ces temps-ci au sujet de la destruction ou non de la « Cité des Champs » où se rassemblent les marginaux de la ville. La place est donc laissée vacante, et va susciter beaucoup de convoitises…

On pense dès le début du livre à un entre-deux charmant entre La fenêtre panoramique de Richard Yates et la série « Desperate Housewives » (je m’excuse auprès des puristes pour cette comparaison). Les résidences proprettes des lotissements américains, les familles à l’apparence parfaite qui cachent de lourds secrets, l’hypocrisie et les querelles de pouvoir… Tout y est.

Ce qui rapproche Une place à prendre d’Harry Potter, à part le style, c’est la manière qu’à l’auteure de créer tout un univers. On a l’impression que J. K. Rowling se sait raconter d’histoire qu’en en plantant le décor intégral. Pour le coup, elle nous plonge à l’intérieur de ce joli quartier américain, dans chaque foyer, et nous dépeint chaque personnage avec une précision qui laisse peu de place à l’imagination.

Habituée au roman en plusieurs tomes, il lui semble difficile d’accélérer l’action et de boucler celui-ci en moins de 670 pages. C’est dommage, car on finit par trouver ça un peu long. Après la scène de la mort de Barry Fairbrother lors du premier chapitre, l’intrigue met très longtemps à démarrer. J. K. Rowling nous décrit des dizaines et des dizaines de personnages, sans que l’on parvienne à savoir où elle veut nous emmener. Qui sont-ils ? Quelle importance auront-ils réellement pour la suite de l’histoire ? Les plus courageux iront jusqu’au bout de la lecture, les autres abandonneront en cours de route. C’est dommage. Car le style est vraiment très agréable, l’ironie toujours présente. Les descriptions des personnages sont toutes plus cyniques les unes que les autres. Une place à prendre a bel et bien des allures de petit bijou, mais pourra sembler très lent et trop dense à certains.

 

Une place à prendre sera bientôt adapté en série TV pour la BBC. Plus d’infos ici

Le roman vient de sortir en poche au Livre de Poche avec une très jolie couverture ! place-a-prendre-poche