Qu’on soit clairs, vous et moi, je n’irais plus voir les films issus de comiques TV / bande à Boon / vieux comiques à la Clavier. Toute cette génération qui est bien représentée dans QU’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ne me propose rien de bien drôle. Et c’est dommage pour une comédie.

Alors oui, rire est difficile pour tout le monde. Un gag ne fera pas rire les mêmes personnes. Il y a le rire gras, le rire potache, le facile, le con, l’audacieux, le fin… Le rire qui marche chez moi, c’est le décalé, l’improbable. Autant vous dire que pour Alibi.com, je n’allais pas être bon client.

Après 1h30 de consternation, j’ai eu enfin un sourire, au dernier plan du générique, ce regard face caméra, décalé, improbable et donc drôle. Tout le reste du film ne m’a pas fait esquisser un embryon de sourire. Je vous vois venir, “tu es un bobo qui se prend pour un journaleux”, “si tu aimes pas tu regardes pas” tu n’y connais rien”. Je vous arrête de suite, Alibi.com n’est pas mauvais. Je suis conscient qu’il fera rire une bonne tranche du grand public, le même qui a ri à Babysitting (j’ai stoppé de regarder à la première coupure pub sur TF1 il y a quelques mois) ou à Pattaya (1.9 million de personnes tout de même).

alibi.com critique

Tu le vois venir mon dialogue qui fera rire ?

Simplement, niveau comédie, c’est bas du front. C’est de l’humour très simple, à base de quiproquos, de gros gags téléphonés, très convenus. Ce que vous voulez voir arrivera et vous serez contents. Et vous vous marrerez ! Le chien y passera, la course poursuite aura lieu, le petit clin d’oeil de début de film sera utilisé en fin de film, bref pas de surprises. Dans ce cas précis, si le film ne surprend pas dans les blagues, c’est que l’humour y est donc tout simplement mal dosé. Alibi.com possède un script très balisé, on comprend même assez vite le dénouement et les rebondissements. Il ne reste donc au film pas grand chose pour réussir sa mission de divertir. Les acteurs n’aideront pas, les dialogues sont d’une banalité sans nom et ils n’arrivent même pas à donner un peu de relief. Didier Bourdon n’arrive toujours pas à se sortir de son personnage connu depuis 30 ans, la bande à Fifi convainc à peine. Et on ne parle pas de Nathalie Baye qui s’oublie à tenter la franche comédie pour son CV ou de Joey Starr dans un rôle deviné à la seconde où on le voit.

alibi.com critique

Une des scènes inutilement longues

Le concept du film est évincé en quelques minutes. Dommage. l’idée des alibis aurait pu donner un film à idées. Alibi.com se transforme alors en comédie sans âme où l’alibi présenté en début de film tient comme intrigue entière. Encore une fois,  on sent un script écrit à la va-vite (trois films en trois ans et demi pour Philippe Lacheau tout de même) et aux deux tiers du métrage, on sent des scènes qui étirent le film inutilement comme le bal masqué ou les migrants. C’est d’ailleurs ces scènes qui se trouvent oubliées dans le montage. On ne sait pas trop ce qu’il s’est passé, on en oublie d’en montrer le principal et on laisse le public se préoccuper des gags plutôt que de la cohérence du récit.

Cette critique est négative mais le film sera une réussite pour beaucoup, pour ceux qui cherchent une comédie simple, énergique et menée de la plus simple des manières. Mais qu’on se le dise, je n’irais pas voir Baby Phone, encore moins Si J’étais un Homme et vous pouvez oublier Dans Mes Bras

PS : si ça, ça fait rire deux millions de personnes, alors moi aussi je peux écrire une comédie où un mec se fait mal en tapent dans une vitre qui se casse pas. Ohlalala, la salle était hilare…