On en parlait beaucoup sur les réseaux, cet épisode était événementiel. Déjà , il conclut la première partie de la saison avant le retour en janvier, mais il se conclut aussi par un choix scénaristique osé.

Après 8 épisodes, cette saison 2 peut décevoir. Alors qu’on avançait à un rythme soutenu en saison 1, cette année, on se plaît à faire un peu de surplace, quitte à en oublier de développer des intrigues intéressantes. On la compare souvent à Lost, et The 100 en a pris tous les défauts cet automne. Loin de parvenir à maintenir l’intérêt, les scénaristes n’ont pas réussi à construire des story-lines propres à chacun. On est en droit de dire que chaque personne a un même objectif et quand une même idée est déclinée sur plusieurs personnages, on a vite fait le tour.
Symptomatique de Lost pendant les heures creuses, les allers et venues des personnages dans la forêt cherchant d’autres personnages pour ensuite revenir puis repartir plombent cette première partie de saison 2. Si on ajoute à ça un enchaînement de péripéties cycliques (fuite, retrouvailles, otages, torture, négociations, fuite….), on sent bien – et on a peur – que la série peine à retrouver un vrai engouement. Il faut alors chercher ailleurs pour prouver que la série en a dans le ventre. Et c’est bien du côté des retournements de situation que The 100 a toujours créé la surprise.

spacewalker

©CW

Cet épisode réserve une surprise de taille en fin d’épisode mais ça n’en fait pas un bon. Oui, l’épisode arrive à créer une bonne tension pendant 40 minutes mais il est représentatif du cul de sac dans lequel est la série. Aucun personnage n’a vraiment de mission, de rôle, de but après 8 épisodes. La guerre entre Grounders et rescapés n’a pas avancé d’un iota. Les personnages font du surplace pendant tout l’épisode, on ne sait plus trop ce que font Finn et Clarke, Bellamy et Octavia font de la figuration, Raven n’a de poids que via des flashbacks avec Finn alors qu’il était indispensable de revenir sur leur relation dans le temps présent. Que dire de Wick aux abonnés absents ? (oui je l’aime bien ce personnage !) Bref, Spacewalker est de ce genre d’épisodes qui créent l’événement via une unique scène préparée par 40 minutes de remplissage. La série semble ne plus avoir de porte de sortie dans cette intrigue de guerre de clans à part cette issue.

Ce n’est pas mauvais mais l’épisode représente bien les enjeux un peu bancals de cette saison. On espère que la reprise va proposer quelque chose d’autre. Spacewalker fait le travail comme il peut et réussit tout de même à rendre la série de la CW toujours aussi étonnante dans ses choix. On espère également que la série va pouvoir créer de l’émotion, elle pèche encore à réussir ce que Lost réussissait à travers un regard. Ici, entre deux câlins, rien ne transparaît vraiment, aucune faille n’est exploitée. La scène de Raven dans l’espace avait ce côté poétique qui venait un peu comme un cheveu sur la soupe. Le potentiel de la série doit exploser. Maintenant. L’audience basse de ce winter finale rend bien compte d’un souci.