Après les récap’ des trois premières saisons, il est temps de revenir sur une saison quasi charnière puisqu’elle se situe à mi-chemin entre ce que la série présentait et ce qu’elle veut raconter. Place à la saison 4 de Lost.

Lost a perdu des plumes la saison précédente. Peut-être trop sûre d’elle, la série a prolongé l’aventure en intégrant des intrigues pas forcément intéressantes et prenantes. L’audience est à peine similaire à celle de la saison 3, la série perd encore beaucoup de public et est clairement sur une pente descendante.

Lost

©Spin-Off.fr

Le suspens était toujours là, c’était encore bien ficelé mais on se sentait non pas perdus mais mis à l’écart. Voir Jack, Sawyer ou John déambuler dans la jungle nous fatiguait. Et ce n’était que le début.
La précédente saison s’était terminée par l’un des plus célèbres twists de la télévision américaine : We have to go back ! crié par Jack à Kate. En effet, il semblerait que nous n’ayons plus affaire avec des flashbacks mais bien des flashforwards, un bond vers l’après-île. Jack et Kate sont donc sauvés ? On comprend rapidement qu’ils sont 6 rescapés et que l’on va suivre un peu la période post-île pour les personnages.

« I’m one of the Oceanic Six! I’m one of the Oceanic Six! » – Hurley 4×01 –

La saison 4 propose ce que la saison 3 n’a pas su faire : une thématique. Ici, le groupe est secouru par une équipe. Nouveaux personnages, nouvelles intrigues et nouveaux enjeux pour une série qui commençait un peu à tourner en rond. Heureusement, la série était renouvelée pour trois saisons et  48 épisodes. Avoir une date de fin était quasi primordiale pour ce type de séries.

Lost

« C’est la liste des réponses de la série ! » ©ABC

En sachant que jack et Kate sont sauvés et que la saison 4 va raconter comment ils l’ont été, le téléspectateur va se retrouver dans une drôle de position. La façon dont est amené le mystère principale de cette saison découle désormais des séquences hors île. Dans Lost saison 4, tout est désormais utile, ou du moins en apparence.

Nous voici donc avec 4 nouveaux personnages, Frank Lapidus, le pilote, Charlotte Lewis, l’anthropologue,  Daniel Faraday, le scientifique et Miles Straume, l’asiatique qui parle aux morts. Tous très différents, on fait rapidement le tri puisque Miles semble un peu hors propos avec sa capacité à prendre contact et ressentir les âmes perdues. Faraday est déjà plus étrange, plus farfelu mais le jeu de l’acteur va un peu nous écarter du personnage. Charlotte n’a aucun background, du moins pour l’instant et Lapidus est la caution humour et bourrue du lot.

Pour ce qui est des autres personnages, la scission entre le groupe Jack et le groupe Locke va encore une fois diviser le nombre de protagonistes et les intrigues. Locke va devenir de plus en plus un esprit errant entre volonté de bien faire et désir de suivre sa destinée. Ce personnage si intrigant passe de plus en plus pour un illuminé et per d de sa profondeur. Bon on est encore loin de son profil de la saison 5 mais ca devient limite agaçant de n’avoir que pour ligne de texte des phrases bourrés de sous-entendus mystiques de la part de Locke.

Lost

Figurants dans Lost, le pied ©ABC

« Desmond: I promise .Penelope: I promise. » The Constant 4×05

La saison 4 est clairement centré sur la destinée de certains personnages, on en apprend plus sur Benjamin Linus, Richard Alpert l’immortel, John Locke et sur Desmond à travers un épisode savoureux The Constant où voyage dans le temps et liens entre les personnages se marient à merveille. Du côté de l’île, on s’écarte de la volonté de comprendre et découvrir l’île. Ce qui est certain, c’est que Ben est contre l’idée d’être sauvée puisqu’il est en guerre avec Widmore qui veut la retrouver. Ce nœud scénaristique na courir pendant beaucoup d’épisodes et donner un peu de consistance. Cependant, le désir qu’ont les spectateurs à suivre Lost pour être surpris vont un peu s’ennuyer. Tout s’épaissit niveau personnages mais rien ne retrouve le charme des deux premières saisons. On le verra dans la saison 5 également avec une sorte de série dérivée dans la série.

Il était temps de faire le ménage dans les personnages et cette saison va s’en occuper. On fait revenir Michael pour l’éliminer, Ben est encore une fois prisonnier et s’en prend plein la gueule comme à chaque saison pratiquement ! Claire est mise de côté et les personnages les plus mis en avant comme Kate, Sawyer, Jack, Juliet, Lock et Hurley constituent le noyau dur.

La saison se termine par un nouveau retournement de situation avec le déplacement géographique de l ‘île qui disparut littéralement sous les yeux des personnages. La bonne idée de la saison a été de lier beaucoup de petites choses mis par-ci par là comme la fin où Ben tourne la roue. On retrouve la suite de cette scène dans l’épisode 4×09 ! Les idées sont là et l’exécution est à saluer. Hélas les problèmes temporels sont frôlés dans cette saison et le fait que l’île soit dans un temps différent n’aura quasiment aucun autre impact que l’apparition d ‘une scène où à la manière de Doc Brown, Faraday découvre que le temps est différent hors et dans l’île. Même dans ses flashbacks, Faraday semble très lié au phénomène temporel. Un avant-goût de la saison 5…

Lost

The Oceanic Six
©ABC

Le Smoke Monster est quasi absent, on entend toujours les murmures, on comprend que Michael est intuable (à défaut d’immortel), mais on comprend que Ben veut garder l’île qui est spéciale.

Lost

Desmond dans The Constant
©ABC

Désormais Lost n’a plus deux formes narratives mais trois et se permet de les mélanger pour encore plus perdre le public. Si les flashbacks n’avaient pas réelle incidence sur l’appréciation de l’intrigue principale, les flashforwards donnent une consistance narrative telle que la série devient vraiment quelque chose de solide si ce n’est intéressant. On perd du charme mais on gagne en contenu. Durant toute la saison, le public sait qu’il y aura 6 rescapés et il fera les comptes au fil des épisodes ! Ce petit jeu fait enfin participer le public qui était quasiment laissé à l’écart.

Mieux réussie que la saison précédente, elle possède quelques défauts et n’est pas encore suffisamment pertinente et arriver au niveau des deux premières. Son faible nombre d’épisodes (15) n’a pourtant pas accélérer les intrigues, au contraire.

 

 

Les épisodes clés

The Constant – 4×05 : Desmond paraissait déjà totalement barré mais cet épisode considéré comme l’un des meilleurs de la série joue son rôle de mindfuck à la perfection. CA ne fait pas avancer beaucoup les intrigues mais voir Desmond perdu entre deux réalités est un pur bonheur.

Ji Yeon – 4×07 : Un épisode qui joue encore avec le spectateur et les formes narratives de Lost. Flashback et flashforward se mélangent et la relation si spéciale entre Jin et Sun se retrouvent là dans une conclusion très romantique, triste et finalement pessimiste. On nage en pleine tragédie.

There’s No Place Like Home  – 4×12 : La première partie des trois episodes qui concluent la saison montre enfin les rescapés du vol, qui sont finalement 6, revenir sur leurs terres. On le voit, le flashforward de la fin de la saison 3 ne trouve aucun écho dans cette saison et il y a donc encore beaucoup de choses à raconter hors île. Cet épisode démontre avec justesse que les scénaristes peuvent raconter et offrir un canevas parfaitement en place.

 

TOUUUUUUUM !


 

Petit bonus. Puisque les acteurs sont devenus des sex-symbols et que rien ne vaut des personnages hors contexte pour se rendre compte qu’ils ne sont pas que des naufragés avec des guenilles.