Amenez-moi le pilote parle aujourd’hui des 25 ans de Sauvés Par Le Gong, la série culte des adolescents de l’époque. Souvenez-vous de cette sitcom diffusée sur Antenne 2 en fin d’après-midi…

Sauvés par le Gong a une vie assez remplie. Outre le téléfilm basé sur le tournage de la série qui sera diffusé sur Lifetime début septembre (lire l’article dessus), la série est en fait un spin-off de Good Morning Miss Bliss, une série NBC / Disney d’une saison où on retrouve déjà Zack, Lisa et Screeh. Sauvés Par Le Gong a ensuite connu un spin-off d’une saison intitulé Les Années Lycée (alors que les personnages sont en fac…) où Zack, Slater, Screech et Kelly sont les stars. Sans succès, ce spin-off est annulée et une autre série dérivée, Sauvés Par Le Gong : la nouvelle classe, voit le jour et dure 7 saisons, soient 2 de plus que la série mère.

Dans tous les cas, la série a été un phénomène en France avec couvertures de magazines, hors-séries, posters grandeur nature et même sortie VHS.

La série : Sauvés Par Le Gong

Le parcours : Pilote diffusé le 20 août 1989 sur NBC. 90 épisodes, 5 saisons, 2 téléfilms, 2 spin-offs

Le résumé : Les aventures de Zack Morris, ado populaire du lycée Bayside, et de ses amis Kelly, Slater, Screech, Lisa et Jessie

Le background : J’ai suivi toute la série à l’époque de sa diffusion

sauvés par le gong

©NBC

Amenez-moi le pilote : Etrange sensation de revoir ce pilote pour deux raisons : les acteurs font vraiment jeunes et donc leur âge et on se retrouve devant une sitcom qui nous faisait rire à l’époque. Zack et Kelly étaient un sacré couple que beaucoup ont shippé !  Le générique, très connu, est très cheap mais on est à peine en 1989, on aurait pu penser que c’était un remix français fait par la chaîne à l’époque mais non. Zack Morris, doublé par le déjà génial Emmanuel Curtil (Chandler, Clark Kent, Gary Hobson, Jim Carrey), brise le quatrième mur et s’adresse au public. On entre en quelques secondes dans le monde un peu excentrique de Zack avec un surréalisme bien veillant (poster géant qui tombe du mur, réveil personnalisé, ellipse). Le héros est la cible des humeurs du proviseur Belding, ses amis sont des stérotypes en puissance entre la jolie, la victime de la mode, l’intello, le sportif et le ringard.

Le ton reste bon enfant et ne tombe pas dans un ton culcul comme dans les séries ado signé Disney Channel de notre époque. Le pilote a un schéma très simple avec la présentation de tous les personnages un par un pour en suite commencer de construire les bases des relations entre chacun. La rivalité entre Slater et Zack est déjà soulignée dès les premières minutes et leur intérêt pour Kelly sera au centre de cet épisode qui passe à une vitesse folle. Les bases de la sitcom classique sont aussi là avec le fameux café / bar / cafétéria, lieu de retrouvailles des personnages et la fameuse table toujours libre, évidemment.

Pas honteux pour le genre, Sauvés Par Le Gong semble ne pas avoir vieilli. Tout se base sur des relations bateau mais avec un fort désir de parler de stéréotypes comme des prisons morales et sociales. Etrangement, les personnages savent qu’ils ne peuvent pas faire autrement que d’être dans un rôle, une profondeur finalement bienvenue et qu’on aperçoit dans certaines scènes. Les situations sont rythmées, l’humour correct et les personnages secondaires déjà bien campés ! Le pilote vaut surtout pour ce sentiment que le public reste complice des bêtises de Zack, l’intrigue n’a rien de très travaillé cependant on retrouve tous les gimmicks de la série : ingéniosité des plans de Zack, rêveries et public interpellé.

Le schéma est tellement balisé que Sauvés Par Le Gong semble encore actuel. Même les vêtements n’ont pas trop vieillis, c’est dire ! On retrouve ce genre de séries à un rythme infernal jusqu’à aujourd’hui encore. 25 ans mais une nostalgie intacte, Sauvés Par Le Gong ne fait pas son age.