« Vikings », plongée passionnante dans la mythologie nordique, semble confirmer sa qualité avec la saison 2, actuellement diffusée sur History Channel (et bientôt sur Canal + en France).

L’histoire des Vikings tient parfois plus des légendes que de la vérité historique. Ainsi, de nombreux personnages mythiques hantent les récits nordiques : Ragnar Lodbrok, héros de la série « Vikings », est l’un d’entre eux. En effet, Ragnar est considéré comme un roi légendaire, étant entendu qu’aucune preuve de son existence n’a été trouvée. La série, une coproduction canado-irlandaise diffusée sur History Channel, retrace ce qui aurait pu être l’histoire de Ragnar. Ainsi, sans jamais prétendre énoncer une vérité historique, Michael Hirst, le créateur – connu pour « The Tudors », notamment – réussit le tour de force de développer une intrigue forte et captivante sans jamais tomber dans la facilité d’un récit trop hollywoodien.

vikings saison 2

Aslaug (Alyssa Sutherland) (crédit : History Channel)

On notera la qualité du scénario, de la réalisation, de l’esthétique – le générique, sur une chanson de la suédoise Fever Ray, est mémorable. La reconstitution des décors et des costumes, mais aussi des us et coutumes de la société de l’époque, semble également très soigné et très documenté. Mais si « Vikings » est d’une telle intensité, c’est notamment, et surtout, grâce à la puissance des personnages et de leurs interprètes.

Bien entendu, on pourrait peut-être reprocher un certain classicisme au niveau de certaines relations entre les personnages, en ce qui concerne les deux frères, notamment : différents de caractère comme d’apparence (Ragnar étant blond, et Rollo, brun), ils finissent par être opposés car Rollo est envieux de son frère. Mais le fait que la série reprenne ainsi un schéma vu et revu mille fois ne veut pas dire que la relation perde en efficacité. Cette efficacité, d’ailleurs, est due en partie au fait que dans tout rapport entre les personnages entre en jeu la question de la religion, non seulement avec les divinités nordiques, mais aussi avec le christianisme, lorsque Ragnar ramène un moine anglais de son voyage. Ainsi, « Vikings » nous permet une plongée passionnante dans la mythologie nordique.
La première saison nous décrivait la première expédition en Angleterre de Ragnar et de son entourage. Elle permettait aussi de bien mettre en place les différents personnages, et de nous donner un aperçu du jeu politique des Vikings, moins complexe à suivre que dans une série comme « Game of Thrones », mais tout de même tout aussi sanglant et efficace.

La deuxième saison, dont les spectateurs ont pour l’instant pu voir quatre épisodes, confirme la qualité de la série, notamment avec son troisième épisode, qui nous a offert 45 minutes dignes des meilleurs moments de la première saison. L’intrigue semble se complexifier, et maintenant que les personnages nous sont familiers, d’autres personnalités historiques ou mythiques rejoignent les rangs de la série, pour renouveler une intrigue qui s’annonce délicieusement passionnante.


Ainsi, sans avoir la prétention ni l’ambition d’autres séries en cours de diffusion, « Vikings » est cohérente, solide, et elle passionne. Voici donc une série qui semble se présenter comme une valeur sûre des années à venir, si les audiences le permettent, mais aussi et surtout, si elle continue de nous offrir un spectacle aussi intéressant chaque semaine.